Rennes. La municipalité s’attaque aux automobilistes, pas aux dealers

Rennes_mairie

La Ville de Rennes veut « reprendre le contrôle des rues » peut-on lire en titre d’Ouest-France le 27 juin 2022. Alors que les fusillades s’y sont succédées ces dernières semaines, que des hommes sont morts ou ont été grièvement blessés dans des affaires liées aux gangs et aux stupéfiants, on se disait que Nathalie Appéré allait annoncer la création d’une BOPE bretonne pour nettoyer physiquement les quartiers rennais de leurs dealers.

Il n’en sera rien : la chasse est ouverte, contre les automobilistes, y compris résidents à Rennes. Ainsi le stationnement payant va être étendu à Rennes dans les quartiers Sud-Gare, Cleunay-Arsenal-Redon-La Courrouze, et Thabor-Saint-Hélier-Alphonse Guérin. Coût mensuel pour les riverains, pour stationner les voitures ? 13€ par mois (à ajouter à toutes les augmentations folles que chaque foyer français connait actuellement). Le motif ? La fausse écologie, réellement punitive, faisant de la voiture le mal quasi absolu.

Valérie Faucheux, « écologiste » du conseil municipal, explique qu’il s’agit de « limiter l’usage de la voiture dans le cadre des déplacements liés au travail et favoriser le recours aux transports en commun très présents dans ces secteurs qui sont, par ailleurs, facilement accessibles en modes actifs ». Vous obliger à un déplacement collectif, ne plus vous laisser le choix hormis si vous en avez les moyens financiers, telle est la façon de raisonner de la gauche rennaise.

Sur d’autres sujets, on aurait presque l’impression d’entendre un ayatollah d’une république Islamique : Pour Valérie Faucheux il faut « reprendre le contrôle des rues » : « Evasion, Laguna, Touran, Galaxy… Autant de noms de voitures qui invitent au voyage. Depuis les années 50, la conviction que la voiture est un outil de liberté est durablement ancrée dans l’imaginaire occidental. Conduire, c’est aller où on veut, quand on veut, avec qui on veut, à tout moment. Ce serait une parfaite définition du bonheur.  48 000 morts par an dus à la pollution automobile en France, 3 500 morts et 70 000 blessées dans les accidents, sans compter le transport routier responsable de 40 % des gaz à effet de serre qui transforme dramatiquement le climat de notre planète. En ville, l’autoslisme génère bruit, embouteillage, heures perdues à trouver une place. Mais aussi un encombrement démesuré de l’espace public. Monte le sentiment tenace qu’on ne peut plus se garer et qu’il faudrait davantage de places. Pourtant, Rennes n’en manque pas : plus de 20 000 sur la voirie, 6 200 dans les parkings publics, 2 200 dans les 4 parkings relais de la ligne A de métro et bientôt 2 000 de plus avec la ligne B. »

Au final, une manne financière importante pour Rennes Métropole qui récupère 75% des amendes. Les riverains eux, n’en peuvent plus de cette politique punitive. Faut-il rappeler que bien qu’elle se sente légitime, Nathalie Appéré n’a été élue que par 23 352 rennais, sur 116 000 inscrits ? Pendant ce temps, à Maurepas comme en plein centre-ville de Rennes, les dealers, à pied, en voiture ou en métro, pullulent, et même le Procureur de Rennes, M. Astruc, doit concéder que le climat sécuritaire se dégrade à vitesse grand V,  « comme partout » dit-il (comme si c’était acceptable, comme s’il fallait s’y habituer….). Ce ne sera pas faute d’avoir prévenu depuis des années !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Avec ce que va rapporter l’argent des parkings, ils pourront faire venir encore plus d’immigrés !!! BANDE DE MALFRAT !! la seule chose que les verts ont mis en place !! c’est de mettre des groupes électrogènes pour recharger les voitures !!! comme disait Coluche  » je me marre « 

  2. Les Rennais ont voté, ils est trop tard, il fallait les virer. Je pense que le bobo rennais fumeur de joints n’a besoin que de son vélo pour aller de son apart de centre ville à son bureau. Il n’y va pas d’ailleurs car il travaille chez lui avec son ordi. Alors qu’en a-t-il à faire du glandu qui fait cinquante kilomètres aller pour venir travailler en centre ville. C’est ça la gauche écolo mélenchoniste.

  3. Écologie punitive permanente. Remarquez, ça fonctionne plutôt bien, je ne vais plus a rennes en voiture, mais plus du tout, du même coup, je ne vais plus au restaurant, au cinéma, dans les magasins, etc, c’est à dire que je dépense mon bon argent ailleurs.
    Mme faucheux tape sur les voitures en permanences, mais laisse les vélos faire ce qu’ils veulent. Même les piétons passent après les vélos. Il va falloir un jour poser la question de faire payer les vélos à la hauteur de l’espace qu’ils leur est réservé, comme les voitures. pourquoi pas une vignette pour payer les infrastructures, un contrôle technique pour retirer les vélos sans frein, sans éclairage de la circulation, des verbalisations car énormément d’infraction, feux rouge, stop, utilisation des trottoirs, stationnement des vélos anarchique, refus de priorité, défaut d’éclairage, de casques, …. il y a des accidents certes, mais beaucoup sont du à des comportements étatiques des cyclistes. OK pour le partage, mais tout le monde participe

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !