5 millions de jouets de contrefaçon saisis entre octobre 2021 et janvier 2022

5 millions de jouets de contrefaçon saisis entre octobre 2021 et janvier 2022. Tels sont les résultats obtenus par Europol lors l’opération « Ludus II » pour une valeur marchande de 18 millions d’euros.

Entre octobre 2021 et janvier 2022, les pouvoirs publics et organisations* de 21 pays* se sont associés avec les services d’Europol afin de mener cette opération, dans l’optique de protéger les consommateurs et de tarir l’offre de jouets contrefaisants, en effectuant une veille intensive sur 72 marchés en ligne, dont 30 d’entre eux ont été fermés. Ces mois d’investigations ont permis aux enquêteurs le signalement de 99 individus aux autorités judiciaires et 1459 individus aux autorités administratives et sanitaires. Ainsi, 2600 dossiers ont été ouverts sous le motif d’un risque sanitaire.

« Il est important de rappeler que les faux produits sont dangereux pour la santé et la sécurité des consommateurs. Ils sont souvent à l’origine d’accidents domestiques, tels que le risque d’exposition aux produits chimiques, d’étranglement, d’étouffement, de chocs électriques, de lésions auditives, d’incendie, etc…» indique l‘Union des Fabricants (Unifab), association de défense et de promotion du droit de la propriété intellectuelle – qui regroupe plus de 200 entreprises issues de tous les secteurs d’activité.

Alors que la contrefaçon continue de progresser sur la scène internationale, notamment par le biais de la vente en ligne, elle représente aujourd’hui 2.5% du commerce mondial et touche tous les pans de l’industrie. La France se hisse, aujourd’hui, au second rang des marchés les plus propices à la revente de produits contrefaisants et le secteur du jouet ne fait pas exception. En effet, la douane française a, au cours de l’année 2021, effectué la saisie de 9.1 millions de faux produits dont 1.6 millions concernent le secteur des jeux, jouets et articles de sport.

« Cette coopération de plusieurs services, de plusieurs Etats et de plusieurs organisations illustre parfaitement le dicton « l’union fait la force » et particulièrement dans l’univers de la lutte anti-contrefaçon. Les résultats probants de cette opération, dévoilée aujourd’hui, démontrent que le danger est une des facettes de ce trafic qu’il devient urgent de stopper. Ces chiffres doivent être cités en exemple, notamment lors de discussions en cours sur le Digital Services Act qui va redéfinir les règles du monde digital européen et qui demeurent inchangées depuis plus de 20 ans. » déclare Christian Peugeot, Président de l’Unifab.

*Les organisations : la Guardia Civil, l’Office de lutte antifraude de l’UE (OLAF), l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), l’Organisation mondiale des douanes (OMD), la Guardia di Finanza

*Les pays participants : la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, la Tchéquie, l’Estonie, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Espagne, la Côte d’Ivoire, la Macédoine du Nord, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. 5 millions trouvés, mais combien sont passés ? la douane devrait systématiquement ouvrir les containeurs en provenance des fabricants déjà chopés ! pourquoi ne le font ils pas ? c’est impossible bien sur, ben voyons dirait l’autre

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !