Stupéfiants : des arrestations en Loire-Atlantique

Le 29 septembre dernier, la BAC en patrouille à Bellevue, quartier dit « sensible » de l’ouest de Nantes, constate rue du Lot des individus qui font des aller-retours entre l’endroit où ils vendent au détail des produits prohibés et une voiture stationnée.

Ils les interpellent à 13h30 et trouvent sur eux de la résine de cannabis et de la cocaïne en barrettes et bonbonnes respectivement – dans la voiture, il y a le reste, un kilo de résine, 580 grammes d’herbe et 36 grammes de cocaïne – « de quoi faire une après-midi de vente, probablement », soupire un policier de terrain désabusé. « Et dire que certains pensent qu’il n’y a qu’un très gros point de deal derrière le Building [au 38, aux Dervallières] Ils seraient surpris des quantités qu’on voit passer, ailleurs… ».

Trois hommes âgés de 18 à 20 ans, dont le consommateur, ont été placés en garde à vue ; deux ont été déférés en attendant leur jugement en comparution immédiate dans les jours à venir.

Par ailleurs la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes a refusé la remise en liberté d’un homme de 39 ans, de Loire-Atlantique, qui avait été écroué le 2 juin dernier après avoir été arrêté avec 13 complices le 31 mai dernier dans le département, en Ile-de-France et à Lille – parmi eux, deux avaient déjà été arrêtés par le passé avec des centaines de kilos de résine de cannabis, et les autres étaient défavorablement connus pour infraction à la législation sur les stupéfiants. Cinq personnes de ce réseau qui alimentaient en gros et demi-gros les trafiquants de l’ouest de la France avaient été écroués.

Chez la personne dont la mise en liberté avait été refusée, 38 kilos de résine de cannabis avaient été trouvés, notamment cachés dans la chambre de son fils – en tout, 791 kilos de résine de cannabis et 140 kilos de cocaïne ont été saisis en perquisition lors de ce coup de filet, cachés dans deux camionettes; des caches et des box ont aussi été perquisitionnés à Carquefou, Sucé et dans la campagne. La principale cible du coup de filet changeait régulièrement de lieu de résidence, ne menait pas un train de vie dispendieux et gérait un restaurant ainsi qu’une pizzeria située près de Malakoff via des prête-noms – le démontage de l’ensemble du matériel lors de la perquisition a permis de retrouver des Rolex cachées un peu partout, pour 410.000 euros.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS