Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Saint-Malo, la cité corsaire au cœur de l’histoire bretonne

Située sur la côte nord de la Bretagne, Saint-Malo est une ville emblématique du patrimoine maritime français. Connue pour ses remparts, ses plages et son histoire riche en aventures et en légendes, cette cité corsaire a su traverser les siècles sans jamais perdre de sa superbe. Nous vous présentons les origines et les grandes étapes de l’histoire de Saint-Malo, début d’un tour de Bretagne en forme de plongée dans notre histoire.

Les origines de Saint-Malo

L’histoire de Saint-Malo remonte au VIe siècle, lorsque Maclou, un moine gallois, s’installe sur un îlot rocheux appelé “Rocher d’Aaron” pour y fonder un monastère. L’îlot devient ainsi “l’île de Saint-Malo” et, autour du monastère, se développe progressivement une petite agglomération.

Au XIIe siècle, l’évêque Jean de La Grille décide de transférer le siège de son évêché de la ville d’Aleth à Saint-Malo, conférant ainsi un statut de ville épiscopale à Saint-Malo. Les remparts qui font aujourd’hui la fierté de la cité commencent à être érigés sous l’impulsion de l’évêque, pour protéger la ville des attaques.

La période florissante des corsaires (XVIIe-XVIIIe siècles)

Au XVIIe siècle, Saint-Malo devient un port de guerre et de commerce florissant, grâce à sa position stratégique entre la Manche et l’Atlantique. La ville attire de nombreux aventuriers et marins, qui se lancent dans les activités de corsaires, autorisées par le roi de France. Ces corsaires s’emparent des navires ennemis et de leurs richesses, contribuant ainsi à la prospérité de Saint-Malo.

Parmi les corsaires les plus célèbres de l’époque, on compte Robert Surcouf, René Duguay-Trouin et François Auguste Magon de la Lande. Ces hommes courageux et audacieux deviennent des héros locaux et participent à la construction de l’identité malouine.

Les Lumières et les grands explorateurs

Au XVIIIe siècle, Saint-Malo est également le berceau de grands explorateurs et navigateurs qui parcourent les mers du globe. Parmi eux, Jacques Cartier, natif de Saint-Malo, qui découvre en 1534 le Canada et le fleuve Saint-Laurent. De nombreux autres Malouins sillonnent les océans et contribuent aux échanges commerciaux et culturels entre les continents.

La Révolution française et les bouleversements politiques

La Révolution française, à la fin du XVIIIe siècle, marque un tournant dans l’histoire de Saint-Malo. La ville perd son statut d’évêché et ses corsaires sont privés de leur lettre de marque, ce qui met fin à leur activité légale. Néanmoins, la ville continue à prospérer grâce à son commerce maritime, notamment avec les colonies françaises et les autres pays européens.

Les conflits mondiaux et la reconstruction

Durant la Seconde Guerre mondiale, Saint-Malo est fortement touchée par les bombardements alliés en 1944. La ville est presque entièrement détruite, y compris ses remparts historiques. Après la guerre, un vaste projet de reconstruction est lancé pour redonner vie à la cité corsaire. Les architectes Louis Arretche et Raymond Cornon supervisent la restauration des remparts et la reconstruction des bâtiments dans le respect de l’architecture d’origine.

Le développement touristique et culturel

Aujourd’hui, Saint-Malo est devenue une destination touristique prisée pour son patrimoine historique, ses plages et ses manifestations culturelles. La ville accueille chaque année des événements majeurs, tels que la Route du Rhum, la course transatlantique en solitaire, et le festival littéraire Étonnants Voyageurs. Le Grand Aquarium de Saint-Malo, le Fort National et les îles du Grand Bé et du Petit Bé sont autant de lieux qui attirent les visiteurs du monde entier.

Focus sur la République malouine et l’indépendance de Saint-Malo

L’indépendance de Saint-Malo est un épisode fascinant et peu connu de son histoire. Cette période se situe entre le XVIIe et le début du XVIIIe siècle, lorsque la ville acquiert un statut particulier et s’affranchit partiellement de l’autorité royale. Voici un résumé de cette période et des circonstances qui ont conduit à l’indépendance de la cité corsaire.

Au XVIIe siècle, Saint-Malo connaît une période de prospérité sans précédent grâce à ses activités de corsaires et à son commerce maritime florissant. La ville souhaite alors préserver ses intérêts économiques et renforcer son autonomie vis-à-vis du pouvoir royal.

En 1590, durant les guerres de la Ligue, les Malouins proclament leur indépendance et se dotent d’une administration propre, composée d’un maire et de jurats, qui sont chargés de gouverner la ville. Ils établissent également des lois spécifiques pour régir leur territoire. Ainsi naît la “République malouine”.

Les relations avec la monarchie française

Malgré cette indépendance proclamée, Saint-Malo maintient des liens étroits avec la monarchie française, qui lui accorde des privilèges et des protections. En effet, les corsaires malouins agissent au nom du roi et sont autorisés à attaquer les navires ennemis en échange d’une partie des richesses capturées. Le roi reconnaît également la spécificité de la ville et lui octroie des exemptions fiscales.

L’autonomie et les symboles de la République malouine

L’autonomie de la République malouine se manifeste dans plusieurs domaines. Les Malouins disposent de leur propre juridiction et peuvent juger leurs ressortissants sans intervention du pouvoir royal. Ils possèdent également une force militaire propre pour assurer leur défense.

La République malouine se dote également de symboles pour affirmer son identité. Le drapeau de la ville, par exemple, représente un écu blanc frappé d’une hermine passante sur fond de gueules (rouge), entouré de la devise “Cave Canem” (Garde-toi du chien), en référence aux corsaires et à leur rôle de défenseurs de la cité.

La fin de l’indépendance malouine

L’indépendance de Saint-Malo prend fin au début du XVIIIe siècle, lorsque le roi Louis XIV décide de renforcer son pouvoir centralisateur et de mettre un terme aux privilèges accordés à la ville. Saint-Malo est réintégrée au Royaume de France et perd progressivement son autonomie.

Les institutions spécifiques à la République malouine sont dissoutes et remplacées par celles de l’État français. Cependant, l’esprit de la République malouine et l’identité corsaire continuent de marquer profondément la ville et ses habitants. Les Malouins conservent une fierté certaine pour leur passé indépendant et leur héritage maritime.

L’indépendance de Saint-Malo est un épisode singulier dans l’histoire de la Bretagne et de la France. Cette période témoigne de la volonté des Malouins de préserver leur prospérité et de défendre leurs intérêts face au pouvoir royal. Bien que l’indépendance malouine ait pris fin il y a plusieurs siècles, l’esprit de la République malouine continue de marquer la ville et ses habitants, qui se souviennent avec fierté de leur riche passé maritime et corsaire.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

ST-MALO

Tiers monde éducatif. Fermeture d’une classe à l’école de la Gentillerie à Saint-Malo : mobilisation des parents d’élèves

Découvrir l'article

Dinan, Justice, Local, Société, ST-MALO

Dinan/Saint-Malo : entre rites vaudou et violences, le calvaire d’une femme

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine, ST-MALO

Découvrez les malouinières du pays de Saint-Malo lors d’une journée portes ouvertes le 16 juin 2024

Découvrir l'article

E brezhoneg, Justice, Local, Société, ST-MALO

Sant-Maloù : un Tunizian dindan OQTF a glask laerañ ur babig en ospital goude bezañ skoet gant ar vamm

Découvrir l'article

Histoire, Patrimoine, Sociétal, ST-MALO

Saint-Malo. Jacques Cartier 2034 : bientôt une réplique du navire du célèbre navigateur ?

Découvrir l'article

ST-MALO

Comment les digues de Saint Malo résistent-elles ?

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Dodik Jégou, figure incontournable de la culture bretonne, s’est éteinte à l’âge de 89 ans

Découvrir l'article

Politique

Intimidation politique à Saint-Malo. Un agent municipal pris en flagrant délit de dégradation d’affiches du Rassemblement national pendant son service

Découvrir l'article

Dinan

Violences à Dinan : deux hommes condamnés à de la prison ferme

Découvrir l'article

Environnement, ST-MALO

Saint-Malo : Stérilisation des goélands, du 2 au 30 avril, inscription pour les propriétaires

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky