La Troménie de Marie, une Troménie inspirée et bretonne

De nombreux pèlerins et fidèles, certains curieux étaient présents le samedi 10 septembre au sanctuaire de Sainte Anne d’Auray pour accueillir la Vierge Marie et son fils, ainsi que les pèlerins et la calèche de la jument Symphonie qui ont pour certains parcouru les 1 100 kilomètres de cette troménie de Marie, dite aussi TRO MINIHY.

HISTOIRE DE SAINTE ANNE D’AURAY- YVON NICOLAZIC

Le recteur de la basilique et du sanctuaire, le Père Gwenaël Mauray, ainsi que Monsieur le maire de sainte Anne, Roland Gastine nous accueillaient dans la maison de Yvon NICOLAZIC, jeune paysan breton, qui en 1623, voit lui apparaître dans la nuit une main tenant un mystérieux flambeau. En 1624, quelques mois plus tard, en juillet 1624, Anne, la mère de Marie se dévoilera à lui. Il s’ensuivra de nombreux miracles et la reconnaissance de ce lieu saint, seul leu au monde où Anne, la mère de Marie ait fait une apparition.

Au lieu-dit Bocenno, où est découverte une statue de sainte Anne, dès le 17 -ème siècle, est construite une première chapelle, saccagée pendant la Révolution. La basilique actuelle est construite à la fin du XIX -ème siècle, afin d’y accueillir les pèlerins toujours plus nombreux.

A la suite de la première guerre mondiale, période pendant laquelle la Bretagne a sacrifié 240 000 de ses enfants (le double, proportionnellement, du reste de la France), fût construit sur le site un impressionnant mémorial sur les murs duquel sont gravés les noms de 8 000 bretons, morts pour la France.

Il convient de rappeler qu’en 1996, le Pape Jean Paul II, en pèlerinage à sainte Anne d’Auray y a rassemblé 150 000 personnes.

ORIGINE DE LA TROMENIE DE MARIE : la prière à MARIE

Monsieur et Madame Tanguy de Penfentenyo sont à l’origine de cette Troménie, inspirés par la participation au pèlerinage « M de Marie », dans le Morvan. Le constat d’un mal être général français, qui se traduit par la montée des déchirements familiaux, la montée de la violence, la montée de la haine, la montée du non-respect de la vie, l’angoisse, la désespérance, la déshérence. Ce couple, avec courage décide de confier l’avenir de la Bretagne et de la France à Marie, mère de l’espérance. Ils lancent leur idée de faire venir Marie dans le seul lieu d’apparition de sa mère sur la terre des bretons : Sainte Anne d’Auray. Ce projet a été accueilli favorablement par les cinq évêques de la Bretagne historique (diocèses de Quimper-Léon, Saint Brieuc et Tréguier, Rennes-Dol – Saint Malo, Vannes, Nantes).

Comme le dit le recteur, on ne peut reconstruire l’Eglise que si on s’appuie sur ses racines.

LA TROMENIE DE MARIE : FOI ET ESPERANCE

Un pèlerinage dédié à la Vierge Marie de 1100 kilomètres, part de Nantes, le 18 juin, à travers les cinq évêchés de Bretagne, composé de pèlerins priant la Vierge Marie (dite Notre Dame de France), portant son fils dans les bras. La statue est posée sur une calèche tirée par un cheval de trait breton, prénommé Symphonie. Au total, d’étape en étape, 5 000 pèlerins ont participé le plus souvent partiellement à ce périple de 72 jours, traversant plus de 200 communes, à la rencontre des bretons et des : sanctuaires mariaux.

ARRIVEE LE 10 SEPTEMBRE : que vos vœux soient exhaussés

Un temps plutôt ensoleillé accompagnait les participants. Les coiffes bretonnes fleurissaient. Après l’accueil harmonieux et chaleureux, des pèlerins et participants, qui s’étaient déplacés pour la clôture, par Monsieur le Maire et le Recteur Mauray, les nombreux porte-bannières (plus de 100) les participants ont suivi, en procession, la Vierge Marie, posée sur la calèche, tractée par le brave cheval, Symphonie.

Chants bretons, cantiques, bombardes accompagnaient les pèlerins dans leurs cheminements jusqu’à l’abbatiale où une messe fût concélébrée dans la basilique comble. A souligner que le parc du Puy du Fou avait prêté la relique, « l’anneau de Jeanne d’Arc », exposé dans la basilique.

Sainte ANNE avait dit à Yvon NICOLAZIC « ne craignez point, et ne vous mettez pas en peine ; Confiez-vous en Dieu et en moi, ne tardez plus à m’obéir. Tous les trésors du Ciel sont entre mes mains ».

Que la Vierge Marie et sa mère ANNE entendent et exhaussent les vœux des pèlerins de redressement de la France et de la Bretagne, du retour de la spiritualité et de la transcendance.

Marceline GALIREL

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS