6 mois de prison avec sursis pour l’incendie du radar de Jugon-les-Lacs

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

22/11/2013 – 11H00 Saint-Malo (Breizh-info.com) –L’étudiante en BTS social de 19 ans, placée en garde à vue mardi dans l’affaire de la destruction du radar de Jugon-les-Lacs, a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Saint-Malo à 6 mois de prison avec sursis et 175 heures de travail d’intérêt général  – plus d’un mois de travail à temps complet. L’indemnisation en fonction du préjudice de l’Etat sera fixé au mois de février prochain, mais pourrait s’élever entre 20 000 et 40 000 €, une somme tout simplement impossible à rembourser pour la jeune étudiante, qui est apparu bien seule et désemparée lors de l’audience.
La jeune femme a notamment été reconnue coupable d’avoir allumé avec un briquet le bûcher installé sur la RN 176 et d’avoir provoqué la destruction du radar automatique. Les nombreuses photos et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux auront incontestablement facilité le travail de recherche des enquêteurs. Ceux-ci n’ont plus eu qu’à les récupérer directement sur la toile, ce qui a permis l’identification de l’accusée.
Dans ses réquisitions, le procureur avait demandé, en sus des  8 à 10 mois de prison avec sursis et 200 heures de travail d’intérêt général,  que la jeune femme voit… son permis de conduire annulé.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...