Stefano Magni (Il Giornale, Atlantico, The New Daily Compass) : « Les médias conservateurs sont en première ligne pour défendre la liberté d’expression » [Interview]

Le colloque organisé par le Matthias Corvinus Collegium (MCC) à Budapest a permis de réunir des journalistes d’Europe centrale et d’Europe de l’Ouest et de créer des échanges et des débats de haute qualité, notamment sur la question de la liberté d’expression.

Une liberté de plus en plus menacée à l’ouest, notamment du fait d’une tyrannie progressiste, gauchiste, woke (les appellations possible sont multiples..) qui ne supporte pas la moindre contradiction (et dont la seule réponse est bien souvent judiciaire).

Pour évoquer ces questions, nous avons interrogé Stefano Magni, journalistes pour plusieurs gros journaux italiens, rencontré sur place. Nous en avons profité pour aborder également la situation des médias en Italie, et le traitement de l’information, sur l’immigration ou la crise du Covid-19.

« Les médias conservateurs sont en première ligne pour défendre la liberté d’expression »

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter, vous et votre journal, à nos lecteurs ?

Stefano Magni : Je suis un journaliste indépendant, un libéral classique et un catholique. Ces trois aspects ne correspondent généralement pas en Italie, étant donné que les libéraux classiques sont pour la plupart laïques et anticatholiques, depuis la naissance de l’Italie. Habituellement, pour cette même raison, les catholiques pratiquants voient les libéraux (classiques et modernes) avec suspicion, pour ne pas dire plus. Et les journalistes, en général, sont presque tous progressistes, la majorité d’entre eux étant communiste ou au moins post-communiste. Ainsi, j’ai l’habitude de me considérer comme une petite minorité. Les journaux avec lesquels je travaille sont The New Daily Compass, un journal catholique en ligne, Il Giornale, le journal traditionnel de centre-droit fondé dans les années 70 par le grand journaliste Indro Montanelli et Atlantico, un quotidien libéral classique en ligne plus récent. La plupart de mon travail se concentre sur les commentaires et les analyses de l’actualité, principalement sur les affaires étrangères.

Breizh-info.com : Quelle définition donneriez-vous d’un média conservateur ?

Stefano Magni : Tout d’abord une définition  » négative  » : tous les médias qui ne sont pas alliés au mouvement progressiste. Au cours des 50 dernières années, au moins, le progressisme sous toutes ses formes est tellement dominant dans l’environnement médiatique, que tous les autres courants sont traités comme de la « contre-information ». Au cours des 20 dernières années, au moins, l’hégémonie progressiste est devenue si explicite que les médias constituent désormais une sorte de parti politique transnational informel, avec ses propres dirigeants, son propre programme et ses candidats favoris aux élections dans tout le monde occidental. Et ce « parti » n’accepterait jamais une opposition : il tend à diffamer et à défigurer toute dissidence. Ainsi, d’une manière générale, nous n’avons pas et ne pourrions pas avoir de véritables « médias conservateurs », à part ceux qui font preuve de plus de sensibilité, tant dans les informations que dans les éditoriaux, aux valeurs traditionnelles de notre civilisation, comme la famille, la religion, la souveraineté nationale, les droits de propriété.

Au cours de cette dernière décennie, les médias conservateurs sont en première ligne pour défendre la liberté d’expression, une cause traditionnelle libérale/progressiste que les libéraux modernes ont trahie, au nom du langage politiquement correct.

« Les peuples d’Europe de l’Est, des témoins importants du communisme »

Breizh-info.com : Nous nous sommes rencontrés lors d’un colloque organisé par le MCC en Hongrie. Pour un journaliste italien comme vous, pourquoi est-il important de créer des liens entre l’Europe centrale et l’Europe occidentale ?

Stefano Magni : Tout d’abord, il est important de montrer notre entière solidarité à la Hongrie en particulier et aux pays du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) en général. Ils sont traités comme des États voyous. La Hongrie n’est même pas invitée au forum des démocraties, organisé par le président américain Biden cette semaine : c’est le seul pays de l’UE qui ne participe pas, un cas unique, une véritable honte.

Mais les pays de Visegrad sont des démocraties constitutionnelles légitimes avec des élections régulières et ils respectent l’État de droit. Le préjugé à leur encontre est motivé idéologiquement par le progressisme, simplement parce que la majorité des Polonais et des Hongrois votent pour des partis conservateurs, afin de préserver les valeurs traditionnelles et de défendre leur propre souveraineté nationale. Bien sûr, ils ont tous des problèmes, comme la corruption, les abus de pouvoir et certaines de leurs récentes réformes pourraient être remises en question.

Mais ces problèmes ne sont pas tellement plus graves que ceux des démocraties occidentales. Pensez à l’Italie, par exemple : nous sommes toujours en tête des indices de corruption. Mais nous sommes toujours considérés comme une démocratie stable. Pour un journaliste italien comme moi, établir un contact avec les médias d’Europe de l’Est est une question de vérité, avant tout : montrer la vérité sur une partie discriminée de notre Europe, qui est victime de partialité politique et de désinformation flagrante presque quotidiennement.

Les peuples d’Europe de l’Est sont également des témoins importants du communisme. C’est crucial, car en Europe occidentale, nous avons tendance à oublier que la moitié de l’Europe était sous des régimes communistes.

Et nos intellectuels, dans cette partie de l’Europe, tout en faisant toujours revivre l’histoire du nazisme et du fascisme, se souviennent rarement de l’autre régime totalitaire, dont les crimes sont également tolérés, relativisés ou négligés. Le négationnisme n’est pas toléré pour les crimes du nazisme (en Italie, le négationnisme nazi est également un crime, selon notre code pénal), mais pour ceux du communisme, le négationnisme est toléré, voire promu par les historiens. L’Europe de l’Est est la voix de notre conscience, la voix d’un passé négligé.

Breizh-info.com : Votre média est un média catholique. Est-il difficile d’être un média catholique aujourd’hui, en Italie ?

Stefano Magni : Il est difficile d’être catholique, pas seulement dans les médias et pas seulement en Italie. Les catholiques, avec ce dernier pontificat du Pape François sont à la croisée des chemins.

La plupart des intellectuels, théologiens et journalistes catholiques suivent « l’esprit du Pape François ». Cela ne signifie pas l’obéissance au Pape, qui est un devoir pour tous les catholiques, mais la fidélité à une idéologie moderniste. Le pape François, en effet, n’a jamais changé la doctrine catholique, mais ceux qui parlent au nom de « l’esprit du pape François » veulent la changer radicalement.

Ces personnes modernistes sont les mêmes, ou une continuation directe des théologiens des années soixante-dix qui parlaient d’un « esprit du Concile » : le Concile Vatican II n’a jamais changé la vraie Doctrine, mais les théologiens de « l’esprit du Concile » voulaient « compléter le Concile », en changeant radicalement l’Eglise, sa Doctrine et ses institutions. Ils voulaient, et veulent encore aujourd’hui, introduire les femmes dans la prêtrise, mettre fin à la chasteté des prêtres, légitimer le divorce, accepter l’homosexualité, décentraliser les institutions de l’Église et adopter pleinement la justice sociale, non seulement en pratique (charité) mais aussi en idéologie (paupérisme et socialisme à part entière). En fait, ils veulent une Église sécularisée qui se consacre davantage aux problèmes sociaux. Ils voient dans le pape François l’homme idéal au bon endroit, en raison de sa vision progressiste du monde.

C’est la tendance dominante dans l’environnement culturel catholique italien et elle représente un double défi. Si vous l’acceptez, vous devez nier la Doctrine. Si vous ne l’acceptez pas, vous devez être critique envers l’Église actuelle et le piège d’un schisme est toujours là pour prendre votre âme.

Pour être catholique, dans ce moment historique, vous devez être à la fois fort et rationnel, suivre la Doctrine pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle « devrait être« , obéir au Pape pour ce qu’il est et non pour ce qu’il « aurait pu penser » et même pas pour ses visions personnelles du monde. Il faut s’en remettre à la réalité, plus que jamais.

« le confinement, une idéologie parfaitement cohérente avec le post-communisme »

Breizh-info.com : Comment voyez-vous, et que pensez-vous, de la situation du covid et de ses restrictions en Italie ?

Stefano Magni : Si cette pandémie est une véritable tragédie (surtout en Italie, premier pays occidental à avoir connu le Covid-19), les réactions des gouvernements à cette pandémie sont une tragédie dans la tragédie. Le nouveau coronavirus est arrivé en Italie en février 2020, alors que les post-communistes étaient au pouvoir dans le gouvernement de coalition de centre-gauche. Ils ont réagi comme tous les communistes auraient pu le faire, comme dans le régime chinois qu’ils admirent ouvertement : arrêter la production industrielle, imposer un lock-out de toutes les activités commerciales, obliger les gens à rester chez eux pour une durée indéterminée. Nous avons eu le lock-out le plus dur d’Europe. Beaucoup de ces ordres n’étaient pas nécessaires. Il était tout à fait clair, l’année dernière également, que pour combattre la pandémie, il suffisait d’une distance sociale, de masques, de tests massifs et de recherche des contacts (et d’un plus grand nombre d’hôpitaux, également).

Notre gouvernement n’a jamais mis en œuvre ces mesures : non seulement il n’y avait pas de masques, pas de tests, pas de recherche des contacts et pas assez d’hôpitaux, mais personne au gouvernement ne voulait mettre en œuvre ces mesures très élémentaires. Au lieu de cela, le gouvernement a imposé un confinement dur inutile, créant des problèmes sociaux et économiques.

Tout simplement parce que le confinement est une idéologie, et qu’il est parfaitement cohérent avec le post-communisme : si le capitalisme est la racine de tous les problèmes (même le Covid était conçu comme une « rébellion de la nature contre le capitalisme »), il faut d’abord arrêter le capitalisme, en bloquant tout commerce, toute production et aussi tout divertissement, tout mouvement de personnes.

Au moins pendant les trois premiers mois, nous sommes devenus une version occidentale du régime chinois. Nous avons encore aujourd’hui de nombreuses restrictions et nous ne voyons pas la fin de cette situation « d’urgence », qui n’en est plus une du tout : après deux ans, elle devient une « nouvelle normalité ».

Mais l’aspect le plus déprimant de tout cela est le consensus océanique et bipartisan pour cette nouvelle normalité. Les gens, surtout les jeunes et les femmes (selon les sondages les plus récents) acceptent toutes les limitations de leur liberté au nom de la sécurité et de la santé. C’est un énorme problème culturel.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous que ces gens semblent accepter de nombreuses restrictions, sans discussion ?

Stefano Magni : Les Italiens ont toujours partagé une culture collectiviste. Le collectif sur l’individu, l’État sur la société. C’est le résultat de décennies d’endoctrinement culturel par le plus grand parti communiste d’Europe occidentale, avant cela par l’idéologie fasciste (fondamentalement une autre forme de socialisme) et par le catholicisme progressiste.

Les nouvelles générations d’Italiens sont encore plus radicales, car elles grandissent dans des écoles gauchistes, avec des enseignants gauchistes, et ont tendance à croire à tous les idéaux de la nouvelle gauche : environnementalisme radical, justice sociale, féminisme et sexisme. Le lockdown s’inscrit parfaitement dans la société idéale des écologistes. Il est également accepté par les syndicats et la classe ouvrière : s’ils sont employés par le gouvernement (et le plus grand employeur en Italie reste l’État), ils travaillent moins et ont le même salaire. Dans les grandes entreprises émergentes, surtout celles du secteur numérique, ils font même plus de bénéfices.

La seule minorité qui perd tout, ce sont les petits entrepreneurs, ceux qui travaillent dans le tourisme, la restauration, les magasins, les événements, les auberges. Mais ils sont une minorité, avec peu ou pas de pouvoir, peu ou pas de représentation dans les syndicats et finalement ils n’ont pas la « conscience » de leurs propres intérêts. Par exemple, aujourd’hui les syndicats de commerçants demandent la répression du mouvement anti-Passe Vert, l’accusant de perturber l’action du gouvernement contre la pandémie. Même si ces actions gouvernementales sont directement contre leurs propres intérêts.

« Peut-être que les gouvernements italiens utilisent l’immigration comme monnaie d’échange avec l’Union européenne »

Breizh-info.com : L’Italie est en première ligne face à l’immigration. Pouvez-vous nous parler de la situation dans votre pays ? Et de l’influence de la Commission européenne dans ce processus ? L’Italie est-elle en train de changer ?

Stefano Magni : L’Italie est en première ligne tout simplement parce que nos gouvernements, depuis 2013, ont décidé d’ouvrir les portes à l’immigration de toutes sortes, légale et illégale. Aujourd’hui, nous sommes le seul pays de toutes les côtes méditerranéennes qui ouvre les portes à l’immigration illégale et il n’y a aucun signe de changement.

Depuis 2013, lorsque Enrico Letta (un catholique de gauche) était premier ministre, il a délibérément accepté une politique d’immigration de tolérance totale et les successeurs n’ont jamais changé de cap. Seuls deux ministres de l’Intérieur ont essayé de changer, Marco Minniti (ancien communiste) en 2017 et Matteo Salvini (Ligue, conservateur et ancien séparatiste nord-italien) en 2018-19, mais ils ont été littéralement crucifiés par les médias et l’opinion publique et leurs successeurs ont continué la politique précédente de portes ouvertes. Salvini est actuellement en procès pour enlèvement massif simplement parce qu’il a arrêté à la frontière un bateau d’immigrants (une procédure habituelle et généralement légale). On peut encore se demander pourquoi les gouvernements italiens suivent cette politique. Bien sûr, l’immigration clandestine est une aubaine pour les trafiquants illégaux, la mafia italienne et aussi, légalement, pour une pléthore d’associations, de coopératives et d’ONG qui gagnent du terrain (et beaucoup de fonds) avec l’immigration.

Mais ce n’est pas une explication suffisante. Je ne crois pas aux arguments économiques stupides, comme ceux qui pensent que les immigrés vont «  faire les travaux que les Italiens refusent  » : nous avons l’un des taux de chômage les plus élevés d’Europe. Mais beaucoup de gauchistes, au gouvernement, le croient vraiment.

Je ne crois même pas à ceux qui nous disent que les immigrés vont payer nos retraites, en inversant l’hiver démographique : le problème du système de retraite italien est que les gens partent trop tôt à la retraite et que leurs pensions sont trop élevées pour être économiquement viables. Mais presque tous les partis, tant de gauche que de droite, n’acceptent même pas d’envisager une réforme sérieuse des retraites et préfèrent penser (rêver) à une future jeune population immigrée qui paiera pour nous. Et que dire de la solidarité rhétorique envers ceux qui fuient la famine et la guerre ? Elle n’est que partiellement basée sur des faits réels : seul 1 immigrant sur 10 est une véritable personne dans le besoin (encore moins, si l’on considère strictement les conditions pour être considéré comme un réfugié), tous les autres sont simplement des immigrants illégaux. Il y a aussi ici l’idéologie en action : pour la nouvelle gauche, la « diversité » est une valeur en soi, donc une population « plus diverse » pourrait être meilleure qu’une société blanche, chrétienne, européenne, « monotone ». C’est un non-sens : nous ne sommes ni des animaux, ni des plantes, la « biodiversité » ne pourrait pas être appliquée aux sciences sociales, mais en fait la nouvelle gauche y croit et agit en conséquence.

Et puis il y a aussi un soupçon légitime : peut-être que les gouvernements italiens utilisent l’immigration comme monnaie d’échange avec l’Union européenne : nous prendrons les immigrants, vous fermerez un œil ou deux sur nos finances. L’avenir nous dira si c’est la véritable raison de notre « solidarité méditerranéenne ».

Breizh-info.com : Lors du colloque à Budapest, on a parfois entendu que le mur de Berlin s’est inversé. Que maintenant, la vraie liberté d’expression se trouve en Europe centrale ou en Europe de l’Est, et non plus à l’Ouest. Etes-vous d’accord avec cette suggestion ?

Stefano Magni : Je ne sais pas, vraiment. Je ne parle pas hongrois, je ne peux pas juger les médias dans une langue que je ne comprends pas. Je sais que les médias hongrois sont considérés comme « réprimés » ou « contrôlés par le gouvernement » par ces mêmes journalistes qui veulent plus de répression et plus de contrôle gouvernemental dans notre pays, afin de réduire au silence le journalisme non progressiste. Je sais avec certitude que les accusateurs ne sont plus crédibles.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS