Présidentielle 2022. Quelles propositions des candidats pour améliorer le quotidien des automobilistes ?

automobile

Faire réagir les candidats à l’élection présidentielle aux contraintes du quotidien des 48 millions de Français détenant un permis de conduire, tel était l’objectif de la Ligue de Défense des Conducteurs avec la sortie d’un manifeste intitulé « Sortir du dogme anti-voiture, sortir de l’échec de la Sécurité routière » et adressé aux candidats.

Premier à répondre, le Parti communiste, en la personne de Jacques Baudrier, délégué par Fabien Roussel. Lequel a reconnu qu’avec le temps, ses instances dirigeantes se sont éloignées des préoccupations des Français qui ont besoin de leur voiture chaque jour… et qui s’est déclaré favorable à une aide de 10 000 € sans condition de revenus pour acquérir une voiture récente Crit’Air 1 ou 2, y compris les thermiques.

Paulin Dementhon, s’exprimant pour La République en Marche reconnait que « les gens sont dépendants de la voiture et n’ont pas le choix », reconnaissant que « les culpabiliser, c’est explosif ». C’est pourtant ce que son candidat, Emmanuel Macron, fait depuis cinq ans !

Au QG de campagne d’Éric Zemmour, le programme automobile de ce candidat est particulièrement étoffé, avec fin du permis à points, rétablissement du 90 km/h sur le réseau secondaire et du 50 km/h en ville, refonte de la fiscalité des carburants, suppression des Zones à faibles émissions… Les engagements de Nicolas Dupont-Aignan, prévoient entre autres, de renationaliser les autoroutes.

Nathalie Arthaud a assuré l’association de sa « confiance dans la responsabilité des conducteurs ». Pour les autres candidats, silence radio, même si néanmoins, dans les programmes politiques de chacun, des engagements sont pris, voir ci-dessous.

Les dix propositions de politique automobile de la Ligue de Défense des Conducteurs :

1/ Suppression des voitures-radars privatisées, 2/ Abandon du recours systématique aux radars automatiques, 3/ Abandon de l’article 10 de la loi 3DS engendrant la prolifération des radars en ville, 4/ Création d’une police des routes, 5/ Adoption d’un texte de loi revenant au principe initial de sécurité routière, 6/ Mise en place d’une formation post-permis gratuite théorique et pratique, 7/ Entretien du réseau routier et lutte contre les infrastructures inadaptées et accidentogènes, 8/ Renoncement définitif aux abaissements des limitations de vitesse, 9/ Abandon des malus et adoption d’une politique claire et compréhensible orientant les acheteurs vers les motorisations adaptées à leurs besoins, 10/ Moratoire sur la mise en place des zones à faibles émissions.

 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Mettre une TVA de 5.5 % sur les carburants, le gaz et l’ électricité serait une avancée dans le bon sens !!!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !