Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« L’immigration islamique de masse est un problème majeur auquel l’Europe est actuellement confrontée » : Entretien avec Uzay Bulut

Uzay Bulut est une journaliste et analyste politique turque en exil, anciennement basée à Ankara. Ses écrits ont été publiés dans des journaux tels que le Washington Times, le Christian Post, le Jewish News Syndicate, Al-Ahram Weekly, The American Spectator, The American Conservative, Providence et The Jerusalem Post. Son travail journalistique porte principalement sur les droits de l’homme, la politique et l’histoire turques, et les minorités religieuses au Moyen-Orient et en Asie. Bulut prépare actuellement un doctorat en études internationales et est chargée de recherche au sein du Philos Project. Elle fait également partie du comité consultatif de la série de films documentaires éducatifs “Faces of Persecution : Exploring Global Religious Oppressions”.

Notre confrère l’a interviewé pour The European Conservative (traduction par nos soins).

Vous vous êtes élevée contre le gouvernement d’Erdoğan et avez dénoncé l’existence de milliers de prisonniers politiques. Quelles ont été les conséquences de cette prise de position ?

Uzay Bulut : Oui, il y a des milliers de prisonniers politiques dans les prisons turques. Si vous êtes un dissident, le gouvernement turc peut vous qualifier de “terroriste” sans aucune preuve. Vous pouvez passer des années en prison, subir des sévices et même des tortures pour être un “terroriste” ou pour d’autres délits politiques tels que l'”insulte au président”. J’ai beaucoup écrit sur cette question, car les arrestations arbitraires et la torture des prisonniers politiques sont l’une des principales violations des droits de l’homme en Turquie, ce qui démontre également la nature dictatoriale du gouvernement.

J’ai commencé à travailler en 2013 en tant que journaliste alors que j’étais à Ankara. J’ai quitté la Turquie de mon plein gré il y a environ 8 ans pour travailler à l’étranger. À l’époque, les journalistes dissidents subissaient également une certaine pression en Turquie, mais je n’ai jamais été persécuté ou arrêté. Ma situation d’exilé s’est donc imposée d’elle-même. Je n’ai pas fui la Turquie et je n’ai pas été forcé de la quitter. Mais si j’étais resté, je n’aurais pas pu écrire ce que je fais aujourd’hui. J’aurais probablement dû abandonner le journalisme ou être emprisonné. C’est pourquoi mon amour pour l’écriture et le journalisme l’a emporté sur tout le reste. Depuis que j’ai quitté la Turquie, j’ai vécu aux États-Unis, puis en Israël. Actuellement, je suis basée en Grèce. En raison de mes écrits, j’ai été la cible de la presse turque et de certains diplomates turcs. Je reçois souvent des menaces sur les médias sociaux. Et la conséquence la plus grave de mon travail journalistique est que je n’ai pas pu me rendre en Turquie depuis 8 ans. Mon lieu de naissance me manque énormément.

Ces dernières années, la tendance est clairement à l’islamisation, comme en témoigne la décision de transformer la cathédrale Sainte-Sophie en mosquée. C’est le cas le plus connu, mais je pense qu’il y en a beaucoup d’autres.

Uzay Bulut : Les abus turcs à l’encontre des églises ne datent pas d’hier. À l’époque de l’Empire ottoman, après l’invasion et la prise des grandes villes par les Turcs, la plus grande église de ces villes était transformée en “mosquée de la conquête”. Il s’agissait de démontrer la domination islamique et sa suprématie aux kafirs (infidèles) chrétiens. Mais la destruction ou l’utilisation abusive des églises a atteint son apogée pendant et après le génocide chrétien dans la Turquie ottomane, qui a visé les Arméniens, les Assyriens et les Grecs. Selon les recherches des professeurs d’histoire Benny Morris et Dror Ze’evi, de 1894 à 1924, “quelque 4 millions de chrétiens ont été tués ou expulsés de Turquie et des territoires adjacents de Thrace orientale, d’Ourmia et du Caucase méridional”.

Depuis lors, d’innombrables églises ont été détruites ou converties à d’autres fins, comme des mosquées ou des étables. Nombre d’entre elles sont également la cible de chasseurs de trésors. Tout cela est dû en grande partie à la suprématie de l’islam sur les non-musulmans et à son désir d’éliminer tout ce qui appartient aux non-musulmans. Aujourd’hui, les chrétiens ne représentent que 0,1 % de la population totale de la Turquie.

Un exemple très récent est celui du nord de Chypre, où les autorités turques prévoient de transformer un monastère historique en mosquée.

Uzay Bulut : Depuis 1974, la Turquie occupe illégalement 36 % de la partie nord de la République de Chypre, membre de l’UE. Tout au long de cette période, des centaines d’églises, de chapelles et de monastères de la zone occupée ont été pillés, vandalisés et, dans certains cas, démolis. De nombreuses églises ont été converties en mosquées, en dépôts pour l’armée turque, en parcs à bestiaux ou en granges à foin, entre autres. De nombreux cimetières chrétiens, ainsi qu’un cimetière juif dans la zone occupée, ont été démolis. De nombreuses reliques culturelles, provenant d’églises et d’autres sites, ont été volées à Chypre par les envahisseurs et passées en contrebande à l’étranger. La Turquie et son régime illégal dans la zone occupée de Chypre ont, au cours des 49 dernières années, largement détruit le patrimoine culturel et religieux grec de la zone occupée.

Aujourd’hui, le nord occupé est majoritairement turc parce que la Turquie a modifié par la force la structure démographique. Les troupes turques ont commis de nombreux crimes tels que des meurtres, des viols d’enfants et de femmes, des arrestations illégales et des tortures, des disparitions forcées et des confiscations illégales de biens et de terres, entre autres. Les Chypriotes grecs et autres Chrétiens ont été déplacés de force hors de la région lors de l’invasion militaire de 1974, remplacés par des colons illégaux venus de Turquie. Si je peux faire une analogie, cela reviendrait à ce que les musulmans envahissent militairement l’Espagne une fois de plus et rétablissent Al-Andalus sur les terres souveraines de l’Espagne après avoir expulsé les Espagnols.

Un autre des axes fondamentaux de la politique d’Erdogan est son interventionnisme. Vous le définissez comme un néo-ottomanisme. Pourquoi ?

Uzay Bulut : Le néo-ottomanisme est une idéologie turque irrédentiste et impérialiste qui vise à faire revivre autant que possible les terres de l’Empire ottoman défunt. L’Empire ottoman a envahi et capturé des territoires en Europe, en Asie et en Afrique. Par conséquent, l’idéologie néo-ottomane de la Turquie affecte de vastes étendues de territoire et est évidente dans sa politique étrangère.

La politique turque à l’égard de presque tous ses voisins est agressive. Les forces armées turques occupent illégalement des parties de Chypre et de la Syrie. Sous couvert de “lutte contre le terrorisme du PKK”, elles bombardent régulièrement l’Irak, y compris les terres des Yazidis et des Assyriens persécutés. La guerre menée par l’Azerbaïdjan en 2020 contre les Arméniens de l’Artsakh et le blocus en cours ont également été soutenus par la Turquie. La Turquie viole souvent l’espace aérien et les eaux territoriales de la Grèce et menace d’envahir les îles grecques de la mer Égée. Il y a aussi l’implication et la coopération de la Turquie avec les groupes terroristes djihadistes. Depuis plusieurs années, le gouvernement turc soutient les djihadistes dans d’autres pays. Il s’agit notamment d’ISIS, du Hamas, des groupes affiliés à Al-Qaïda en Syrie, des Frères musulmans et des Talibans. Les visions et les activités panislamistes et néo-ottomanes de la Turquie provoquent donc l’instabilité, la mort et la destruction dans l’ensemble de la région.

Vous avez mentionné le soutien de la Turquie à l’Azerbaïdjan dans sa guerre contre l’Arménie. Les Azéris ont ignoré les accords de paix et maintiennent un blocus sur le Haut-Karabakh depuis juillet. Des voix commencent à parler de famine et de génocide. Que se passe-t-il au Haut-Karabakh ?

Uzay Bulut : Depuis décembre 2022, soit depuis plus de huit mois, les Arméniens de la République d’Artsakh (Haut-Karabakh), dans le Caucase du Sud, sont assiégés par le gouvernement azerbaïdjanais, ce qui a provoqué la famine et l’angoisse mentale de 120 000 Arméniens vivant dans la région. L’Azerbaïdjan a bloqué la seule route entre l’Artsakh et le monde extérieur. Actuellement, les Arméniens de l’Artsakh sont donc assiégés dans leur propre pays, sans nourriture, sans médicaments et sans carburant. Selon le bureau du défenseur des droits de l’homme de l’Artsakh, même les réserves de pain s’épuisent et, dans quelques semaines, il n’y aura plus de nourriture.

Par ce blocus, l’Azerbaïdjan vise à prendre le contrôle de la région en forçant les Arméniens à fuir leur terre natale. Mais l’Artsakh est bel et bien arménien. L’histoire de l’Artsakh en tant qu’entité arménienne remonte approximativement au VIe siècle avant J.-C. La première école arménienne, le monastère d’Amaras, a été établie dans l’Artsakh. Dans les années 1920, le dictateur soviétique Staline a accordé l’Artsakh à l’Azerbaïdjan soviétique en tant qu’oblast autonome dans le cadre de sa stratégie “diviser pour régner”. Mais l’Artsakh n’a jamais fait partie de l’Azerbaïdjan indépendant. Il a toujours fait partie intégrante de l’Arménie. Le 10 décembre 1991, quelques jours avant l’effondrement officiel de l’Union soviétique, l’Artsakh a organisé un référendum au cours duquel l’écrasante majorité de la population (99,89 %) a voté en faveur de l’indépendance. Ainsi, en 1991, deux républiques indépendantes et juridiquement égales – l’Azerbaïdjan et l’Artsakh – ont été déclarées lors de la dissolution de l’Union soviétique.

Luis Moreno Ocampo, procureur fondateur de la Cour pénale internationale (CPI), a qualifié de “génocide” le blocus azéri en cours contre l’Artsakh. Ainsi, toute cette violence génocidaire a lieu en raison de la haine obsessionnelle de l’Azerbaïdjan pour les Arméniens et de son désir régressif de s’emparer des terres arméniennes. Actuellement, l’Artsakh est le seul endroit au monde à être assiégé par un gouvernement hostile et à ne pas avoir accès au monde extérieur. Ses habitants meurent littéralement de faim.

Pourquoi le silence international assourdissant sur cette question ? Est-ce à cause du gaz et du pétrole de l’Azerbaïdjan ou de l’influence de la Turquie en Occident ?

Uzay Bulut : Ces deux facteurs jouent un rôle important, mais ils ne devraient pas. Nous assistons à un génocide en temps réel. L’Azerbaïdjan est une dictature meurtrière et la communauté internationale doit adopter la position requise à l’encontre du régime azéri. Cette position inclurait que les gouvernements américain et européen sanctionnent les dirigeants politiques azéris, envoient une aide humanitaire urgente à l’Artsakh et reconnaissent officiellement l’Artsakh afin d’empêcher de futurs crimes de la part de l’Azerbaïdjan et de la Turquie.

Concernant l’influence turque en Europe, quel rôle pensez-vous que le contrôle de l’immigration et le financement des Frères musulmans jouent dans de nombreux pays européens ?

Uzay Bulut : L’immigration islamique de masse est un problème majeur auquel l’Europe est actuellement confrontée, couplée à la baisse du taux de natalité des Européens. En fait, l’Europe a une longue histoire d’invasions islamiques. Mais l’immigration de masse, principalement de musulmans, a fait et fait toujours partie d’une idéologie expansionniste poussée par les démocrates américains et l’exécutif de l’UE. L’idée sous-jacente semble être d’utiliser l’immigration musulmane, en particulier en Europe, comme une sorte de catalyseur social pour créer une “fausse conformité”, afin d’éliminer progressivement les nations et la véritable richesse de l’Europe : sa diversité culturelle.

Apparemment, l’exécutif européen veut fédéraliser l’Europe. Il semble penser que l’Islam peut aider considérablement à atteindre cet objectif. Il pourrait même croire naïvement qu’ils partagent le même objectif expansionniste. Mais c’est nourrir le crocodile.

Prenons le cas de la Turquie, par exemple. Dans de nombreux pays d’Europe, les Turcs de souche ont massivement voté pour le président turc Recep Tayyip Erdoğan lors des dernières élections présidentielles turques. Les néonazis suprémacistes turcs, également connus sous le nom de Loups gris, sont devenus une force politique en Europe. En 2020, le ministre français de l’intérieur Gérard Darmanin a annoncé sur Twitter que le groupe était interdit en France. “Il incite à la discrimination et à la haine et est impliqué dans des actions violentes”, a-t-il écrit. Cette annonce est intervenue après qu’un mémorial du génocide arménien de 1915 situé à l’extérieur de la ville de Lyon a été dégradé avec des graffitis jaunes et des slogans pro-turcs. Les Loups gris sont responsables de nombreux actes de violence, dont la tentative d’assassinat du pape Jean-Paul II en 1981. Mais ils sont toujours bien organisés dans de nombreuses régions d’Europe, en particulier en Allemagne et en Autriche. Il en va de même pour les Frères musulmans, dont l’objectif est d’instaurer la charia à l’échelle mondiale. La question qui se pose est la suivante : pourquoi les nations européennes permettent-elles à des organisations aussi hostiles d’opérer sur le sol européen ?

Le cas du blocus n’est malheureusement pas le seul à susciter l’indifférence des grands médias, la persécution brutale des chrétiens au Pakistan ou les massacres habituels en Afrique passant presque inaperçus. Pourquoi en est-il ainsi ?

Uzay Bulut : Il semble que les individus, les organisations et les gouvernements aient des raisons différentes de nier la persécution des chrétiens. La peur des islamistes n’est qu’un facteur parmi d’autres. Malheureusement, beaucoup ont peur d’être pris pour cible par les djihadistes s’ils parlent franchement du djihad et de ses racines théologiques. Le politiquement correct est un autre facteur. Il est plus facile et plus commode de mâcher ses mots et d’être “en sécurité” sans “offenser” qui que ce soit. Un autre facteur est l’avarice, lorsque les journalistes et les hommes politiques sont compromis par des accords financiers qui limitent l’intégrité ou déterminent le contenu de leurs reportages. Il semble également que de nombreuses personnes en position de pouvoir pensent que si elles font l’autruche, la menace ou le problème du djihad ou de l’oppression des non-musulmans par la charia disparaîtra.

Des visions du monde erronées jouent également un rôle dans ce déni. Je pense que de nombreuses personnes – au sein des gouvernements et des médias – sont aveuglées par de fausses opinions sur le monde. Ils pensent que toutes les religions sont fondamentalement identiques, que l’islam est une religion de paix, ou que “l’impérialisme occidental ou le colonialisme européen” est à l’origine de la violence ou de la réaction des musulmans au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, etc. Ils ne semblent pas comprendre le pouvoir de la foi et l’influence de la religion sur la façon de penser et d’agir. Ils ne semblent pas comprendre le pouvoir de la foi et l’influence de la religion sur la façon de penser et d’agir. Ils ne comprennent pas l’islam ou sont dans le déni de ses enseignements. Mais ce n’est pas sorcier : Au vu de ses écritures et de son histoire mondiale, il est évident que l’islam a persécuté toutes les autres religions.

Le déni est au cœur du problème. Cependant, le déni n’a aucun impact sur la vérité. Et la vérité, c’est que les chrétiens sont aujourd’hui la communauté la plus persécutée par les musulmans. L’islamisation menace la diversité culturelle et intellectuelle de l’humanité. Il s’agit d’un problème grave. Elle ne peut être ignorée. L’avenir de l’Europe et de la chrétienté dans le monde est en jeu.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

11 réponses à “« L’immigration islamique de masse est un problème majeur auquel l’Europe est actuellement confrontée » : Entretien avec Uzay Bulut”

  1. louis dit :

    voila un journaliste qui ne sera pas embauché sur bfm tv 😂 en tout cas son analyse est brillante j’espere que ce monsieur fera des videos et développera ses idées !

  2. Gaï de ROPRAZ dit :

    La phrase la plus importante à retenir de ce texte est celle-ci : “”L’islamisation menace la diversité culturelle et intellectuelle de l’humanité””.

    Et il ne faut pas perdre de vue l’espoir qui est tout Turc : Faire renaître l’empire Ottoman. Alors moi je dis : ATTENTION !

  3. TENAND Tenand dit :

    Bonjour Merci pour cette publication edifiante

  4. RoseMarine dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre article et la découverte de cette journaliste . Voici un de ses textes sur le comportement inter religieux dans ces zones géographiques d’ombre.
    Après, l’ indifférence des chrétiens d’Occidents envers les chrétiens d’Orient ne date pas d’hier… cf le sac de Constantinople et leurs appels désespérés depuis des décennies….
    Mais… que fait la police? 😉 je plaisante.
    https://www.imprescriptible.fr/proces/Uzay-Bulut.htm

  5. alienor dit :

    mais que ces femmes sont stupides ! pensent elles vraiment qu’aver la shariah elles ne perdront pas leur liberté, comme en afganistan, par exemple ! finalement, elles n’auront que ce qu’elles méritent

  6. Véronique dit :

    Définition du “politiquement correct”
    C’est l’art de botter systématiquement en touche pour se débarrasser d’un problème épineux, sans risque pour sa moralité, sa sécurité personnelle, sa fonction et son fonds de commerce.
    En d’autre termes, le “politiquement correct” est l’Art des pétochards, des dociles, des cireurs de bottes, des incapables et des profiteurs. Si on devait passer la serpillière pour éradiquer cette vermine de l’univers politique et social il ne resterait pas grand monde pour porter la flamme de l’intelligence.

  7. Le Celte dit :

    La Turquie veut intégré l’UE ?
    Pas question !
    Demandez aux Hongrois et aux Grecs vous verrez leur réponse.

  8. Le Celte dit :

    Allez faire un tour dans la région Lyonnaise vous verrez ” les Loups gris ” la milice d’Erdogan .

  9. Bran ruz dit :

    Problèmes majeurs et en de compte mortels pour l’identité de l’Europe ! Bon article.

  10. Hadrien Lemur dit :

    Les musulmans ont plusieurs courant de pensée dans leur religion. Sans me fatiguer à les citer (rien que les sunnites se divisent en quatre) il faut savoir qu’ils ne peuvent pas se blairer entre eux. Par contre, ils ont un ennemi commun qui les fédèrent tous. Vous savez qui c’est ? Nous ! C’est à dire le reste de l’humanité, chrétiens, juifs, bouddhistes, athée ou autre nous sommes tous dans leur collimateur. Il y a environ 66 millions d’années, un astéroïde a frappé la terre provoquant probablement l’instinction de l’espèce dominante des dinosaures. Nul ne connait le nom de ce bolide spatial, par contre celui qui provoquera notre disparition porte le nom d’islam.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Avez-vous peur d’un attentat islamiste en France ? Micro-trottoir signé Vincent Lapierre

Découvrir l'article

Economie

La Turquie, la Thaïlande et l’Argentine affichent le taux de possession de crypto-monnaies le plus élevé en 2023, soit près de deux fois plus que les États-Unis ou les pays européens.

Découvrir l'article

International

Boko Haram, la secte terroriste

Découvrir l'article

International

Chypre. Quand l’immigration massive entraîne un remplacement démographique

Découvrir l'article

International

Point de vue. La démocratie britannique a cédé à l’intimidation islamiste

Découvrir l'article

Ensauvagement, Justice, Religion, Sociétal

Ensauvagement. En Dordogne, un village « aujourd’hui terre des gwers, demain terre d’Allah » ?

Découvrir l'article

International

Les chrétiens massacrés au Nigeria, dans l’indifférence générale.

Découvrir l'article

Immigration, Local, RENNES

Palestiniens sous OQTF : Sous pression des pro-immigration, le préfet de Bretagne contraint de s’expliquer

Découvrir l'article

Immigration, Insolite, Justice, Société

Quatre femmes, 29 enfants, violences : la secte islamiste de l’Armagnac prochainement devant les juges

Découvrir l'article

International

Volontaires étrangers dans l’enfer de Raqqa

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky