page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Croatie. « Nous devons faire comme la gauche, nous battre pour gagner les cœurs et les esprits de la jeune génération » : Un entretien avec Stephen Bartulica.

Stephen Nikola Bartulica est membre du Parlement croate pour le Mouvement de la patrie (Domovinski Pokret) et professeur associé de philosophie politique à l’Université catholique de Croatie à Zagreb. Il a occupé des postes au plus haut niveau du gouvernement, plus récemment en tant que conseiller principal en politique étrangère auprès du Premier ministre Tihomir Orešković en 2016. Il est le fondateur et le président du Centre pour le renouveau de la culture, une ONG croate conçue pour éduquer les jeunes professionnels à l’éthique de la vertu et au leadership.

 Notre confrère Álvaro Peñas (deliberatio.eu, The European conservative) s’est entretenu avec lui

La Croatie est gouvernée par un parti qui appartient au Parti populaire européen, la question est de savoir s’il s’agit d’un parti PPE occidental ou oriental. En Europe occidentale, le PPE est très progressiste, tandis qu’en Europe orientale, il existe encore des partis PPE conservateurs, comme celui de Janez Jansa en Slovénie. A quelle classe appartient le gouvernement croate ?

Stephen Nikola Bartulica : Les électeurs de ce parti sont issus du PPE de l’Est, mais la direction est totalement occidentale. Il y a un paradoxe : les électeurs veulent un gouvernement conservateur, mais ils obtiennent des politiques de plus en plus progressistes. Je décrirais le Premier ministre Andrej Plenković comme un modéré qui est en même temps un enthousiaste des politiques de Bruxelles. Il a consacré une grande partie de sa carrière à l’adhésion de la Croatie à l’UE, il soutient les politiques de la Commission européenne et il est très proche d’Ursula con der Leyen. Il aime le modèle allemand et nous savons qu’Angela Merkel a conduit le PPE vers le “centre”. Pour l’instant, il gouverne grâce au soutien de la minorité serbe, ce qui pose problème en raison de l’influence excessive de cette minorité sur Plenković.

Cette année, la Croatie a adopté l’euro comme monnaie officielle.

Stephen Nikola Bartulica : Oui, la Croatie a adopté l’euro le 1er janvier et Plenković l’a présenté comme un grand triomphe. Dans le même temps, nous avons rejoint la zone Schengen, que je soutiens. L’euro est différent, j’ai été très critique sur le timing car il a provoqué une augmentation de l’inflation et certains en ont profité pour augmenter les prix. En réalité, l’euro n’est pas une réforme en soi, et notre économie présente toujours les mêmes faiblesses que par le passé. La Croatie n’est pas prête à bénéficier de l’euro parce que le gouvernement n’a pas mis en œuvre les mesures structurelles nécessaires. Dans les pays du sud, comme la Grèce, l’Italie, le Portugal ou l’Espagne, l’euro a servi à ralentir la croissance et il aurait mieux valu continuer à utiliser la monnaie nationale. Selon moi, l’euro a été très bénéfique pour les économies les plus fortes, comme l’Allemagne, l’Autriche ou les Pays-Bas, mais il n’a pas été bénéfique pour les économies les plus faibles.

Il y a eu une initiative organisée par le député Marco Milanovic pour organiser un référendum sur l’adoption de l’euro, mais il n’y a pas eu assez de signatures. Pourquoi cette initiative a-t-elle échoué ?

Stephen Nikola Bartulica : Nous avons d’abord soutenu cette initiative, mais elle n’était pas bien organisée et une coalition plus large en faveur du référendum s’est formée. De nombreuses signatures ont été recueillies, mais pas suffisamment. Il est dommage que la population ait été privée de la possibilité de voter, car je pense que la majorité aurait voté contre.

Existe-t-il une véritable alternative conservatrice en Croatie ?

Stephen Nikola Bartulica : Je l’espère, car c’est la raison pour laquelle je fais de la politique. Je pense qu’il y a beaucoup d’électeurs frustrés par Plenković et son virage à gauche, il y a donc un grand potentiel pour les forces politiques conservatrices. Mon parti est une jeune organisation fondée il y a trois ans et nous sommes en bonne harmonie avec d’autres mouvements conservateurs européens, comme VOX en Espagne. En fait, lors de la CPAC à Budapest, j’ai pu corroborer cette bonne entente avec Hermann Tertsch, député européen de VOX. Nous critiquons l’UE et la centralisation du pouvoir par la bureaucratie bruxelloise, et nous n’avons pas peur de critiquer la théorie du genre et ces nouvelles idées de la gauche néo-marxiste, qui est également présente en Croatie.

L’idéologie Woke est-elle présente en Croatie ?

Stephen Nikola Bartulica : Oui, à travers le parti Mozemo (Podemos, comme le parti d’extrême gauche espagnol). Zagreb est sous leur contrôle et leur objectif principal est d’endoctriner les enfants par le biais de l’éducation publique. En tant que parent, il est clair pour moi que ces idées ne se répandraient jamais dans la société si la gauche n’avait pas d’influence sur l’éducation, car les parents ne sont pas intéressés par les théories de la guerre et du genre. Le communisme était basé sur un mensonge et c’est pourquoi il a échoué et s’est effondré. J’espère qu’il en sera de même pour l’idéologie woke, la chose la plus importante est de prévenir le mal et de protéger les enfants de ces idées dangereuses.

Vous êtes entrée en politique il y a trois ans, mais avant cela, vous avez participé au référendum sur le mariage.

Stephen Nikola Bartulica : Oui, j’ai participé activement au référendum visant à définir le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, qui s’est tenu le 1er décembre 2013. J’enseignais à l’université catholique et j’ai soutenu publiquement cette initiative qui, heureusement, a été soutenue par 67 % des électeurs. Le gouvernement de l’époque était très hostile, mais nous avons pu obtenir suffisamment de signatures pour imposer un référendum national et le gagner.

Je dois dire que c’est la seule fois où j’ai fait l’objet d’un article dans le New York Times ; j’ai reçu un appel très déçu le lendemain matin, me demandant pourquoi j’avais soutenu cette initiative. Je pense que nous devons nous battre pour la famille, pour la famille naturelle, pour le mariage et nous devons également prendre la culture plus au sérieux, la politique ne suffit pas. Nous devons faire comme la gauche, nous battre pour les cœurs et les esprits de la jeune génération.

Dans cette lutte culturelle, il est essentiel de connaître le passé. Y a-t-il eu une décommunisation en Croatie ou, comme dans beaucoup d’autres pays, les communistes ont-ils changé de veste ?

Stephen Nikola Bartulica : Non, il n’y a pas eu de décommunisation. Les anciennes élites communistes n’ont pas disparu, mais ont participé à la transition et à la privatisation des entreprises, en étant capables d’acquérir des actifs et de grandes entreprises parce qu’elles faisaient partie du système et disposaient d’informations privilégiées. En revanche, la plupart des Croates ordinaires, y compris ceux de la diaspora, ont été traités comme des étrangers et n’ont pas pu participer à la transition économique des années 1990. Ils ont depuis consolidé leur pouvoir et occupent des postes dans les universités et les médias. Après la guerre de 1995, le président Tudjman n’a pas réussi à initier cette décommunisation et la Croatie en subit encore les conséquences aujourd’hui.

En 2009, j’ai organisé à Zagreb une conférence du Centre pour le renouveau de la culture à l’occasion du vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Nous avions de grands orateurs, comme Lech Walesa, venu de Pologne, et j’ai présenté un panel sur “les crimes du communisme”. Le président de l’époque, Stjepan Mesić, a déclaré que parler des crimes du communisme était un oxymore. Pour lui, il n’y a pas eu de crimes communistes ; c’est un signe de la façon dont ces élites continuent à nier les crimes communistes.

En Slovénie, les ministres du gouvernement actuel posent en souriant devant la statue de Tito et les enfants sont déguisés en partisans communistes. La situation est-elle similaire en Croatie ?

Stephen Nikola Bartulica : Je dirais qu’en Slovénie, la situation est pire, d’après ce que Jansa et d’autres amis m’ont dit. En Croatie, les débats sur le passé sont plus nombreux, en grande partie grâce au rôle de l’Église catholique. Bien que cela ait pris trop de temps, nous avons réussi en 2017 à changer le nom d’une place centrale de Zagreb qui portait le nom du “maréchal Tito”, et il y avait encore beaucoup d’intellectuels qui défendaient publiquement Tito. Dans l’ensemble, notre situation est meilleure que celle de la Slovénie.

Le massacre de Bleiburg est le plus grand crime commis contre le peuple croate. Comment est-il possible qu’il y ait des gens en Croatie qui défendent Tito ?

Stephen Nikola Bartulica : Beaucoup de ces défenseurs de Tito se disent défenseurs des droits de l’homme. Cependant, ils n’ont ni le temps ni la patience pour les victimes du communisme, ils les ignorent tout simplement. Je ne peux donc pas prendre au sérieux leur discours incohérent, car ils ne se soucient pas de la dignité des victimes et de la vérité historique. Le 8 mai, officiellement le jour de la libération de Zagreb, est toujours commémoré par la gauche en Croatie, et une semaine plus tard, il y a des messes et des hommages aux victimes de Bleiburg. La controverse existe et c’est pourquoi il est si important de continuer à écrire des livres sur la vérité historique. L’historien britannique Robin Harris, par exemple, a terminé un livre sur la Croatie moderne, du milieu du XIXe siècle à Tujdman, et traite dans plusieurs chapitres de la Seconde Guerre mondiale et de la période communiste.

Il y a aussi un historien slovène, Mitja Ferenc, qui prépare un livre sur les fouilles des fosses communes en Slovénie, dont le nombre de victimes pourrait atteindre 100 000, et un jeune historien autrichien, Florian Thomas Rulitz, qui a écrit un livre sur Bleiburg dans lequel il affirme que les personnes assassinées ont été sacrifiées au nom de l’intégrité de l’Autriche. Selon lui, les Britanniques ont livré tous ces gens au massacre en échange du retrait des partisans d’Autriche. Un argument très intéressant sur la complicité britannique dans ce crime.

Les autorités autrichiennes ont à plusieurs reprises exprimé leur mécontentement à l’égard des hommages rendus à Bleiburg. Après les limites imposées par COVID, qu’en est-il aujourd’hui ?

Les autorités autrichiennes n’autorisent plus les gens à se rendre à Bleiburg. Cette année, je me suis donc rendu à Macelj, lieu du massacre, où une messe est célébrée chaque année, le deuxième dimanche du mois. Le Parlement autrichien a interdit la messe publique à Bleiburg et n’autorise désormais que la célébration d’une messe dans l’église catholique locale de Bleiburg. Auparavant, quelque 50 000 personnes étaient venues de Croatie pour rendre hommage aux personnes assassinées.

Vous avez évoqué tout à l’heure le rôle de l’église catholique croate, une église qui, comme l’église slovène, défend fermement les victimes du communisme.

Oui, il ne faut pas être lâche dans ce domaine et l’Église doit parler au nom de tous ceux qui ont été tués pour leur foi. Par exemple, près de Macelj, où j’ai assisté à la messe pour Bleiburg, 21 moines franciscains ont été tués en mai 1945. L’Église croate est forte et capable d’élever sa voix pour la justice et le souvenir de tous les innocents qui ont été assassinés.

En réalité, il n’y a pas une seule famille croate qui n’ait pas été affectée par les terribles événements de 1945. De nombreuses familles ont été divisées, ce qui a provoqué une fracture amère au sein de la Croatie, et cela ne peut être effacé de l’histoire. Le nouvel archevêque de Zagreb, Dražen Kutleša, a souligné que toute vie humaine est sacrée et que chacun mérite un lieu de sépulture où les familles peuvent se souvenir de leurs proches. Les communistes voulaient priver leurs victimes de ce droit.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Le HDZ gagne les élections dans une Croatie bien à droite

Découvrir l'article

Immigration, International

Slovénie. Les arrivées de clandestins ont doublé en 2023

Découvrir l'article

International, Tourisme

Tourisme en Croatie. 10 villages authentiques à découvrir

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration. Des handballeurs du Burundi demandent l’asile en Belgique après avoir disparu lors d’un championnat du monde en Croatie

Découvrir l'article

International

Massacre de Jazovka. Pourquoi la Croatie honore-t-elle les bourreaux communistes en même temps que les victimes ?

Découvrir l'article

Environnement, VANNES

La Croatie met son patrimoine maritime à l’honneur pendant la Semaine du Golfe du Morbihan à Vannes du 15 au 21 mai 2023

Découvrir l'article

A La Une

Trop de blancs en équipe d’Argentine, admiration d’un chanteur « néonazi » par des Croates… Quand des journalistes français confondent leur idéologie gauchiste avec leur métier…

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire, International

Croatie. Le 18 novembre 1991, Vukovar ravagée tombait aux mains des Serbes et Jean-Michel Nicolier disparaissait

Découvrir l'article

A La Une, International

Géopolitique. Qu’est-ce qui se prépare dans les Balkans ?

Découvrir l'article

International

Effondrement démographique. La Bulgarie a perdu 11% de sa population en 10 ans, la Croatie 9%

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky