L’Union Européenne et l’interdiction du système Proof Of Work (PoW)

L’Union Européene, qui s’intéresse au sujet des cryptomonnaies et à leur régulation depuis un moment, s’est penchée sur la question du système Proof Of Work (PoW), en français : Preuve de Travail. 

L’une des questions qui a été discutée au parlement européen était celle d’interdire l’utilisation du système par Proof Of Work. Cette proposition avait suscité de vives critiques de la part de la communauté crypto. Rappelons d’abord ce qu’est le système Proof Of Work, puis nous verrons les raisons pour lesquelles l’Union européenne réfléchit à l’idée de l’interdire. Enfin, nous verrons pourquoi ce projet d’interdiction a été suspendu pour le moment. Enfin, nous verrons pourquoi pour l’instant ce projet d’interdiction a été suspendu.

Qu’est-ce que le système par Proof Of Work ?

Le système de protocole via preuve de travail est tout simplement le tout premier système de protocole de blockchain jamais inventé. C’est le système qui fait fonctionner la blockchain Bitcoin qui est la blockchain la plus importante au monde et la première jamais créée. Les blockchains Ethereum, Litecoin, et bien d’autres fonctionnent également au moins partiellement via la preuve de travail. Pour le cas d’Ethereum, une transformation de la blockchain est en cours avec la mise à jour Ethereum 2.0 dont l’objectif est de faire passer une blockchain qui fonctionne avec la Proof Of Work (PoW) a une blockchain fonctionnant avec le système par Proof Of Stake (PoS), en français, la Preuve d’Enjeu. 

Le système par Proof Of Work est le système que l’on vous explique en général lorsque l’on vous explique le système de la blockchain. Des mineurs, partout dans le monde, réalisent une activité appelée le minage et qui vise à trouver une combinaison permettant de générer un nouveau bloc dans la blockchain. C’est ce qui permet à la blockchain de fonctionner. Pour trouver cette combinaison, des calculs importants avec des ordinateurs – plusieurs ordinateurs – très puissants sont nécessaires. Une fois que le mineur a trouvé cette combinaison, il est capable de fournir une Preuve de Travail (Ou Proof Of Work) et est récompensé par sa participation avec une certaine quantité de crypto-monnaies de la blockchain. Sur la blockchain Bitcoin par exemple, la récompense sera en Bitcoin. 

Quel est le problème du système via Preuve de Travail, et pourquoi l’interdire ?

Le problème du système via Preuve de Travail est que, comme nous l’indiquions, des calculs très importants sont nécessaires pour trouver les combinaisons permettant de faire fonctionner la blockchain. Pour réaliser ces calculs, de nombreux ordinateurs très puissants sont nécessaires, si bien qu’il existe aujourd’hui de véritables usines de minage de bitcoins. Cette activité est malheureusement extrêmement coûteuse en énergie. 

Reprenons l’exemple de Bitcoin, en 2017, selon le site internet Fournisseur Energie, ce sont 30,25 TWh qui ont été nécessaires pour miner les bitcoins de la blockchain. C’est une quantité énorme qui est supérieure à la consommation énergétique de nombreux états dans le monde ! En 2020, on estime que la consommation énergétique pour le minage de bitcoins était à peu près équivalente à la consommation énergétique de la Norvège.

Concernant Bitcoin toujours, le problème qui s’ajoute aujourd’hui, est que la consommation d’énergie nécessaire pour miner un bitcoin est de plus en plus importante. Nous vous invitons à lire cet article de Numerama qui explique très bien le fonctionnement des « Halving » qui sont des cycles de 4 ans, au bout desquels la production de bitcoins est divisée par deux. Cela signifie que depuis sa création, il est devenu tous les 4 ans beaucoup plus énergivore pour miner un bitcoin. Même si cela semble inquiétant, l’utilisation des crypto-monnaies sur bitcoin-profit.app ne diminue définitivement pas et les traders sont de plus en plus nombreux chaque jour.

Comme nous le disions, Bitcoin n’est pas la seule blockchain à fonctionner avec le système PoW mais il s’agit de la blockchain la plus importante et c’est aussi celle qui est de loin la plus énergivore de la planète.

Des députés européens souhaitent interdire la PoW

Considérant le système via Proof Of Work comme trop polluant, certains députés européens ont pris l’initiative de commencer à réfléchir à son interdiction. Dans le texte du règlement européen qui est en préparation, le MiCA (market in crypto asset), ce groupe de députés avait obtenu l’interdiction du système par Proof Of Work, dans l’article 61 paragraphe alinéa 9c. Cet article aurait donc eu pour conséquence l’interdiction du Bitcoin dans toute l’Union Européenne. Heureusement pour les cryptophiles, nous n’en sommes pas encore là. 

Une critique importante de la communauté crypto

Ce projet de loi a été vivement critiqué par la quasi-totalité de la cryptosphère. Il est vrai qu’il existe aujourd’hui d’autres méthodes que le système via Proof Of Work pour faire fonctionner une blockchain. La solution alternative la plus connue est la Preuve d’Enjeu, qui est en train d’être installée sur Ethereum et qui est d’ores et déjà utilisée sur de nombreuses blockchains importantes comme la Binance Smart Chain

En plus du système par Preuve d’Enjeu, il existe d’autres système comme le système par « Proof of authority », le système par « Proof of history », ou encore le système par « Proof of identity (PoID) » pour ne citer que ceux-là. Ces systèmes sont souvent beaucoup moins énergivores que le système par Proof Of Work et utilisent des procédés innovants.

Cependant la communauté crypto reste très attachée au Bitcoin et à son fonctionnement. De nombreuses personnalités de tous horizons possèdent des bitcoins et il s’agit de la première blockchain jamais crée, elle est mythique dans l’esprit de nombreuses personnes. Satoshi Nakamoto (Voir l’article de Numerama : Qui est Satoshi Nakamoto ?), son créateur, est une légende considérer comme le père créateur de la blockchain, ce système révolutionnaire.

C’est sans doute ces fortes critiques qui ont fait reculer l’UE dans son ambition d’interdire le trading de crypto-monnaies utilisant le système par PoW. On imagine difficilement une interdiction du Bitcoin. Mais la bonne nouvelle est que le minage de Bitcoin aura une fin puisqu’il ne peut y avoir que 21 millions de bitcoins, et pas un de plus. Voir l’article sur Cryptotoast : Pourquoi y a-t-il 21 millions de bitcoins ?

Cet article n’a pas été rédigé par la rédaction de breizh-info.com

Une réponse

  1. Le bitcoin n’est pas seulement « mythique » : beaucoup de gens y ont mis de l’argent — et souvent s’imaginent y avoir gagné de l’argent. Cependant, ce gain est virtuel. Si un grand nombre de gens cherchent à le rendre réel, il disparaît ! Interdire le bitcoin, ce serait comme dire que dieu n’existe pas : une catastrophe pour ceux qui y croyaient. Et pour ceux qui en vivaient, bien sûr.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS