Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Benoît XVI, la nouvelle bande dessinée de Dominique Bar

Joseph Ratzinger fut, sous le nom de Benoît XVI, le premier pape depuis six siècles à renoncer à sa fonction. Une bande dessinée aux Editions du Triomphe, très respectueuse, rappelle le parcours de foi de ce théologien imprégné de tradition, décédé il y un an.

1- La période précédant son élection occupe 14 planches. Joseph Ratzinger nait en Bavière en 1927. On découvre que son père, officier de gendarmerie et fervent pratiquant catholique, était viscéralement hostile au nazisme. En 1939, il entre au petit séminaire de Traunstein, où étudie déjà son frère Georg. À l’âge de 16 ans, en 1943, il est incorporé, avec tous ceux du séminaire, dans la lutte antiaérienne. Il déserte quelques jours avant la reddition allemande, puis est interné quelques semaines dans un camp américain de prisonniers de guerre allemands. Il commence sa formation de prêtre puis est ordonné en 1951, en même temps que son frère Georg. Ce théologien brillant, qui marque les esprits, docteur et professeur à l’Université, participe au concile Vatican II. En 1977, le pape Paul VI le nomme archevêque de Munich et Freising, puis cardinal-prêtre. Le pape Jean-Paul II en fait en 1981 son préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Pendant 23 ans, il rencontre Jean-Paul II chaque vendredi soir. Il affirme alors une ligne doctrinale conservatrice, s’opposant fermement à la théologie de la libération. En 1986, Jean-Paul II décide de la création d’un catéchisme universel romain et confie la présidence de la commission au cardinal Ratzinger. Après la mort de Jean-Paul II, le 2 avril 2005, ce théologien conservateur est le favori pour la succession et est élu pape sous le nom de Benoît XVI. En choisissant le nom de saint Benoît, il se présente comme un père spirituel. Il déclare alors : “Chers frères et soeurs, après le grand pape Jean-Paul II, les cardinaux m’ont élu, moi, le simple et humble travailleur dans la vigne du Seigneur”. Un pontificat s’achève, un autre commence.

Le pontificat de Benoît XVI est décrit en 23 planches. Le monde médiatique est au début inquiet de l’élection de Joseph Ratzinger. Mais rapidement, il séduit le peuple des catholiques. Dès le 13 mai 2005, il annonce le début du procès en béatification de Jean-Paul II, en exerçant sa prérogative de ne pas tenir compte du délai de cinq ans suivant le décès. Puis il participe aux JMJ de Cologne, ville où il a enseigné de 1959 à 1969. Lors de son pontificat, Benoît XVI effectue de nombreux voyages : Allemagne, Pologne, Espagne, Turquie, Brésil, Autriche, États-Unis, Australie, France, Cameroun, Angola, Terre sainte, Jordanie, Tchéquie, Malte, Portugal, Chypre, Grande-Bretagne, Croatie, Bénin, Mexique, Cuba, Liban… En 2006, dans son discours à l’université de Ratisbonne, Benoît XVI condamne la violence exercée au nom de la religion. Il cite alors l’empereur byzantin Manuel II Paléologue (1391-1425) : « Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l’épée la foi qu’il prêchait ». Cette citation déclenche de vives réactions politiques et religieuses. En 2007, Benoît XVI publie le motu proprio Summorum Pontificum, permettant la célébration de la messe de 1962 (forme tridentine du rite romain dans sa version révisée par Jean XXIII). Il déclare que la messe de 1962 (pré-concile) et celle de 1970 (post-concile) ne sont qu’un seul et même rite ayant deux expressions différentes. Cette position satisfait les traditionalistes. Benoît XVI reste un grand théologien et rédige trois encycliques : Deus Caritas Est (Dieu est amour), expliquant le sens chrétien de l’Amour, Spe Salvi (Sauvés par l’Espérance), réflexion sur l’espérance chrétienne, et Caritas in Veritate (L’amour dans la Vérité), laquelle traite du développement humain intégral en réponse aux défis économiques et écologiques. Il maintient la position de l’Église sur la famille, fondée sur le mariage hétérosexuel et prônant le respect de la vie.

La démission de Benoît XVI et la fin de sa vie sont exposées en 9 planches, y compris la première de l’album. En effet, en 2013, après un pontificat de près de huit ans, sentant ses forces diminuer, Benoît XVI renonce à ses fonctions, ce qui constitue la première renonciation d’un pape depuis celle de Grégoire XII, en 1415. Devenu pape émérite, il se retire au monastère Mater Ecclesiae. Il reçoit parfois son successeur, le pape François. Mais en 2021, lorsque le pape François abroge le motu proprio Summorum Pontificum, Benoît XVI connait une grande déception. Le 31 décembre 2022, quelques jours après son frère Georg, à l’âge de 96 ans, Joseph Ratzinger rend son âme à Dieu.

2- Ce n’est pas la première fois qu’une bande dessinée est consacrée à un pape. Récemment, la série Un pape dans l’histoire, déjà présentée sur Breizh-Info, avait raconté les vies de Saint Pierre, Léon le Grand, Jean-Paul II, Alexandre VI, Clément V, Pie VII et Pie XII.

Un manga, intitulé Habemus Papam!, avait déjà retracé la vie du pape Benoît XVI. Dessiné par Sean Lam, artiste de Singapour, il avait été distribué gratuitement, à plus de 300 000 exemplaires, en espagnol et en anglais, lors des Journées mondiales de la jeunesse de Madrid en 2011, dans des églises, hôtels ou stations de métro.

Les créateurs de cette nouvelle bande dessinée consacrée à Benoît XVI sont les scénaristes Guy Lehideux et Louis-Bernard Koch et le dessinateur Dominique Bar. Ils avaient précédemment réalisé Avec Jean-Paul II, composé de deux parties, Karol Wojtyla, de Cracovie à Rome (2002) et L’Infatigable pèlerin (2003), Jean-Paul II et Benoît XVI (2006) et Avec Benoît XVI et le pape François (2014). Lehideux, Koch et Bar font partie des principaux piliers de la bande dessinée chrétienne. A eux trois, ils ont créé une importante partie des bandes dessinées chrétiennes depuis près de 25 ans.

Le scenario, très respectueux de Benoît XVI, parvient à nous faire comprendre sa pensée, mais aussi sa psychologie. Derrière le pape théologien, on découvre un homme sensible, par exemple particulièrement bouleversé à la mort de son frère.

3- Dominique Bar est sans doute aujourd’hui le dessinateur le plus doué de la bande dessinée chrétienne. Il a déjà obtenu six fois le prix Gabriel de la BD chrétienne : en 2000 avec En chemin avec Jean Berchmans (scenario), en 2006 pour Paul de Tarse – Le Chemin de Damas (scenario et dessin), en 2008 pour Bernadette, affaire non classée (dessin), en 2011 pour

Jean-Baptiste Fouque, Le téméraire de la charité (scenario et dessin), en 2012 pour Une Vie donnée à Dieu et aux hommes – Les Moines de Tibhirine-Fès-Midelt (dessin), et en 2015 pour Avec Jean-Paul II. Enfin, il a également obtenu, en 2017, le premier prix de la BD chrétienne au Festival de Solliès-Ville pour Fatima – Le Jour où le soleil dansa.

Né à Liège en 1957, Dominique Bar a suivi les humanités artistiques à l’École supérieure des arts, à Saint-Luc de Liège, dans la même classe que Jean-Claude Servais. En 1989, dans le journal de « Tintin Reporter », il réalise sa première bande dessinée : Christian Persil. Depuis, il dessine des histoires véhiculant des valeurs chrétiennes. La liste devient impressionnante : En chemin avec Jean Berchmans (Coccinelle BD, 1998), Lumière dans la nuit – Beauraing (Coccinelle BD, 2002), Les aventures de Christian Persil – Les Secrets du Marquis (Des ronds dans l’O, 2004), Paul de Tarse – Le Chemin de Damas (CLD Éditions, 2006), Bernadette, affaire non classée (Mame-Edifa, 2007), Théophane Vénard – Dans les griffes du tigre (CLD Éditions, 2007), Jehanne d’Arc, gagner la paix (Mame-Edifa, 2008), Martin – Partager la vérité (Mame-Edifa, 2009), Saint Benoît – Messager de la paix (Éditions du Triomphe, 2010), Avec Léon Harmel (Éditions du Triomphe, 2010), Jean-Baptiste Fouque, le téméraire de la charité (Éditions du Triomphe, 2010), Une Vie donnée à Dieu et aux hommes – Les Moines de Tibhirine-Fès-Midelt (Éditions du Signe, 2011), Nicolas Barré – Contre vents et marées (Éditions du Triomphe, 2012), Saint Augustin – Si tu savais le don de Dieu (Éditions du Triomphe, 2012), Avec les martyrs chrétiens d’aujourd’hui (Éditions du Triomphe, 2016), Fatima – Le Jour où le soleil dansa (Éditions du Triomphe, 2017), Jérôme Lejeune, serviteur de la vie (Éditions du Triomphe, 2018), Zita, courage et foi d’une impératrice (Éditions du Triomphe, 2018), Saint Yves, Les chemins de la justice (Éditions du Triomphe, 2019), Clodoald – Le Prince du pardon (Éditions du Triomphe, 2023).

4- Dominique Bar vient ainsi d’achever une bande dessinée sur Benoît XVI. Cet album comprend des planches des albums Jean-Paul II et Benoît XVI (2006) et Avec Benoît XVI et le pape François (2014), auxquelles s’ajoutent treize nouvelles pages.

Son dessin réaliste et précis convient bien à un récit qui a pour objectif de retracer le parcours de Benoît XVI.

On avait déjà présenté sur Breizh-Info l’une de ses bandes dessinées, Saint Yves. Il s’était alors inspiré de gravures anciennes, d’enluminures, de peintures et de sculptures, et avait fait le voyage à Minihy pour mieux reproduire la région de Tréguier et respecter les détails architecturaux.

Sa volonté de respecter le détail se vérifie dans la bande dessinée consacrée à Benoît XVI. Il reproduit fidèlement le château de Tittmoning, ville dans laquelle Benoît XVI a passé une partie de son enfance, de 1929 à 1932, ainsi que de nombreuses églises (l’église de la Marienplatz à Munich, la Basilique Saint-François d’Assise, la Basilique Saint-Pierre de Rome…).

On ne serait pas surpris que Dominique Bar obtienne, une nouvelle fois, un prix de la bande dessinée chrétienne.

Kristol Séhec

Benoit XVI. Ouvrier à la vigne du Seigneur, 46 pages, 16,90 euros. Editions du Triomphe.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine
Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Benoît XVI, la nouvelle bande dessinée de Dominique Bar”

  1. JP VARESE dit :

    Un “théologien conservateur”? C’est l’image que certains veulent imposer. Mais il n’en est rien. C’était le secrétaire du cardinal Frings, un progressiste? AU Concile Vatican II. Mgr Ratzinger est une des personnalités les plus actives, avec Mgr Wojtyla (le futur Jean-Paul II, le pape d’Assise) pour défendre les thèses les plus contestées du Concile révolutionnaire. C’est lui qui affirmait que les encycliques anti-libérales de Pie IX (“Quanta Cura” et “Syllabus”) étaient infaillibles, mais “pour leur époque”; cela s’appelle l’infaillibilité limitée.
    C’est aussi ce “conservateur” qui a critiqué un tout petit peu l’Islam, dans son Discours de Ratisbonne, mais aussi, prié en direction de la Mecque, avec des dignitaires musulmans turcs, dans la Mosquée Bleue.
    A-t-il favorisé la Messe traditionnelle de saint Pie V? Oui, mais c’était pour mieux diviser les traditionalistes, ce que n’a pas compris le pape François.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Culture, Culture & Patrimoine

Thrace, nouvelle bande dessinée sur l’Empire romain.

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

L’or des marées, fin de la série sur les goémoniers bretons (bande dessinée)

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Brel, une vie à mille temps (bande dessinée)

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

L’orateur, une enquête criminelle dans la Rome antique (bande dessinée)

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Parcours d’un prêtre dans l’armée allemande (bande dessinée)

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Cortés, la bande dessinée qui explique la disparition de la civilisation aztèque.

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Rani Lakshmi Bai, superbe bande dessinée sur la résistance indienne à l’Empire britannique

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

« Benoît XVI s’est efforcé de mettre la doctrine de Dieu au service des problématiques du monde moderne » : Entretien avec José de Carvalho

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Fahrenheit 451, célèbre roman de science-fiction dénonçant la culture de masse et la censure étatique, a fait l’objet d’une bande dessinée

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Du Guesclin, un portrait élogieux en bande dessinée

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky