Un esprit indépendant : la marche vers l’indépendance du Pays de Galles

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Le Pays de Galles est-il, lui aussi, en marche vers son indépendance ? Nous vous proposons ci-dessous la traduction de larges extraits d’un article du Irish Times sur le sujet.

La campagne pour les élections parlementaires du Senedd (Parlement Gallois) du mois prochain au Pays de Galles est dominée par la pandémie de coronavirus et sa gestion par le gouvernement travailliste de Mark Drakeford. Mais le coronavirus a contribué à placer une autre question au centre du débat politique, car un nombre croissant de Gallois s’interrogent sur la place du pays au sein du Royaume-Uni.

Le soutien à l’indépendance du Pays de Galles, qui pendant des décennies a eu du mal à dépasser les dix pour cent, a bondi ces dernières années, avec un sondage Savanta ComRes le mois dernier le situant à 39%. Roger Awan-Scully, le principal expert en sondages du Pays de Galles, a déclaré que, même si ce sondage est une aberration, le soutien à l’indépendance se situe désormais régulièrement dans les 30 %, sans compter qu’il ne sait pas.

« Le soutien à l’indépendance au Pays de Galles est en fait à peu près au même niveau que le soutien à l’indépendance en Écosse au début de leur campagne pour le référendum sur l’indépendance de 2014. Lorsque cette campagne a démarré en 2012 environ, le soutien était à peu près au même niveau qu’aujourd’hui au Pays de Galles. Nous voyons certainement des niveaux plus élevés de soutien à l’indépendance au Pays de Galles parmi les jeunes électeurs, comme vous le voyez en Écosse aussi »

Le premier signe d’une montée en puissance de l’indépendance est apparu le 11 mai 2019, lorsque jusqu’à 3 000 personnes ont défilé dans le centre de Cardiff lors d’une manifestation menée par le groupe de base YesCymru. La marche était organisée par Llywelyn ap Gwilym, qui venait de revenir au Pays de Galles après avoir passé la plus grande partie de sa vie à Londres, où il travaillait chez les consultants en gestion McKinsey.

Il s’est inspiré des marches pour l’indépendance organisées dans toute l’Écosse à l’approche du référendum de 2014, en travaillant avec d’autres groupes indépendantistes, dont Labour 4 IndyWales et Welsh Football Fans for Independence, ainsi que Plaid Cymru, le principal parti du nationalisme gallois depuis près d’un siècle.

YesCymru a vu le nombre de ses membres payants passer de 2 000 à près de 20 000 au cours des mois suivants, en raison de l’intérêt croissant pour l’indépendance. Il s’agit d’un mouvement ouvertement multipartite qui n’a pas de programme politique précis pour le Pays de Galles après l’indépendance, y compris sur la question de savoir si le pays doit chercher à rejoindre l’Union européenne.

Un moteur du changement 

Né dans une famille nationaliste galloise, ap Gwilym s’est toujours considéré comme un partisan de l’indépendance, mais il ne s’est jamais engagé sérieusement sur la question jusqu’à il y a environ cinq ans. Aujourd’hui, il la considère avant tout comme un vecteur de changement au Pays de Galles, où près d’une personne sur quatre vit dans la pauvreté et où l’espérance de vie diminue tandis que le taux de suicide augmente.

« Le Pays de Galles n’est pas un pays pauvre. Si le Pays de Galles était indépendant, il serait la 22e économie d’Europe. C’est une économie de taille moyenne pour l’Europe. Le PIB par habitant est plus élevé qu’en Espagne. Le prélèvement fiscal par habitant au Pays de Galles est plus élevé qu’en Nouvelle-Zélande. La richesse moyenne au Pays de Galles est la moyenne du Royaume-Uni« , a-t-il déclaré.

Lorsque Mark Hooper s’est rendu à la marche de mai 2019, il pensait qu’il allait « juste voir une dizaine de copains » et a été étonné par la taille de la foule. Entrepreneur à la tête d’un réseau d’espaces de travail, il est originaire des vallées galloises, longtemps un bastion travailliste avec peu de tradition nationaliste.

« Si vous m’aviez demandé, je ne sais pas, peut-être il y a six ou sept ans, j’aurais dit que le Pays de Galles était trop pauvre, trop petit et trop stupide pour être indépendant. Et je suis quelqu’un qui a évolué assez rapidement sur un chemin où l’on commence à réaliser à quel point le Royaume-Uni est nuisible pour le Pays de Galles et où l’on commence à se demander s’il existe des alternatives », a-t-il déclaré (…)

La réponse à la pandémie

Avant l’apparition du coronavirus, près de la moitié des électeurs gallois ignoraient que le Service national de santé était géré comme un organisme distinct au Pays de Galles et que le gouvernement de Cardiff était responsable de la politique de santé. Tout au long de la pandémie, Drakeford a mené une politique plus prudente que Boris Johnson, introduisant souvent des restrictions plus tôt et les levant plus tard.

L’approche du gouvernement gallois a été populaire et a incité davantage de personnes à réexaminer les relations entre Cardiff et Londres. L’automne dernier, YesCymru a connu un pic soudain de ses adhésions, avec des demandes d’adhésion au rythme de 1 000 par jour.

Si le coronavirus est un moteur du soutien à l’indépendance, le Brexit en est un autre. Comme l’Angleterre, le Pays de Galles a voté pour quitter l’UE en 2016, mais les actions ultérieures du gouvernement britannique, notamment la loi sur le marché intérieur, ont mis à mal le règlement de dévolution.

« Le règlement de dévolution est tout à fait clair sur le fait que des choses comme le développement économique, les réglementations environnementales, les normes de bien-être animal, etc. font partie du règlement de dévolution, qui est la responsabilité de l’administration dévolue au Pays de Galles. Mais ce que fait la loi sur le marché intérieur, c’est essentiellement redonner du pouvoir au centre afin de permettre au gouvernement britannique de conclure des accords commerciaux« , a déclaré Martin Shipton, rédacteur en chef politique du Western Mail, le principal quotidien gallois.

Coalition

Le parti travailliste devrait rester le plus grand parti du Pays de Galles après les élections du Senedd du mois prochain et M. Shipton pense que le gouvernement le plus probable est une coalition travailliste avec le parti indépendantiste Plaid Cymru. Mais un sondage réalisé cette semaine suggère que le parti Abolish the Welsh Assembly, qui demande un retour en arrière en matière de dévolution, pourrait remporter deux sièges.

L’un des candidats du parti, dont la plupart sont d’anciens membres du Parti conservateur ou de l’Ukip, a déjà comparé Black Lives Matter au Ku Klux Klan. Le parti s’est excusé après qu’un autre candidat, Lee Canning, ait dû lui-même s’excuser pour un tweet dans lequel il décrivait l’ancienne dirigeante de Plaid Cymru, Leanne Wood, comme « le visage hideux du nationalisme ».

Originaire de Strabane, en Irlande du Nord, Canning vit au Pays de Galles depuis 18 ans et était vice-président des conservateurs gallois avant de rejoindre le nouveau parti. Il estime que ceux qui font campagne pour un Pays de Galles indépendant sous-estiment la force du Royaume-Uni. « J’ai grandi en fait dans une famille catholique romaine. J’ai grandi dans une région très nationaliste. Il a fallu que je déménage au Pays de Galles pour réaliser à quel point le Royaume-Uni est fort. Parce que j’ai grandi dans un foyer monoparental et que je suis moi-même malvoyant, j’ai réalisé que c’était en fait le contribuable britannique qui m’a soutenu pendant toute mon enfance » a-t-il déclaré « Je ne suis pas retourné à Strabane depuis quatre ans. Le fait d’être un ancien conservateur et d’être un unioniste d’origine catholique ne passe pas très bien.» (…)

Les jeunes partisans

Mais l’avenir constitutionnel du Pays de Galles ne dépendra pas de groupes politiques plutôt marginaux comme Abolish ou même des conservateurs ou même encore du Plaid Cymru, mais plutôt du Labour, le parti qui domine la politique galloise depuis un siècle. Un sondage YouGov de septembre dernier a révélé que 51 % des personnes ayant voté pour le Labour au Pays de Galles en 2019 étaient désormais favorables à l’indépendance.

YesCymru considère que faire évoluer le Labour vers l’indépendance est essentiel pour atteindre son objectif, une stratégie que Laura McAllister, professeur de politique publique et de gouvernance du Pays de Galles à l’Université de Cardiff, juge judicieuse.

« Le parti travailliste gallois a toujours été  un parti nationaliste doux, et il a fermement concurrencé le Plaid Cymru à cet égard, avec un engagement en faveur d’un changement constitutionnel, de la langue galloise et de sa nation, et avec un discours beaucoup moins unioniste que ce que nous voyons en Ecosse avec deux partis unionistes », a-t-elle déclaré. « Le concept d’indépendance est en train de faire son chemin parmi les jeunes partisans du Labour et certainement parmi les militants du Labour. Il n’y a aucune gêne pour le parti travailliste gallois à parler très ouvertement d’indépendance »

Les événements en Ecosse influenceront le débat au Pays de Galles et M. McAllister pense que l’élection du Senedd le mois prochain pourrait être cruciale pour déterminer l’approche du gouvernement gallois face à un autre référendum sur l’indépendance de l’Ecosse.

« Je pense que ce qui serait vraiment intéressant serait qu’un gouvernement gallois reste neutre, car lors du dernier référendum, le premier ministre faisait campagne pour le maintien dans l’Union. Je ne suis pas sûr que cela se produise. Et si Plaid était au gouvernement avec les travaillistes, ce qui pourrait bien être le cas sous une forme ou une autre, alors je pense que Plaid pousserait le gouvernement gallois à rester en dehors du débat. Et c’est en soi un changement de grande importance, vraiment », a-t-elle déclaré (…)

Prochaine étape

YesCymru se prépare à la prochaine étape du débat sur l’indépendance en employant un directeur de campagne à plein temps, un responsable de la diversité et de l’inclusion et en engageant une agence de création. Ils se préparent à une campagne qui pourrait prendre des décennies mais qui pourrait s’accélérer soudainement si l’Ecosse vote pour l’indépendance.

« La majorité des gens sont actuellement satisfaits du statu quo ou veulent un peu plus de pouvoirs mais n’ont pas encore atteint l’indépendance. Mais le statu quo N’EST PAS UNE option parce que l’Écosse pourrait bien être indépendante, et dans ce cas, la donne changerait. Il s’agirait alors de savoir si nous prenons la décision effective d’être indépendants ou si nous prenons la décision effective de faire une union avec l’Angleterre uniquement. Mais dans les deux cas, il s’agit d’un changement » indique ap Gwilym pour conclure.

Crédit photo : DR
[cc] 
Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort...

Football. Les supporters de SC Bastia en liesse après le titre de champion de National

Si le Sporting Club bastiais et Queuvilly Rouen Métropole étaient d'ores et déjà assurés de monter en Ligue 2,...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort du policier Eric Masson à...

Football. Les supporters de SC Bastia en liesse après le titre de champion de National

Si le Sporting Club bastiais et Queuvilly Rouen Métropole étaient d'ores et déjà assurés de monter en Ligue 2, les Corses se sont imposés...

L’affaire Patrick Buisson. Sommes-nous devenus des néoconservateurs américains à passeport français ?

Ci-dessous retrouvez un excellent papier de François Bousquet pour le site Eléments, au sujet de la dernière sortie de Patrick Buisson. Deux phrases maladroites de...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les Français et les Bretons qui...