Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pologne. Un agriculteur risque des années de prison après une répression policière brutale lors d’une manifestation à Varsovie

Dans une interview exclusive accordée à Remix News et traduite par nos soins, Magdalena Majkowska, avocate de l’Institut Ordo Iuris, donne un aperçu de la brutalité policière et des méthodes juridiques sévères déployées par le nouveau Gouvernement (soutenu par la Commission Européenne) contre les agriculteurs en Pologne,  y compris l’arrestation d’un agriculteur âgé dont les doigts étaient tellement usés par le travail que l’appareil de la police ne pouvait pas lire ses empreintes digitales.

Magdalena Majkowska est avocate au Centre d’intervention de l’Institut Ordo Iuris et coordinatrice de stage pour le compte de l’Institut. Elle a obtenu son diplôme avec mention à la faculté de droit et d’administration de l’université de Varsovie en 2017. Elle est l’auteur d’un certain nombre de publications relatives à la liberté d’expression et a axé son travail juridique sur la protection de cette liberté, ainsi que de la liberté de conscience et de la liberté de réunion, et sur la protection de la famille contre l’intervention de l’État.

Une cinquantaine d’agriculteurs ont-ils vraiment été arrêtés lors de la manifestation de la semaine dernière à Varsovie, comme le prétend le gouvernement ? Combien de ces agriculteurs arrêtés l’Institut Ordo Iuris défend-il ?

Magdalena Majkowska : Nous représentons actuellement deux agriculteurs qui ont été arrêtés le jour de la manifestation. Mais nous recevons constamment des informations sur d’autres personnes qui ont besoin de notre assistance juridique dans le cadre de la manifestation des agriculteurs du 6 mars à Varsovie.

Nous sommes en contact avec eux et nous obtiendrons également une procuration ou une autorisation pour les défendre si nécessaire.

Quant au nombre de détenus indiqué par la police, il m’est difficile de le commenter. Nous disposons d’informations émanant du syndicat Solidarité rurale. Moins de personnes que cela se sont adressées à eux. Ni la famille ni les amis proches de ces dizaines de détenus présumés ne se sont adressés à Solidarité rurale.

Le jour de ces détentions, six personnes au total se sont adressées à Solidarité rurale, et nous ne savons pas qui sont les autres à l’heure actuelle [lundi 11 mars]. S’agit-il de militants de Solidarité rurale ? S’agit-il d’agriculteurs ? Nous n’avons aucune information à ce sujet.

Et ces agriculteurs que l’Ordo Iuris défend, de quel type de personnes s’agit-il et pour quelle raison exactement ont-ils été arrêtés ?

Magdalena Majkowska : L’un d’entre eux est un agriculteur de Basse-Silésie âgé de 65 ans qui a été arrêté par la police le jour de la manifestation. Nous avons été contactés par Solidarité rurale pour lui fournir une assistance juridique. Ils nous ont informés que la famille de cet agriculteur était très préoccupée par sa santé, car l’homme souffrait de graves problèmes cardiaques.

Le jour de son arrestation, plus tard dans la soirée, je me suis rendu au poste de police où il était censé être détenu. Là, j’ai été informé qu’il avait été emmené pour un examen médical urgent et que toute procédure le concernant n’aurait pas lieu avant le lendemain.

Le lendemain matin, nous avons contacté la police au poste de police de la rue Zytnia, où cet agriculteur détenu était censé séjourner. Ils nous ont dit que l’homme était revenu de l’examen médical et qu’ils nous informeraient quand il y aurait une procédure le concernant.

Cette procédure n’a eu lieu que jeudi après-midi, soit un jour après son arrestation. Il a été accusé de participation à un attroupement et d’atteinte à l’intégrité physique de deux policiers.

Cette atteinte à l’intégrité corporelle des policiers aurait consisté à lancer des œufs dans leur direction et à les frapper avec ces œufs dans les jambes. En outre, cet acte a été qualifié de hooliganisme.

Quelle est la sanction encourue ? Peut-il aller en prison ?

Magdalena Majkowska : Oui, tant la participation à un attroupement que l’atteinte à l’intégrité physique des policiers sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement. La peine peut être encore plus sévère lorsque ces actes sont qualifiés de hooliganisme, comme c’est le cas ici.

Pourquoi a-t-on qualifié ces actes de hooliganisme ?

Parce que cet homme aurait agi en public et sans raison, faisant preuve d’un mépris flagrant pour la loi.

Mais il participait à une manifestation, n’est-ce pas ?

Magdalena Majkowska : Oui, et cette qualification juridique de hooliganisme revient à dire que la participation de cet homme à la manifestation du 6 mars était sans raison. Cela est évidemment en contradiction avec le fait que les agriculteurs sont venus à Varsovie pour défendre leurs intérêts et ceux des Polonais face aux réglementations défavorables de l’Union européenne en matière de politique climatique.

On ne peut donc pas dire que la participation de l’agriculteur que nous représentons à la manifestation était sans raison. Il avait une très bonne raison : il voulait présenter son point de vue, le manifester lors d’un rassemblement légal.

C’était une manifestation légale, n’est-ce pas ?

Magdalena Majkowska : Oui, sauf qu’à un moment donné, elle a été dissoute par les organisateurs. Pourtant, cet agriculteur était venu à une manifestation qui était légitime et légale et qui avait été annoncée à l’avance.

D’une part, il n’est accusé que d’avoir jeté des œufs sur les jambes de policiers, et d’autre part, il est traité comme un grand criminel. Avant sa libération, ses empreintes digitales ont été relevées.

Les empreintes digitales sont relevées à l’aide d’un appareil spécial. Il faut poser ses doigts sur un lecteur d’empreintes spécial. Dans le cas de cet agriculteur, les techniciens chargés de la prise des empreintes digitales ont indiqué que l’appareil ne pouvait pas lire ses empreintes digitales en raison de l’usure de ses mains. Les mains de ce grand criminel présumé, à savoir cet agriculteur de 65 ans, sont tellement usées par des décennies de dur labeur que ses empreintes digitales ne sont pas visibles par un lecteur d’empreintes digitales.

Il s’agissait donc d’un véritable agriculteur et non d’un voyou. Les autorités polonaises ont déclaré que seuls des hooligans, et non de vrais agriculteurs, avaient été arrêtés lors de la manifestation du 6 mars à Varsovie.

C’est tout à fait exact. Ce type est un vrai agriculteur, qui a expliqué à la police que toute sa vie, ses mains avaient été ses outils de travail.

Les autorités ont affirmé que les personnes arrêtées étaient de sérieux hooligans qui avaient été surpris en train de jeter des pavés et que la plupart d’entre eux étaient ivres. Il convient donc de noter que cet agriculteur de 65 ans était sobre au moment de son arrestation.

Qu’en est-il de l’autre agriculteur détenu, pour la défense duquel Ordo Iuris est intervenu ?

Magdalena Majkowska : Ce n’est pas moi qui suis intervenu personnellement dans cette affaire, mais cet autre agriculteur fait l’objet d’une accusation encore plus étrange. Il s’agit également de participation à un attroupement, ce qui, comme je l’ai souligné précédemment, est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 3 ans, mais la description de son crime est la suivante : se déplacer avec la foule. En d’autres termes, cet agriculteur de 22 ans de la région de la Grande Pologne marchait avec d’autres manifestants, et c’est pour cette raison qu’il a été arrêté et inculpé.

En outre, comme dans le cas de l’homme plus âgé, ce délit a été qualifié de hooliganisme, ce qui signifie que la sanction doit être plus sévère. Le hooliganisme consiste à marcher dans la foule !

Nous avons vu de nombreuses vidéos de l’usage de la force par la police contre des manifestants qui semblaient se comporter de manière assez passive. En vertu du droit polonais, la police peut-elle utiliser la force de cette manière sans avertissement, même s’il n’y a pas de résistance active de la part des manifestants ou des personnes qui refusent de se disperser après la dissolution d’une manifestation ?

Absolument pas. De l’avis des juristes de l’Institut Ordo Iuris, ce recours à des mesures coercitives directes par la police était injustifié dans de nombreux cas. Dans une telle situation, selon les dispositions de notre loi sur les mesures coercitives directes et les armes à feu, la police devrait d’abord appeler une personne à se comporter légalement et l’avertir de son intention d’utiliser ces moyens de coercition directe.

Dans les vidéos, nous ne voyons ni ces appels ni aucun avertissement indiquant que la police a l’intention d’appliquer ces mesures coercitives directes. Il y a même eu une situation où un député, Slawomir Mentzen de Konfederencja, qui se tenait aux côtés d’autres agriculteurs manifestants et leur parlait, a été à un moment donné aspergé de gaz lacrymogène.

J’ajouterais que les enregistrements montrent également d’autres cas de comportement inapproprié de la part de policiers.

Dans l’une des vidéos, par exemple, on peut voir un policier jeter un pavé sur une foule de manifestants. Dans une autre, on peut voir l’un des participants au rassemblement se faire conduire par deux policiers. Il a les mains menottées dans le dos et, à un moment donné, l’un des policiers le frappe à la tête sans raison apparente. Dans un cas, on peut voir des policiers choisir un jeune homme avec un drapeau polonais à la main parmi un petit groupe de manifestants et le frapper brutalement au sol.

Ce type de recours à la force n’est pas autorisé. C’est pourquoi les juristes de l’Institut Ordo Iuris analysent actuellement toutes les preuves disponibles dans les médias ou qui nous ont été envoyées par différentes personnes. Nous signalerons au parquet les policiers qui ont outrepassé leur autorité.

En ce qui concerne le soutien aux agriculteurs détenus, j’ai cru comprendre que vous offriez une assistance juridique gratuite, n’est-ce pas ?

Magdalena Majkowska : Oui, notre assistance juridique aux agriculteurs blessés ou détenus est entièrement gratuite. Bien entendu, s’il y a d’autres victimes de l’action de la police, elles peuvent également se tourner vers l’Institut Ordo Iuris pour obtenir une assistance juridique.

De plus en plus de personnes s’adressent à nous pour obtenir des conseils dans le cadre de la manifestation du 6 mars. Nous analysons chaque cas et réagissons si nécessaire.

Étiez-vous présent à cette manifestation d’agriculteurs ?

Magdalena Majkowska : Oui, j’y étais.

Comment évaluez-vous le comportement des manifestants ? Je ne parle pas des personnes détenues, mais en général, était-ce une manifestation où il y avait de la violence, où il y avait peut-être des groupes de personnes qui n’étaient pas nécessairement liées à l’agriculture et qui voulaient profiter de la situation pour s’en prendre à la police, par exemple ?

Magdalena Majkowska : J’étais à la manifestation avant midi ce jour-là, le 6 mars. Bien sûr, je ne pouvais pas être partout et je n’ai pas tout vu. Mais ce que j’ai vu, c’est un rassemblement pacifique, légal, auquel participaient non seulement des hommes dans la force de l’âge, mais aussi de nombreuses personnes âgées, des femmes et des enfants, dont certains en âge d’aller à l’école maternelle.

C’est pourquoi, plus tard dans l’après-midi, lorsque j’ai vu sur les médias sociaux des images de la pacification brutale de cette manifestation, cela m’a vraiment choqué, précisément parce que je savais que des personnes âgées, des femmes et des enfants étaient également présents. C’est pourquoi le récit qui a été fait par la suite de cette manifestation, selon lequel il ne s’agissait pas d’une manifestation d’agriculteurs, mais de simples hooligans, est à mon avis totalement faux.

J’ai vu de mes propres yeux de nombreux participants pacifiques à cette manifestation.

Dans votre expérience d’avocat, avez-vous eu à faire face à de telles situations, où, lors de ce type de manifestation pacifique, des participants ont été arrêtés et accusés de ce type de délits ? Ou s’agit-il d’un phénomène nouveau en Pologne ?

Magdalena Majkowska : Ce qui s’est passé lors de la manifestation des agriculteurs du 6 mars à Varsovie ressemble à un retour à ce qui s’est passé il y a huit ans (sous le précédent gouvernement de Donald Tusk), par exemple lors de la Marche de l’Indépendance qui a lieu chaque année à Varsovie. À l’époque également, les médias avaient beaucoup parlé des provocations qui avaient lieu pendant la Marche de l’Indépendance et, par conséquent, les personnes qui étaient restées totalement passives et ne s’étaient pas comportées de manière agressive avaient été arrêtées ou pacifiées.

Il s’agit en quelque sorte d’un retour à ce qui s’est passé sous le précédent gouvernement de la Plateforme civique (PO), lorsque Donald Tusk était également premier ministre.

Les manifestants, qu’il s’agisse d’agriculteurs ou d’autres groupes sociaux qui souhaitent protester, ou de toute autre personne qui participe à ce type de manifestation, peuvent-ils se protéger d’une manière ou d’une autre contre les arrestations et ce type d’accusations ? Ou n’ont-ils tout simplement pas d’autre choix dans la Pologne d’aujourd’hui, s’ils veulent manifester leurs opinions, que de risquer que cela leur arrive à eux aussi ?

Magdalena Majkowska : Avec ce qui s’est passé le 6 mars, il est difficile de résister à l’impression que les personnes qui ont été arrêtées et qui sont aujourd’hui inculpées sont simplement des personnes au hasard qui se sont trouvées au mauvais endroit au mauvais moment.

La question est donc de savoir s’il est possible de se protéger d’une manière ou d’une autre contre de telles situations. Si j’entends, d’après les récits des participants, que des personnes prises au hasard dans un groupe, dans un rassemblement, sont arrêtées, il est difficile de garantir qu’un participant particulier à un tel rassemblement ne sera pas traité de la même manière que les personnes que nous représentons et qui ont été arrêtées.

Ce que vous devez faire, c’est simplement connaître vos droits et ne pas vous laisser convaincre d’avouer quelque chose que vous n’avez pas fait afin d’obtenir une libération anticipée.

Si une personne a été arrêtée, elle doit avant tout demander à ce qu’un parent ou un ami soit contacté et informé de la situation, et il est important de ne pas donner d’explications à la police sans la présence de son conseiller juridique.

Le syndicat Solidarité fournit cette assistance juridique en collaboration avec l’Institut Ordo Iuris.

Enfin, il convient également de noter qu’il est difficile de résister à l’impression que l’ensemble des événements qui ont conduit à ces arrestations avait un objectif fondamental : intimider ces personnes afin qu’elles ne manifestent plus.

Il ne faut pas non plus céder à ce genre de pression. Il faut avoir le courage de connaître ses droits et d’exercer l’un de ses droits fondamentaux, constitutionnels, qui est le droit de réunion.

J’ai cru comprendre que vous aviez l’impression que ce comportement de la police résultait d’ordres venus d’en haut. Donc, selon vous, les policiers n’ont pas simplement fait preuve d’incompétence lors de cette manifestation particulière ?

Il est difficile de ne pas avoir cette impression. Après tout, combien de fois, au cours des dernières années, même lorsque certains manifestants se sont comportés de manière très vulgaire ou agressive à l’égard de la police, les officiers de police n’ont pas réagi ?

Je pense par exemple à la célèbre militante de gauche que les médias appellent “Grandma Kasia”, c’est-à-dire Catherine A.

C’est une militante LGBT, n’est-ce pas ?

Magdalena Majkowska : Oui, c’est une militante LGBT. Il y a des vidéos où on la voit frapper des policiers, ces derniers restant passifs tout le temps. Ici, au contraire, on voit la police escalader la situation.

Lorsque la police est restée passive face au comportement de Grand-mère Kasia, c’était sous le gouvernement Droit et Justice, n’est-ce pas ?

Magdalena Majkowska : Exactement, oui.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Pologne. Un agriculteur risque des années de prison après une répression policière brutale lors d’une manifestation à Varsovie”

  1. fifi dit :

    pas lu mais oui en POLOGNE ON NE RIGOLE PAS !!! il y a de l’ORDRE MAIS ATTENTION NOS PAYSANS SONT NOS GARANTS DE GARDER LA TERRE QUI NOUS NOUS NOURRIT !!!
    j’ai un nom polonais mais JE SUIS UNE BRETONNE DE FRANCE !!! ET UN VOYAGE DE TOURISTE MA BIEN MONTRE QUE L’on ne rigole pas avec la vie en SOCIETE !!!CE N’est pas le foutoir commme chez nous ou on a le droit de PARLER plus exactement de gueuler !! et de disserter sur LA MORT alors que nous avons de quoi être VRAI devant la souffrance !! et IVG Dans la C n’évite pas aux sagouins d’être sagouins
    amities

  2. kaélig dit :

    “En Pologne, Donald Tusk revient au pouvoir et renvoie les populistes dans l’opposition”
    Avec D.Tusk de retour au pouvoir, européen sauce vendetta La Hyene, “l’Etat de Droit” est paraît-il restauré.

  3. jcm78 dit :

    vous avez vote tusk eh bien dansez maintenant c est bien l europe

  4. gaudete dit :

    La hyène distille son venin et les polonais vont savoir ce qu’il en est lorsque les pourris au pouvoir s’acoquinent avec la SS. Ils en ont déjà un aperçu avec les manifs des paysans, ils vont revenir comme au temps de la période communiste. On voit bien que chez nous macronor dictator fait voter des lois plus liberticides les unes que les autres

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International

Pologne. 100 000 tentatives d’entrées illégales dans l’UE depuis la Biélorussie, 90 % des clandestins détiendraient des visas russes

Découvrir l'article

International

Une drag-queen sur le devant de la scène à la télévision publique polonaise

Découvrir l'article

A La Une, International

Pologne. « Le nouveau gouvernement transforme le pays en une république bananière et tente d’éliminer toute forme d’opposition » [Interview]

Découvrir l'article

International

Pologne. Des agriculteurs ont occupé le Parlement pour protester contre le « Green Deal ».

Découvrir l'article

International, Sociétal

Pologne. Des députés demandent à Donald Tusk de rendre l’avortement légal bien que ce soit contraire à la constitution

Découvrir l'article

International

Le Parlement polonais propose d’annuler la législation pro-vie

Découvrir l'article

A La Une, International

« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen

Découvrir l'article

International

Le gouvernement gauchiste de Pologne prépare une nouvelle loi sur les discours haineux : 3 ans de prison pour avoir offensé des personnes LGBT

Découvrir l'article

International

En Pologne, le nouveau gouvernement de gauche veut appliquer l’agenda mondialiste dans l’Education des enfants

Découvrir l'article

A La Une, International

« La Pologne ressemble désormais à une république bananière ». Entretien avec Filip Styczyński

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky