Plémet (22) : un projet de décharge explosif !

L’endroit est bucolique. Proche d’un village surmonté d’un moulin rénové. Vous sortez un peu des habitations et vous prenez à gauche. Au fond d’un chemin, se dessine l’étang du Pas en Plémet dans le Mené (Centre-Bretagne -22). Coeur de la forêt. Une demoiselle est en train de pêcher. Les vététistes apprécient l’endroit et y ont esquissé un petit sentier parfait pour les escapades dominicales. Poumon de verdure et nature inviolée, ici même les blaireaux creusent des terriers géants car ils savent que personne ne viendra les déloger.

Mais ce calme est en sursis car un entrepreneur, Bertrand Lessard, a aujourd’hui de grands projets pour cet endroit.

Bertrand Lessard dirige la carrière de Saint-Lubin en Plémet. Exploitation de gravières et sablières, argile, kaolin. Les Travaux Publics dans le secteur c’est Lessard. Les carrières c’est Lessard. Tout au long de l’immense chantier de la RN 164 qui entend relier en 2×2 voies sans discontinuité Montauban-de-Bretagne (35) à Châteaulin (29) les calicots Lessard sont bien visibles. Car Lessard est dans les carrières, dans les Travaux Publics mais aussi dans tout un tas d’autres activités. Selon le site Vérif.com, ce monsieur est mandataire dans 32 sociétés ! Un homme qui a réussi donc, mais un homme qui prend un peu trop ses aises selon l’opinion locale.

Ce jeudi matin, l’article dans le Courrier Indépendant de Loudéac est tout bonnement ahurissant. Car le magnifique site de l’ancienne carrière de kaolin du Pas, devenue étang donc, est dans le viseur de Bertrand Lessard. Son projet : en faire une décharge de déchets inertes. En clair, les encombrants issus de ses propres carrières ainsi que les déchets des entreprises de bâtiment seraient déversés dans cette immense fosse à ciel ouvert. Et les chiffres sont effroyables : 1 million de tonnes d’eau seraient vidés, poissons, grenouilles, animaux divers seraient passés par pertes et profits. Et la pollution due aux déchets ? « Aucun problème » selon Bertrand Lessard car à lire l’article du Courrier, « l’étang ne compte aucune source et serait juste alimenté par l’eau de pluie ». Pour résumer, système clos, rien n’y entre (à part l’eau du ciel), rien n’en sort. « C’est faux ! » nous indique un voisin « mon père a connu l’exploitation de kaolin, il y avait des pompes pour évacuer l’eau, c’est bien qu’il y avait des sources ! ». D’ailleurs, un exploitant de pommes bio installé un peu plus loin nous confirme que ces prairies humides sont pleines de sources. Et celui-ci d’ajouter que l’étang alimente en eau les étangs de la Croix-Nouette situés aux abords du bourg et prisés des promeneurs et des pêcheurs. Si l’étang du Pas est bouché par des déchets, qu’adviendra-t-il de ceux de la Croix-Nouette ? Dans une période de sécheresse, la perspective a de quoi surprendre…

Le problème est que Bertrand Lessard a beaucoup d’appuis dans la région. Son gendre, Romain Boutron, est d’ailleurs au conseil municipal de Plémet après avoir été maire et même président du conseil départemental LR des Côtes d’Armor entre 2020 et 2021. C’est d’ailleurs en 2021 que le Plan Local d’Urbanisme de Plémet a été modifié pour permettre au site de l’étang du Pas d’accueillir une décharge, la demande avait opportunément été effectuée par Lessard Bertrand en octobre 2020.

Décharge à Plemet : une opposition se constitue

Malgré son légendaire entregent, pas sûr que le projet de déchetterie dans un endroit aussi préservé passe comme une lettre à la Poste. Les riverains sont vent debout contre le saccage annoncé de leur environnement. Une pétition circule. La perspective de voir une myriade de camions amener des déchets en permanence ne semble pas emballer tout le monde. Pourtant Bertrand Lessard est tout à fait rassurant dans Le Courrier : « les matériaux déposés seront contrôlés » dit-il. Dans la mesure où quelqu’un puisse contrôler finement un chargement qui peut aller jusqu’à plusieurs tonnes. Certaines entreprises sont roublardes et cachent facilement de l’amiante ou autres au milieu de gravats anodins. Même si des prélèvements sont prévus, les ISDI, sites de stockage de matériaux inertes, sont loin d’être sans reproche. Et puis « les camions circulant entre la carrière de Saint-Lubin et la future décharge auront un impact environnemental faible » selon l’entrepreneur. Bah voyons ! Des camions écolos tirés par de sympathiques biquettes et qui ne soulèveront aucune poussière ni ne rejetterons aucun CO2 ! Qui peut croire ça en 2022 ? Les habitants du village de Saint-Lubin, auprès de la bucolique chapelle connaissent eux la chansonnette. Selon l’un d’eux interrogé par nos soins, le constat est sans appel : « les camions ne devraient pas passer par Saint-Lubin, il en passe quand même. Certains tirs de mine font trembler les maisons. La carrière est en train de tout acheter dans le coin pour pouvoir s’étendre, parfois la carrière tourne jusqu’à 22h et commence à 6h. Plus les poussières et l’odeur de bitumé. Et on nous parle d’écologie, de respect de l’environnement ? Il va falloir que ça s’arrête ! »

De plus, si les oppositions à ce genre de projets étaient facilement marginalisées autrefois, l’époque a considérablement changé. N’importe qui ne peut plus faire n’importe quoi où bon lui semble au nom du « développement économique ». Et ce même si l’entrepreneur est réputé « avoir le bras long ». Devant des milliers de manifestants ou la menace d’une ZAD personne n’a plus le bras long. « Lessard se trompe d’époque » nous confie un connaisseur de la vie locale « il se croit tout permis mais va finir par déclencher un ouragan, les gens aujourd’hui ne tremblent plus devant une figure locale comme avant. Les anciens éventuellement, les jeunes non. »

Et si encore le projet de déchetterie à ciel ouvert de Plémet pouvait jouer sur la corde sensible de l’emploi. Interrogé sur le sujet, l’un des riverains du Pas semble dubitatif : « cela ne créera aucun emploi ou si peu et ça saccagera durablement l’environnement. Par contre, cela rapportera beaucoup d’argent sur 10-15 ans car toutes les entreprises du bâtiment viendront ici déverser leurs déchets. Et quand l’étang sera plein et que le coin sera détruit, Lessard partira et nous laissera ses gravats. »

Fin juin, le conseil municipal de Plémet, propriétaire de l’étang du Pas, sera amené à voter sur le projet. Selon un riverain, « la plupart des conseillers municipaux ne connaissent même pas l’endroit. Et Lessard saura convaincre les indécis… Je ne pense pas qu’il faille compter là-dessus. Banderoles, panneaux, pétitions, médias : Il va plutôt falloir se mobiliser et faire du bruit. »

Les photos vendent du rêve. Qui a envie d’avoir cela à côté de chez lui ?
Les documents laissés aux riverains
Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

2 réponses

  1. j’espère que les élus de Plémet prendront 5 minutes de le temps pour taper « réemploi matériaux construction » sur google. Ils apprendront ainsi que le stockage en pleine nature est obsolète, que les filières de recueil des déchets pour réemploi se multiplient, que c’est une nouvelle économie circulaire qui ne coute rien au contribuable… Il y a même des nouvelles boites comme néolithe qui arrivent a recréer des granulats exploitables pour le bâtiment à partir de n’importe quel déchet. Vraiment, il suffit de 5 mn sur internet pour le comprendre er préserver ce plan d’eau d’une pollution mortifère pour les 1000 ans qui viennent.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !