L’antispécisme contre les droits de l’homme

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Depuis la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, l’interprétation des droits de l’homme a évolué et révèle un bouleversement profond de la conception de la dignité humaine. Aux droits de 1948, selon la nature humaine, ont succédé des prétendus droits niant cette nature, comme l’avortement. Ensuite, une nouvelle génération de droits prétend transformer la nature humaine, par exemple les pratiques eugéniques. Aujourd’hui, c’est une autre attaque contre les droits de l’homme qui émerge : celle de l’antispécisme.

Cette idéologie va plus loin qu’une négation ou transformation de la dignité humaine. Elle s’oppose aux droits de l’homme, en ce qu’ils sont fondés sur une dignité propre de l’homme. Le philosophe antispéciste Peter Singer résume ainsi : « Nous ne pouvons pas […] dire que tous les êtres humains ont des droits au seul motif de leur appartenance à l’espèce des Homo sapiens – une telle position est […] une position spéciste, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une forme de favoritisme à notre égard qui est aussi injustifiable que le racisme ».

Pour mieux comprendre cette idéologie, nous vous proposons d’écouter l’interview sur RCF du journaliste Paul Sugy, auteur d’un récent ouvrage sur ce sujet :

L’antispécisme réduit l’homme à sa dimension biologique, partagée avec les animaux. Il ne voit en l’homme que son « animalité » et ignore ce qu’il a de proprement humain, c’est-à-dire sa nature spirituelle. Il n’existerait pas de dignité proprement humaine ; ce qui compte serait de maximiser le « bonheur » sur le plan strictement biologique, notamment en supprimant la souffrance. De graves enjeux moraux découlent de cette vision : par exemple, l’euthanasie d’une personne handicapée se justifierait autant moralement que celle d’un animal malade.

Derrière la revendication de « droits des animaux », c’est ainsi parfois un véritable bouleversement anthropologique qui se cache. Mettre en garde contre ce danger ne revient pas à justifier la cruauté ou la maltraitance envers les animaux. Il est important de protéger ceux-ci contre de tels traitements, en complétant la règlementation lorsque cela est nécessaire, par exemple sur l’élevage. Les animaux sont alors protégés en tant qu’objet de droits, et sans qu’il y ait besoin de les personnifier en tant que

L’antispécisme a déjà des traductions juridiques, en droit positif. À titre d’illustration, un tribunal argentin a par exemple déclaré en 2015 qu’un orang-outan était « une personne non humaine ». Le raisonnement du tribunal était fondé sur une négation de la différence de nature entre l’homme et les autres animaux, ainsi que de la supériorité du premier sur les seconds. Autre exemple, européen cette fois : dans une opinion séparée à un arrêt de 2012 (n°9300/07, GC, Herrmann c. Allemagne), le juge de la CEDH Pinto de Albuquerque a défendu un « spécisme nuancé », réutilisant ainsi la dialectique antispéciste.

Ces apparitions dans la jurisprudence des théories antispécistes restent heureusement isolées. Pour aller plus loin, nous vous proposons l’étude suivante, qui fait un état des lieux des traductions juridiques de l’antispécisme en Occident : Animaux et droit en Occident.
Comme l’explique Paul Sugy, « Si nous nous désintéressons (…) de la question de l’homme, nous tiendrons un moment avant que l’édifice ne s’écroule, mais ce sera par habitude ou par conservatisme, et nous aurons la forme d’un système humaniste sans en avoir la substance : alors l’arbre, faute d’être irrigué par la sève, finira tôt ou tard par se dessécher et, à ce moment, l’antispécisme aura vraiment triomphé ». Pour résister à la déconstruction de la nature humaine, le bon sens doit être complété par une réflexion anthropologique approfondie. Il est important de relégitimer l’homme, ses droits sur les animaux, ainsi que sa responsabilité envers eux.

Source

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Bretagne. Jérémy Desdouets établit le record du GR34 en 27 jours, 11 heures, 35 minutes

Il l'a fait ! 27 jours, 11 heures et 35 minutes, après son départ du Mont Saint Michel, le 15...

Saint-Nazaire : un kilo de cannabis et 4200 € en espèces retrouvés en perquisition

Un petit trafic de drogue, assez actif de janvier à juin 2021 à Saint-Nazaire, est tombé après l'interpellation d'un...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Environnement. Des espaces naturels sans intervention humaine pour sauver la biodiversité en France ?

Une coordination d'associations de défense de l'environnement et des animaux a publié un manifeste à destination du gouvernement français visant à demander la «...

Covid-19. Un vaccin spécifique aux animaux domestiques enregistré en Russie

La Russie a développé et est vient d’enregistrer un premier vaccin pour protéger du coronavirus les animaux domestiques ; ce dernier, Carnivac-cov, a été développé...

Environnement. Pas loin de 20% des espèces de la faune et flore sauvages sont menacées en France

A ce jour en France, 2 430 espèces sont menacées et 187 ont disparu ou sont éteintes selon un bilan publié l’occasion de la journée mondiale...

Nantes : rencontre avec l’association « Urgence Maltraitance Animale 44 »

Comment lutter contre la maltraitance animale ? France 3 a suivi le quotidien des bénévoles de l'association Urgence Maltraitance animale 44. Ils sillonnent la...