Yockey, le fascisme russe, les Brigades rouges et Chalifoux au catalogue des Éditions Ars magna

A LA UNE

Les Éditions Ars magna sortent, ce mois d’août, quatre titres.

Avec Le monde en flamme de Francis Parker Yockey, elles vous proposent une série de courts textes de ce militant révolutionnaire européen des années 1940-1960, surtout connu pour son célèbre Imperium.

L’intégrale de son œuvre est maintenant disponible en français grâce au travail des traducteurs d’Ars magna.

Le monde en flamme est riche d’informations historiques sur les mouvements nationalistes en Allemagne, aux États-Unis, au Canada, en Italie, etc., dans la période sombre de l’immédiat après-guerre.

Dans Les fascismes russes, Sylvain Roussillon nous montre comment la Révolution bolchevique de 1917 puis la Guerre civile qui s’en suit jettent des centaines de milliers de ressortissants de l’ancien empire des tsars dans les affres de l’exil. Convaincus pour la plupart que les jours du nouvel état soviétique ne dureront pas, ces Russes que l’on appelle « blancs », par opposition aux « rouges », essaient, tout en survivant péniblement aux contraintes du quotidien, d’organiser des alternatives politiques au communisme. Anarchistes, mencheviks, socialistes-révolutionnaires, libéraux, monarchistes, ils fondent des journaux, des revues et se retrouvent dans des clubs, des cercles, tentant de faire vivre leurs idées au sein de partis confrontés à toutes les difficultés de la vie dans l’émigration.

Parmi ces groupes va naître un courant original, inattendu, fruit de son époque, mais aussi des circonstances très particulières qui ont chassé ces populations hors de Russie : le fascisme. Les fascismes serait-il d’ailleurs plus indiqué d’écrire, car les différents groupes s’en réclamant auront des trajectoires, historiques comme idéologiques, bien différentes les unes des autres.

C’est ainsi que, de 1922 à 1945, plusieurs groupes, mouvements et partis russes, réunissant au total plusieurs dizaines de milliers d’adhérents et de sympathisants partout dans le monde, se revendiquent du fascisme, espérant renverser l’Union soviétique par la propagande, les complots ou la force. En 1945, les survivants, désormais porteurs d’une étiquette politique unanimement réprouvée, sombreront dans un oubli quasi total.

Les fascismes russes est là pour apporter un éclairage sur une part oubliée de l’histoire de la Russie en exil.

Rémy Tremblay, dans Anaclet Chalifoux, le premier fasciste canadien nous fait découvrir un homme dont personne ou presque, y compris au Canada où il vécut et milita, ne se souvient.

Pourtant, ce militant catholique social fut le fondateur du premier parti fasciste du Canada et, à défaut d’y connaître le succès, il eut une influence politique très importante sur la politique montréalaise durant toutes les années 1930.

Rémi Tremblay nous donne une biographie de cet individu qui marqua son temps et le situe dans le monde politique canadien ainsi que dans la mouvance nationale où il fut un précurseur puis un concurrent d’Adrien Arcan.

Enfin, dans De Jeune Europe aux Brigades Rouges, José Cuadrado Costa relate une histoire fascinante : le passage de cadres nationalistes-révolutionnaires membres de Jeune Europe au maoïsme et leur implication dans la fondation des célèbres Brigades Rouges.

Commande en ligne à www.editions-ars-magna.com ou par chèque à  Ars Magna, BP 60426, 44004 Nantes cedex 1.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le RC Vannes s’effondre de nouveau face à Oyonnax

5 journées de Pro D2, 5 défaites, et une dernière place qui commence à faire un peu peur, pour...

Saint-Nazaire. Il menace de couper la tête d’une enseignante

Peur sur l'école maternelle Gambetta, à Nantes. Lundi, un parent d'élève a littéralement pété les plombs, menaçant une enseignante...

Articles liés