L’Île aux 30 cercueils, le roman de Maurice Leblanc en bande dessinée.

Véronique d’Hergemont a fui son tyrannique ex-mari, le comte Alexis Vorski, voilà quatorze ans. Depuis cette fuite, elle s’est réfugiée dans un couvent de carmélites pour essayer d’expier et d’oublier la disparition en mer de son père et de son fils François, considérés comme morts. Mais elle découvre sa signature sur un mystérieux jeu de piste qui la mène sur l’île bretonne de Sarek, « l’île aux trente cercueils ». Selon une mystérieuse et effrayante légende, cette île cernée par trente écueils menaçants fera mourir trente personnes, dont quatre femmes crucifiées… Elle y découvrira que son père et son fils ne sont pas morts. Mais Vorski prépare sa vengeance…

On reconnait le scénario du célèbre roman L’Île aux trente cercueils de Maurice Leblanc. L’histoire se déroule sur l’île fictive de Sarek, qui serait située au large de l’Archipel des Glénan. Mais sa forme et son nom font également penser à l’île anglo-normande de Sercq.

leblanc

L’action du roman, qui se déroule en 1917, fait intervenir, dans la deuxième partie, le personnage d’Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur. Ce roman a fait l’objet d’une adaptation en feuilleton télévisé en 1979, par Marcel Cravenne, avec Claude Jade dans le rôle de Véronique.

C’est aujourd’hui Marc Lizano qui adapte ce roman en bande dessinée. Il exprime ainsi son choix : « Mon envie était de faire remonter les émotions que j’ai pu ressentir pendant mon enfance. C’est incroyable ce que les gens de ma génération ont pu être marqués par quelques images fortes… »

Mais l’adaptation d’une œuvre littéraire est un exercice difficile. Marc Lizano a tenté de réaliser un feuilleton populaire. Il divise son histoire en six parties, intercalant entre chacune d’elles des cahiers lui permettent d’exposer le roman, la série télé, l’auteur…  Mais le résultat ne convainc pas. L’intrigue avance lentement et plusieurs rebondissements sont mal amenés. Arsène Lupin n’apparait pas.

Marc Lizano adopte un dessin semi-réaliste, aux atours naïfs, agrémenté d’une bichromie sépia/grise. Ce graphisme renforce l’ambiance mystérieuse en lui conférant également un petit goût d’autrefois.

Kristol Séhec

L’île aux 30 cercueils, Editions Soleil, 17,95 euros.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine