Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« La Pologne ressemble désormais à une république bananière ». Entretien avec Filip Styczyński

Filip Styczyński est l’ancien directeur de TVP World (la chaîne anglophone de la télévision d’État polonaise) qui, jusqu’à sa fermeture, était la première chaîne anglophone de la région d’Europe centrale et orientale.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé pour The European Conservative au sujet de la fermeture de TVP World et de l’arrestation de deux députés du parti Droit et Justice (PiS) au palais présidentiel.

Que se passe-t-il en Pologne ?

Filip Styczyński : D’un point de vue journalistique, et sans entrer en profondeur dans les questions judiciaires, deux éléments expliquent ce que fait le nouveau gouvernement en Pologne. D’une part, il y a un facteur psychologique. Pour Tusk, la destruction de toutes les institutions conservatrices ou pro-PiS n’est pas seulement une question politique ; c’est une question personnelle, une revanche pour les défaites qu’il a subies dans le passé. D’autre part, la Plate-forme civique a adhéré à sa propre propagande, à sa propre réalité parallèle, et pense que c’est ce qu’elle doit faire pour “sauver la démocratie”. C’est pourquoi l’attitude du gouvernement, avec l’utilisation de la force policière, est si exagérée ; et nous ne pouvons que nous attendre à ce qu’elle aille plus loin. C’est comme dans l’histoire de Dostoïevski : une fois qu’un criminel a commis un crime, il en commet un autre jusqu’à ce qu’il soit démasqué. C’est ainsi que ce gouvernement agit.

En d’autres termes, il enfreint toutes les règles de la démocratie pour la défendre.

Filip Styczyński : Oui, c’est l’excuse. Mais permettez-moi de revenir sur la question de la vengeance et de la motivation personnelle de Tusk, car elle est très importante. Kamiński, le créateur et chef du bureau anti-corruption pendant le premier gouvernement du PiS en 2005, était un véritable casse-tête pour les politiciens de la Plateforme. Aujourd’hui, les politiciens de l’UE ne se souviennent pas que l’une des principales raisons de la défaite de Tusk était l’ampleur de la corruption. Kamiński a été poursuivi pour abus de pouvoir dans sa lutte contre la corruption et a été gracié par le président Duda. La vérité est que de nombreux amis proches de Tusk ont été poursuivis par Kamiński et qu’il veut maintenant se venger. Il veut également humilier le président Duda et le forcer à accorder une nouvelle grâce à Kamiński et Wasik, car de cette façon, l’histoire se terminera par la victoire de la thèse de Tusk : le président n’a pas eu raison de les gracier avant qu’il n’y ait eu une condamnation. Toutefois, la grâce présidentielle avant qu’un verdict ne soit rendu est une pratique courante dans de nombreux pays démocratiques, tels que les États-Unis, et elle s’est déjà produite en Pologne.

Qu’en est-il de la Cour suprême ? Certains médias ont rapporté qu’elle s’était prononcée contre la grâce présidentielle, tandis que d’autres médias ont rapporté qu’elle s’était prononcée en sa faveur.

Filip Styczyński : Cela est dû à la réalité parallèle que j’ai mentionnée précédemment. La Cour suprême a déclaré que le président avait fait ce qu’il fallait. Le juge qui a pris la décision de procéder aux arrestations ne fait pas partie de la Cour suprême. De plus, il a des liens très étroits avec la Plate-forme civique – sa mère travaille avec le ministre de l’intérieur Marcin Kierwiński- et il s’est prononcé contre le PiS à de nombreuses reprises au cours des huit dernières années. Le conflit est évident car, en Pologne, les juges ne sont pas autorisés à s’impliquer dans la politique.

Kamiński a entamé une grève de la faim à la suite de son arrestation. Pensez-vous que lui et Wasik seront bientôt libérés ?

Filip Styczyński : La grève de la faim est la réponse de Kamiński à une situation exceptionnelle. Je pense qu’ils ne sortiront pas de prison de sitôt, car il s’agit d’une vengeance. Après la fermeture de TVP World, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un événement chaotique et mal organisé, et que le gouvernement serait plus intelligent et responsable dans ses actions futures. Mais nous voyons maintenant qu’ils ne se soucient pas de la Pologne et de son image dans le monde, et c’est pourquoi notre pays ressemble aujourd’hui à une république bananière. Le soir de l’arrestation, M. Tusk a menacé le président et toute personne ayant aidé Kamiński et Wasik d’une peine d’emprisonnement de trois à cinq ans. C’est fou, mais ce n’est pas la première fois : Tusk a répété ce genre de comportement tout au long de sa carrière politique.

Peut-être est-ce parce qu’il sait qu’il a le soutien total de Bruxelles.

Filip Styczyński : C’est exact. Il suffit d’écouter les paroles du porte-parole de la Commission européenne lorsqu’il est interrogé sur cette question : “Nous ne commentons pas les événements spécifiques dans les pays de l’UE”. C’est l’expression ultime de l’hypocrisie, mais il est également effrayant de constater que de nombreux autres pays démocratiques restent silencieux sur tout ce qui se passe.

Ce qui est également frappant, c’est l’agressivité avec laquelle le gouvernement Tusk agit. Par exemple, il a fait appel à la police pour fermer TVP World, une action qui rappelle davantage la Biélorussie ou la Russie.

Filip Styczyński : Oui, c’est certainement le style de Loukachenko ou de Poutine. Mais Tusk a placé un ancien lieutenant-colonel des services secrets, Bartłomiej Sienkiewicz, à la tête du ministère de la culture. Et il est important de garder à l’esprit qu’avant 2015, ces services n’ont pas été nettoyés de l’influence russe, tout comme en Pologne il n’y a pas eu de décommunisation dans d’autres domaines.

TVP World était une chaîne très performante et celle qui a fourni le plus d’informations en anglais sur la guerre en Ukraine. Pourquoi le gouvernement a-t-il jugé nécessaire de la fermer ?

Filip Styczyński : Ils s’en moquent. Ils ne se soucient pas des outils stratégiques ou de l’infrastructure en Pologne. Ils se sont qualifiés d'”opposition totale” lorsqu’ils ont perdu les élections en 2015, et c’est ce qu’ils ont été. Ils se sont opposés à absolument tout, même aux projets stratégiques ou aux grands investissements, comme les centrales nucléaires et l’aéroport de Varsovie qui devait être le plus grand d’Europe. Le maire de Varsovie, Rafał Trzaskowski de la Plateforme civique, est allé jusqu’à dire que nous n’avions pas besoin du nouvel aéroport car nous en avions déjà un à Francfort. C’est comme penser que “nous n’avons pas besoin de TVP World parce que nous avons Deutsche Welle”. Et cela montre une servilité à l’égard de Berlin et de Bruxelles, qui ne veulent pas que la Pologne devienne un acteur majeur en Europe. En ce qui concerne la TVP, en raison du scandale qui a conduit à sa fermeture et des circonstances dans lesquelles il s’est déroulé, elle rouvrira probablement d’ici peu, mais elle ne jouira pas de la liberté dont elle a bénéficié jusqu’à présent.

Après l’arrestation des députés européens, il y a eu un rassemblement de protestation. Pensez-vous que les Polonais vont réagir aux actions extrêmes du gouvernement Tusk ?

Filip Styczyński : C’est difficile à dire. Les manifestations des prochains jours sont importantes car elles montreront la colère potentielle contre les actions de M. Tusk et le soutien à l’opposition du PiS. Le problème des conservateurs est, dans une certaine mesure, d’ordre logistique, car une grande partie de leur soutien provient des zones rurales et il pourrait être difficile pour leurs partisans de se rendre à Varsovie. Toutefois, je pense que les conservateurs sont bien mieux organisés et intellectuellement préparés pour faire face à cet effondrement de la loi, et ce qui s’est passé ces derniers jours pourrait nous réserver une surprise.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

7 réponses à “« La Pologne ressemble désormais à une république bananière ». Entretien avec Filip Styczyński”

  1. louis dit :

    republique bananiere ? comme içi alors !

  2. gaudete dit :

    Tusk et macronor dictator même combat

  3. alienor dit :

    vous avez été plus rapide que moi ;-)

  4. Gautier Pen-Gan dit :

    D’après des infos glanées sur internet, le Pis aurait été victime de sa politique va-t-en-guerre intransigeante qui a probablement exaspéré les Polonais à cause des conséquences sur leur économie, en particulier les agriculteurs et les routiers.

  5. FEDYCKI dit :

    je ne sais rien en politique j’ai un bon souvenir de mon voyage en POLOGNE que mon mari voulait connaître lui un petit AVEYRONNAIS je me permets de vous dire que SAINT JEAN PAUL II et les amis de FRANCE avec origine polonaise ont ne VRAIE FOI
    QUE CE PAYS SOUVENT MARTYRISE ET BIEN ON NEPEUT QUE LUI SOUHAITER BONNE ROUTE ET DE SAVOIR VOYAGER A LA LIBERTE EN VRAI NE PAS ENTRER DANS CES STUPIDITES DE DROITE/GAUCHE MAIS VIVE LA POLOGNE
    mes relations tous courageux et aimant LA FRANCE
    AMITIES

  6. kaélig dit :

    La Pologne va enfin goûter aux joies du wokisme, du transgenre, du vivre ensemble voire du racisme systémique voire même de la repentance décoloniale…En plus de la démocratie version ‘de gauche”.

  7. patphil dit :

    les électeurs ont choisi, ils vont devoir assumer

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

LORIENT, Sociétal

Crack à Lorient : une inquiétude grandissante. Deux suggestions radicales face à la gangrène des stupéfiants

Découvrir l'article

International

Le gouvernement gauchiste de Pologne prépare une nouvelle loi sur les discours haineux : 3 ans de prison pour avoir offensé des personnes LGBT

Découvrir l'article

A La Une, International

Pologne. Un agriculteur risque des années de prison après une répression policière brutale lors d’une manifestation à Varsovie

Découvrir l'article

International

En Pologne, le nouveau gouvernement de gauche veut appliquer l’agenda mondialiste dans l’Education des enfants

Découvrir l'article

International

Les routiers polonais demandent la fin de l’accord UE-Ukraine

Découvrir l'article

International

Pologne. Le gouvernement Tusk pourrait être une coalition du chaos

Découvrir l'article

Immigration, International

Allemagne. Le retour des contrôles aux frontières face à la hausse de l’immigration clandestine

Découvrir l'article

International

Pologne. Le PiS arrive en tête des élections législatives, mais en mauvaise posture

Découvrir l'article

A La Une, International

Barbara Socha : « Faire de la Pologne un endroit idéal pour les familles » [Interview]

Découvrir l'article

International

Manifestation en Pologne. La gauche polonaise montre un front uni, un leader de gauche appelle…à la grève du sexe

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky