La première Française équipée d’un bras bionique témoigne

A LA UNE

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Un livre sur les trois épurations dans l’armée française entre 1940 et 1966 [Interview]

André Bourachot et Henri Ortholan sont deux officiers de l’armée de terre, un général en 2ème section et un...

Priscille Déborah est devenue la première Française à bénéficier d’un bras bionique. Elle a été amputée de ses deux jambes et de son bras droit après une tentative de suicide. Désormais équipée de sa nouvelle prothèse qu’elle commande par la pensée, elle a repris son activité d’artiste peintre. Dans son livre « Une vie à inventer », elle raconte l’histoire de sa reconstruction.

En 2006, après deux ans de profonde dépression, Priscille Deborah se jette sous le métro. Elle a 31 ans, elle est mariée, elle a une fille. Elle survit au prix de ses deux jambes et de son bras droit. Contre toute attente, au lieu de l’anéantir, ce « big-bang » va la métamorphoser. Son handicap, étrangement, la révèle à elle-même et lui permet de trouver enfin sa place dans la vie.

Dans Une vie à inventer, Priscille Deborah retrace le chemin parcouru depuis sa tentative de suicide. Son expérience et ses réflexions s’adressent à tous ceux qui ont connu une « perte » qu’ils pensaient irréparable. Car, grâce à cette terrible épreuve, Priscille Deborah a décidé de réaliser ses rêves : elle est devenue peintre, et sa peinture est reconnue, elle découvre la natation, et pratique plusieurs autres sports de façon quasiment autonome, comme la plongée, le ski et l’équitation. Par ailleurs, elle a refait sa vie et elle forme avec son nouveau mari, la fille qu’ils ont eue ensemble et sa fille aînée, une famille unie.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Natalité en crise : pas de baby-boom spécial Covid

Au sommaire : Actualités des parents : pas de baby-boom spécial Covid Consommation : anniversaire pour vos enfants, pourquoi...

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, elle rêve de décrocher un titre de championne de France

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, la guingampaise Sandra Morcet va enfin pouvoir disputer son combat pour le titre de...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés