Plus de 1000 manifestants à Quimper pour défendre l’hôpital de Carhaix

Ce samedi 30 septembre, plus de 1000 manifestants se sont retrouvés à Quimper, pour défendre l’hôpital de Carhaix. Venus en bus depuis la capitale du Poher, mais aussi d’autres communes bretonnes, ils étaient finalement peu nombreux eu égard de la noblesse de la cause défendue, mais ils ont exprimé leur colère de voir les Urgences régulées depuis des mois à Carhaix, et certains services menacés.

Plus globalement, c’est de toute façon toute la Bretagne qui vit l’effondrement du service hospitalier sous la couple réglée de l’ARS. De quoi faire réfléchir la population lors des prochaines élections ? Possible, car il ne faut pas oublier que ceux qui gèrent l’administration hospitalière aujourd’hui sont en place uniquement en fonction des élections qui se sont déroulées le long des dernières décennies.

Dans les rues de Quimper, la catapulte, symbole de la lutte pour la maternité il y a bientôt 15 ans, était de sortie. De nombreux partis et syndicats de gauche et d’extrême gauche, étaient également en nombre, drapeaux au vent, ce qui faisait dire à plusieurs observateurs présents qu’il y avait quelque chose de dommageable à vouloir récupérer une cause politiquement alors que la question de la santé et des hôpitaux en Bretagne concerne absolument tous les Bretons. Malheur aux absents néanmoins.

La situation s’est tendue après que des feux de pneus aient été allumés notamment, et que des élus aient voulu forcer un barrage de gardes mobiles. Du gaz lacrymogène a été lancé sur les manifestants, provoquant quelques mouvements de foule.

Des élus, dont le maire de Carhaix Christian Troadec, des députés, et des syndicalistes ont ensuite été reçus, plus symboliquement qu’autre chose d’ailleurs puisqu’aucune décision n’est sortie de cette manifestation, dans la foulée. A la sortie de ces discussions, Christian Troadec indiqua à la foule :

« L’Histoire ne se répète pas, mais parfois elle bégaie ! Cela nous rappelle 2008 et comme à l’époque, s’il faut le refaire, on le refera ! Aujourd’hui, nous sommes les porte-vois de ceux qui souffrent de la fermeture de urgences, de ceux qui veulent une offre de soins digne. Alors, mobilisons nos mots pour aller au combat ! »

Les manifestants se sont ensuite dispersés, dans le calme, mais d’autres mobilisations pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines, comme indiquaient certains élus.

A noter qu’une certaine confusion a régné par ailleurs autour du décès dramatique d’une petite fillette de 6 mois, à Carhaix, cette semaine, et que certains journaux moins au fait de l’actualité local ont rapporté comme étant à l’origine de la manifestation. Ce n’était pas le cas, voir l’article ci-dessous

Après le décès d’un bébé à Carhaix et avant la manifestation du samedi 30 septembre à Quimper : le vrai du faux sur les hôpitaux et les Urgences en Centre-Bretagne

Crédit photo : breizh-info.com

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Les LFI ont osés s’appeller Insoumis.
    S’est plutôt ” la France Islamistes ”
    ” Les vrais Insoumis ” ceux sont les habitants du Poher qui se bougent pour essayer de garder des services médicaux.
    Rappelez vous la manif pour sauver la maternité et ce fameux CRS qui avait manqué de respect à une femme et il a surtout failli manger une fricassée de phalanges qu’il aurait mérité.
    Il est interdit d’être malade maintenant.
    A qui la faute ?
    Qui a eut l’idée de limiter l’accès aux études médicales ?
    Encore un politicien de merde !

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS