Royaume-Uni. Des centaines de clandestins hébergés gratuitement dans des logements militaires au détriment des vétérans SDF ?

vétérans

Alors que les structures d’accueil des migrants sont saturées au Royaume-Uni, les autorités britanniques envisageraient d’héberger gratuitement des clandestins dans des logements initialement destinés aux militaires. Dans un pays où au moins 2 500 vétérans des forces armées seraient actuellement à la rue.

Royaume-Uni : les migrants prioritaires sur les vétérans SDF ?

Sur Twitter le 28 novembre, Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, a trouvé la bonne formule : « Le Brexit c’est tout sauf le Migrexit ! ».

En effet, les espoirs placés par de nombreux souverainistes français dans la sortie officielle de l’UE du Royaume-Uni le 31 janvier 2020 semblent s’envoler au fil des mois tandis que la situation migratoire est catastrophique outre-Manche.

Dernier fait en date, le quotidien britannique Daily Express, citant des sources « haut placées » au ministère britannique de l’Intérieur, a rapporté le 27 novembre une information selon laquelle des logements pour militaires auraient été réservés par le gouvernement afin d’y héberger des demandeurs d’asile. Et ce, alors que les autorités britanniques, débordées par les arrivées de migrants sur le littoral de la Manche, sont confrontées depuis plusieurs mois à une saturation des structures d’accueil.

À ce titre, le recours à des chambres d’hôtel pour loger des clandestins a déjà été à l’origine de scandales dans le pays, comme cette affaire d’expulsion de sans-abri d’un hôtel de Mansfield au profit de migrants illégaux.

Si cette information concernant la réquisition d’environ 500 logements pour militaires devait se confirmer au cours des prochains jours, la polémique ne devrait alors pas tarder à prendre de l’ampleur au Royaume-Uni, un pays où au moins 2 500 vétérans de l’armée britannique n’ont actuellement pas de toit. Pour sa part, la Royal British Legion, organisme de bienfaisance apportant un soutien financier et social aux membres et vétérans des Forces armées britanniques estime ce nombre à 4 000.

Les logements en question seraient les habitations laissées vacantes pour les familles des militaires se déplaçant entre les différentes bases du pays.

« Se battre pour un pays qui vous tourne le dos »

Tandis que plus de 140 000 demandeurs d’asile vivent actuellement outre-Manche dans l’attente du traitement de leur dossier, le quotidien britannique livre d’autres détails sur l’opération potentielle. Les familles de migrants hébergées dans ces logements pour militaires seraient ainsi dispensées de payer un loyer durant le traitement de leur demande d’asile. Quant aux factures d’énergie, elles seraient prises en charge par l’État, qui verserait par ailleurs une somme de 40 £ d’argent de poche pour tous les adultes chaque semaine.

Pour l’instant, le ministère britannique de la Défense a réfuté ces rumeurs par l’intermédiaire d’un porte-parole qui a indiqué qu’aucune discussion n’avait encore eu lieu à ce sujet entre le ministère de la Défense et le ministère de l’Intérieur.

Toutefois, selon l’une des sources du ministère britannique de l’Intérieur à l’origine de l’information citée par le Daily Express, « mettre des migrants dans des maisons vides du ministère de la Défense est considéré comme une solution gagnante, si nous pouvons obtenir le soutien d’autres ministères. Nous savons qu’il y aura probablement une réaction négative de la part du public, mais nos options sont de plus en plus limitées. »

Sans surprise, cette annonce n’a pas de manqué de susciter la colère des organisations caritatives des forces armées britanniques. Dont certaines déplorent la « mise à l’écart » des anciens combattants au profit des migrants, estimant à ce titre que les personnes ayant servi dans l’armée nationale devraient être prioritaires quant à l’obtention d’un logement.

Enfin, le responsable de l’organisation caritative Help 4 Homeless Veterans, Steven Bentham-Bates, résume la situation : « Le gouvernement dépense 7 millions de livres par jour pour des personnes qui viennent d’arriver dans ce pays, tandis que des organisations caritatives comme la nôtre sont obligées de gratter pour aider les anciens combattants qui se sont mis en danger et se retrouvent maintenant sans abri. Si j’étais un ancien combattant dormant dans la rue, je me demanderais pourquoi je me suis donné la peine d’aller me battre pour un pays qui me tourne le dos. »

Crédit photo : capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Ils n’ont qu’à refuser le combat!! Si tous les militaires refusaient de combattre qui perdrait ? Si ce n’est les marchands d’armes, les politiques, les industries, les grands argentiers? Nous sommes au 21 ème siècle, il est temps de progresser et progresser, ce n’est pas aller faire la guerre au profit de quelques malades mentaux criminels!

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS