Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes physiquement que les hommes » ?

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

L’Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe dans les têtes des « progressistes » dès lors qu’ils parviennent au pouvoir. Une étudiante en droit qui a dit que les femmes ont des vagins et ne sont pas aussi fortes physiquement que les hommes fait l’objet d’une enquête menée par la direction de son université.

Le journal The Times rapporte que des mesures disciplinaires vont être prises à l’encontre de Lisa Keogh, 29 ans, pour des commentaires “offensants” et “discriminatoires” qu’elle a tenus lors de cours à l’université Abertay de Dundee.

L’étudiante a été dénoncée par des camarades de classe plus jeunes après avoir déclaré que les femmes étaient nées avec des organes génitaux féminins et que “la différence de force physique entre les hommes et les femmes est un fait”. Les plaintes ont donné lieu à une enquête officielle sur sa conduite.

L’étudiante en dernière année, craint qu’une sanction ne mette fin à son rêve de devenir avocate spécialisée dans les droits de l’homme. Joanna Cherry QC, députée SNP d’Edimbourg Sud-Ouest et vice-présidente de la commission conjointe des Lords et des Communes sur les droits de l’homme, a soutenu son cas en qualifiant la situation de grotesque.

Elle a été stupéfaite de recevoir un courriel l’accusant de commentaires transphobes et offensants lors de séminaires sur le féminisme de genre et la loi. “Je pensais que c’était une blague”, a-t-elle déclaré. “Je pensais qu’il était impossible que l’université me poursuive pour avoir utilisé mon droit légal à la liberté d’expression”.

Elle a été accusée d’avoir dit que les femmes étaient le “sexe faible” et que ses camarades de classe étaient des “féministes détestant les hommes” lorsqu’un étudiant a suggéré que tous les hommes étaient des violeurs et représentaient un danger pour les femmes.

“Je n’ai pas nié avoir dit ces choses et j’ai dit à l’université exactement pourquoi je l’ai fait”, a-t-elle déclaré. “Je n’avais pas l’intention d’être offensante, mais j’ai pris part à un débat et j’ai exposé mes opinions sincères. J’ai été maltraitée et traitée de tous les noms par les autres étudiants, qui m’ont dit que j’étais une “fille blanche cis typique”. Vous devez être capable d’échanger librement des opinions différentes, sinon ce n’est pas un débat”.

Mme Keogh affirme avoir été mise en sourdine par son maître de conférence lors d’un séminaire vidéo lorsqu’elle a soulevé des inquiétudes concernant la participation d’une femme transgenre à des combats d’arts martiaux mixtes. “J’ai fait valoir que cette femme avait de la testostérone dans son corps pendant 32 ans et, en tant que telle, serait génétiquement plus forte que votre femme moyenne”, a-t-elle déclaré.

“Je n’étais pas méchante, transphobe ou offensante. Je ne faisais qu’énoncer un fait biologique de base. Je travaillais auparavant comme mécanicien et lorsque j’étais dans l’atelier, il y avait des choses lourdes que je ne pouvais tout simplement pas soulever, mais des collègues masculins le pouvaient.”

La définition de l’université de la mauvaise conduite inclut “l’utilisation d’un langage offensant” ou “la discrimination contre le changement de sexe”. Les sanctions peuvent aller jusqu’à l’expulsion.

Keogh, mère de deux enfants, craint pour son avenir. “Je ne viens pas d’un milieu juridique et j’ai travaillé incroyablement dur pour arriver là où je suis”, a-t-elle déclaré.

“J’ai peur que ma chance de devenir avocate puisse prendre fin juste parce que certaines personnes ont été offensées.”

Cherry a confirmé qu’elle avait écrit à Abertay pour lui demander quelles mesures il avait prises pour protéger les droits des étudiants, qui sont protégés par la Convention européenne des droits de l’homme.

Elle a déclaré : “Mme Keogh est soumise à une procédure disciplinaire dont la sanction ultime est l’expulsion, pour avoir énoncé des opinions fondées sur des faits biologiques et s’être opposée à des déclarations à l’emporte-pièce telles que ‘tous les hommes sont des violeurs’.”

L’université Abertay a déclaré qu’elle ne faisait aucun commentaire sur les questions disciplinaires.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Départ en vacances : Comment sécuriser votre mobile des cyberattaques ?

En termes de virus, votre smartphone est lui aussi menacé par des cybers menaces. Menaces qui s'accentuent avec les...

Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? Interview de Benjamin Bayart et Marc Rees

Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? Interview de Benjamin Bayart et Marc Rees Benjamin Bayart est un...

Articles liés

Danemark/Angleterre : deux Vikings d’une même famille réunis à Copenhague… 1 000 ans plus tard

L'un fut découvert en Angleterre, l'autre au Danemark : deux Vikings d'une même famille, après avoir été séparés un millénaire durant, sont réunis depuis...

Euro 2021. Le calendrier des rencontres et l’analyse des poules

L'Euro 2021 de Football débute le vendredi 11 juin. L'évènement, bien qu'aseptisé en raison des jauges réduites de supporteurs, de contrôles drastiques, de stades...

Orain – Beethoven et le secret des chants écossais

Les airs populaires écossais dont Beethoven a composé des arrangements restent un mystère dans son oeuvre. Lui-même paraissait ignorer l’origine de ces chants ("orain" en gaélique), entonnés en signe de protestation par les Gaëls,...

États-Unis : « J’ai été reléguée à la troisième place au sprint de 55 mètres en 2019, derrière deux coureurs transgenres »

Chelsea Mitchell est une athlète primée de la Canton High School dans le Connecticut. Elle fait de l’athlétisme au niveau universitaire. Elle raconte pour...