Haïti. Enlevé par un gang, le prêtre breton Michel Briand a été libéré

A LA UNE

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Un livre sur les trois épurations dans l’armée française entre 1940 et 1966 [Interview]

André Bourachot et Henri Ortholan sont deux officiers de l’armée de terre, un général en 2ème section et un...

Enlevés le dimanche 11 avril alors qu’ils se rendaient à l’installation d’un de leurs confrères à la Croix des Bouquets, près de Port aux Princes, les derniers religieux encore retenus par un gang haïtien – dont le curé Michel Briand, d’Ille-et-Vilaine, et Agnès Bordeau, religieuse mayennaise de la congrégation de la Pommeraye (Mauges) ont été libérés ce 30 avril, a annoncé dans un communiqué  la société des prêtres de Saint-Jacques, basée à Guiclan.

Michel Briand, comme quatre curés haïtiens qui avaient été enlevés, faisaient partie de cette société de prêtres missionnaires qui est implantée depuis des décennies en Haïti. Le 11 avril, sept religieux dont deux français (un curé, une religieuse) et trois civils proches du père Joseph Anel, qui devait être installé à la Croix des Bouquets, avaient été enlevés par un gang, qui avait demandé 1 million de dollars de rançon, avant de réviser ses exigences à la baisse.

Le 15 avril, l’Église catholique avait organisé une journée de fermeture de toutes ses institutions, et des messes pour les religieux enlevés et les victimes de l’insécurité galopante dans le pays ; à Pétion-Ville, à la sortie de la messe, la police a gazé un cortège, ce qui a déclenché des scènes de panique et d’émeutes.

Le 17 avril, après le versement de 50.000 dollars, une somme qui devait suffire à libérer tout le groupe, seule la mère du père Anel, une haïtienne âgée de 70 ans, dont l’état de santé était jugé préoccupant, avait été libérée. Le 23 avril , trois religieux, tous haïtiens, avaient été libérés à leur tour.

Les enlèvements de religieux avaient commencé bien avant. L’Observatoire de la Christianophobie indique, citant la presse locale, que « le 1er avril quatre personnes dont le pasteur de l’église adventiste Galaad à Diquini ont été kidnappés […] en pleine messe […] par plusieurs personnes dont au moins était armé d’une Kalachnikov ». Ils ont été libérés le 5 avril.

Une rançon versée ?

La société des prêtres de Saint-Jacques ne précise pas si une rançon a finalement été versée. Les derniers otages ont été déposés à quatre heures du matin devant ses locaux le 30 avril, d’après la société de prêtre qui indique que les otages sont « affaiblis » mais n ‘ont « pas été maltraités ».  Des proches des otages indiquent aussi que l’Etat français s’est impliqué dans les négociations qui ont donné lieu à la libération du groupe de religieux.

Néanmoins, Haïti continue d’être gangrenée par l’insécurité et les gangs – des enlèvements contre rançon ont lieu tous les jours.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Natalité en crise : pas de baby-boom spécial Covid

Au sommaire : Actualités des parents : pas de baby-boom spécial Covid Consommation : anniversaire pour vos enfants, pourquoi...

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, elle rêve de décrocher un titre de championne de France

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, la guingampaise Sandra Morcet va enfin pouvoir disputer son combat pour le titre de...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Pluvigner (56). Un hommage rendu à l’abbé Rallier, assassiné par les FTP

L'Unvaniezh Koad Keo (UKK) organise un rassemblement à la mémoire
de l'abbé Rallier, assassiné le 29 juillet 1944
 par un commando communiste FTP.
 Après l'hommage...