Christophe Carichon : « La Bretagne a été dès les années 1920 une belle province pour le scoutisme catholique » [Interview]

A LA UNE

Les éditions Artège viennent de publier « Grandes figures du scoutisme », signé Christophe Carichon.

À l’occasion du centenaire du scoutisme catholique en France, l’auteur nous entraîne dans une galerie de portraits des grandes figures qui ont fait le mouvement. Ces personnages hauts en couleurs, généreux dans leur engagement, fidèles jusqu’au bout à leur promesse, ont adapté et diffusé dans notre pays la géniale invention de Baden-Powell. Prêtres, laïcs, étudiants et généraux, ils nous font revivre les grandes heures du scoutisme, de la fondation de la Fédération nationale catholique des Scouts de France en 1920 à nos jours.

Le chanoine Cornette ou « le Vieux Loup », le P. Sevin, déclaré vénérable en 2012, Michel Menu, père des raiders et des goums, Guy de Larigaudie, « routier de légende », Jeanine Chabrol, première cheftaine de louveteaux, Arthur de Salins, héros de guerre et mémorable chef-scout, et tant d’autres ont vécu et porté cet idéal. Une place est aussi faite aux fondateurs des Guides et Scouts d’Europe et des Scouts unitaires de France, à l’heure où les mouvements choisissent d’incarner différemment l’héritage scout.

Anecdotes, détails d’archives, photos inédites, ce livre est une mine pour ceux qui s’intéressent, de près ou de loin, à cette aventure unique qui conquiert encore aujourd’hui plus de 150 000 jeunes Français.

Pour évoquer l’ouvrage (à commander chez Artège) nous avons interrogé l’auteur.

Breizh-info.com : Pouvez vous vous présenter à nos lecteurs ?

Christophe Carichon : Je suis professeur de lycée en Anjou, aux Ponts-de-Cé exactement, dans l’Education nationale. Je suis également chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique de l’université de Bretagne occidentale à Brest. C’est dans cette université que j’ai commencé mes travaux de recherches sur le scoutisme en 1989 sous la direction d’ Yvon Tranvouez. J’y ai consacré mon mémoire de maîtrise, mon DEA et mon doctorat en 2002. Ce dernier a été édité par les éditions Yoran Embanner en 2007 sous le titre Scouts et guides en Bretagne. Mon dernier livre, Grande figures du scoutisme chez Artège est mon septième ouvrage

Breizh-info.com : Tout d’abord, un mot sur Baden Powell et les fondements du scoutisme ?

Christophe Carichon : Le scoutisme est officiellement fondé en 1907 en Angleterre par un officier colonial original s’il en est: Robert Baden-Powell. Fort de son expérience militaire dans l’Empire et particulièrement en Afrique du sud où il a su utiliser des jeunes enfants de la garnison comme éclaireurs lors du siège de Mafeking contre les Boers, il tire de cela un livre, Eclaireurs (Scouting for boys), qui connait de suite un grand succès auprès des jeunes. Le livre est une suite de « bivouacs » où le lecteur apprend la débrouillardise, la nature, l’observation, le tout émaillé des souvenirs et des anecdotes de B-P. Un premier camp a lieu sur une île dans le Dorset. Rapidement des jeunes se groupent en patrouilles puis en troupes, adoptent les culottes courtes, le foulard de couleur et le chapeau à larges bords (uniforme de la police sud-africaine imaginé par BP) pour vivre l’aventure. Au Royaume Uni puis dans le monde entier, le mouvement scout se répand très vite. Pour B-P, le scoutisme n’est seulement un jeu, il est un moyen de faire sortir des élites, une nouvelle chevalerie, de la masse.

Breizh-info.com : Quelles sont les dates fondatrices du scoutisme en France et surtout, quel est l’état d’esprit principal du scoutisme catholique qui fêtait l’an dernier son centenaire en France ?

Christophe Carichon : Les premiers groupements scouts en France naissent au sein des communautés protestantes vers 1909. Les Eclaireurs unionistes (protestants) puis les Eclaireurs de France (neutres) sont fondés en 1911. Les catholiques lancent quelques unités avant la guerre de 1914-1918, à Nice, Paris, Le Creusot. Mais il faut en effet attendre 1920 pour que ces initiatives se réunissent en une Fédération nationale catholique des Scouts de France. Une grande partie des clercs sont cependant très opposés au scoutisme, invention britannique, anglicane et entachée de relents maçonniques et panthéistes. A Nantes par exemple, les Scouts de France ne pourront s’implanter officiellement qu’après la mort de Mgr Le Fer de La Motte en 1936.

Breizh-info.com : Votre livre s’intéresse aux grandes figures qui ont fait avancer, qui ont développé le scoutisme au 20ème siècle. Quels sont les points communs qui caractérisent toutes ces grandes figures ? 

Christophe Carichon : Je me suis attaché à raconter la vie des fondateurs catholiques du scoutisme en France. Ils sont prêtres comme le chanoine Cornette, les P. Sevin, Forestier et Doncoeur, officiers comme les généraux de Maud’huy, de Salins, Lafont, où simple laïcs au début comme Guy de Larigaudie, Pierre-Louis Gérin ou Michel Menu. Tous ont la passion de l’éducation et la foi chevillée au corps. Il ne mettent pas leur catholicisme dans la poche et sont fiers de ce qu’ils sont. Ce sont des militants qui comme Baden-Powell, veulent former une nouvelle chevalerie au service du pays.

Breizh-info.com : Avec 150 000 jeunes Français engagés aujourd’hui dans les aventures du scoutisme, pensez vous que le défi lancé à la face de la société il y a plus d’un siècle soit un défi réussi ?

Christophe Carichon : Oui certainement. Ce sont des millions de garçons et filles, de louveteaux, de louvettes, de jeannettes, de scouts, de guides, de routiers, de guides-aînées qui sont demeurés fidèles à leur promesse et sont prêts à servir leur prochain. Au début de la pandémie, il y a deux ans, les mouvements scouts se sont mis au service de la population, gratuitement, sans publicité. Tous les ans, les camps d’été enchantent des milliers de jeunes toujours sous la conduite de bénévoles. Le scout (la guide) a besoin de bois pour faire cuire sa nourriture et d’eau. Il en faut peu pour être heureux avec le feu, les chants, les jeux, la foi. On est loin des colonies de vacances hight tech pour bobos. Le scoutisme aime au contraire l’esprit de pauvreté.
Maintenant, dire que le scoutisme a changé le monde, qu’il a créé une chevalerie nouvelle et a refait la France chrétienne, certainement pas. C’est un échec complet à vue humaine.
Je pense que l’idéal scout se vit aujourd’hui  dans l’unité et dans la famille, cellule de base de la société. Pierre et Rozenn de Montjamont, dont je retrace la vie, l’avaient bien compris en fondant les Equipes Notre-Dame.

Breizh-info.com : Quelles sont les grandes figures actuelles du scoutisme et son avenir en tant que mouvement ?

Christophe Carichon : Les grandes figures de 2021, ce sont le chef ou la cheftaine qui pendant un an guide sa troupe, sa compagnie, sa meute, sa clairière ou sa ronde envers et contre tous: règlements de la Jeunesse et sports, inquiétude des parents, frilosité de certains grands chefs. Un week end par mois ou plus, entre sa licence à terminer et ses amis qui ne les trouvent pas assez présents dans les soirées mondaines, ils préparent avec leurs assistants pendant des heures des grands jeux, des repas trappeurs et des veillées. Et sur le terrain, ils font « scouter » les enfants et s’assurent de leur bien être pendant 36 heures. Ce sont ces jeunes de 20 ans les héros d’aujourd’hui.

Breizh-info.com : Quel a été le rapport de la Bretagne au scoutisme et surtout, quelles sont les grandes figures du scoutisme breton ?

Christophe Carichon : La Bretagne a été dès les années 1920 une belle province pour le scoutisme catholique. Les grandes figures du scoutisme breton sont nombreuses: le docteur Charles Picquenard (Quimper) fondateur de la province, le photographe d’art Jos Le Doré (Châteaulin), le général et résistant Auguste de Penfentenyo (Loctudy), le martyr des camps de concentration Marcel Callo (Rennes), la résistante Agnès de Nanteuil (Vannes), le colonel Jean Deuve, as des services secrets (Brest), l’abbé Berto, fondateur de Pontcallec (Vannes), Herri Caouissin, Perig et Lizig Géraud-Keraod, fondateur des Guides et Scouts d’Europe, Alan Stivell, Donatien Laurent et bien d’autres encore…

Propos recueillis par YV

Crédit photo : wikipedia (cc)

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

« Wallah, je vais cracher dans la bouche de ta fille » : Révélations sur Moussa, individu qui dénonçait des « violences policières »

Le 17 septembre 2021, dans la cité du Pavé Neuf, à Noisy-le-Grand, un individu prénommé Moussa est interpellé par...

3 Commentaires

  1. Si bien sûr, j’évoque très largement les Bleimor dans le chapitre consacré à Perig et Lizig Géraud – Keraod fondateur de ce group scout des Bretons de Paris et des Guides et scouts d’Europe

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés