Juin 1919 : Le sabordage de la flotte allemande

A LA UNE

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le contre-amiral Ludwig von Reuter donne l’ordre à ses hommes de couler la flotte allemande pour éviter qu’elle ne tombe aux mains des Britanniques.

Retour sur un naufrage méconnu.

En application des clauses de l’armistice du 11 novembre 1918, signé à Compiègne, la flotte allemande, alors très puissante, est envoyée dans l’archipel écossais des Orcades en attendant que les Alliés, réunis à Versailles, s’accordent sur le partage de ce précieux butin de guerre. Chargé de convoyer les navires jusqu’à la baie de Scapa Flow, le contre-amiral allemand Ludwig von Reuter doit, de longs mois durant, superviser matelots communistes et officiers impérialistes sous la surveillance constante de l’armée britannique.

À bord des navires, l’attente se fait interminable et la frustration, grandissante. Après sept mois d’inaction, le contre-amiral von Reuter ordonne à ses hommes de saborder les vaisseaux. Cent ans plus tard, habitants des Orcades et hauts gradés allemands et britanniques se sont réunis pour commémorer cet événement hautement symbolique, qui fait écho au sabordage de la flotte française à Toulon en 1942, pour échapper à la mainmise allemande.

Avec les éclairages de Yorck-Ludwig von Reuter, le petit-fils du contre-amiral, et des historiens Frédéric Guelton et Sebastian Rojek, l’exploration d’un naufrage méconnu, ultime coup de théâtre de la Première Guerre mondiale.

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur »

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur » https://www.dailymotion.com/video/x8601lb Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de...

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés