« Vivre, décider et travailler en Bretagne  » : rassemblement le 30 novembre à Carhaix

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

22//11/2013 – 18H00 Carhaix (Breizh-info.com) –  Le Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », à l’origine du grand rassemblement des Bonnets rouges qui avait rassemblé près de 30 000 personnes à Quimper le  2 novembre dernier, prépare un nouveau rassemblement le samedi 30 novembre à 15 h à Carhaix. Aura-t-il autant de succès ? La question est posée après les quelques défections enregistrées et l’attitude jugée parfois quelque peu « clivante » de son leader Christian Troadec.
Trois revendications sont à l’ordre du jour de cette manifestation. Outre la gratuité totale des routes en Bretagne et la suppression définitive de l’écotaxe, le collectif demande la fin du dumping social et des distorsions de concurrences jugées insoutenables pour les entreprises et les salariés. Enfin, les Bonnets rouges veulent un réel électrochoc de simplification administrative et la relocalisation des décisions afin de répondre concrètement à leurs problèmes. Des animations musicales, dont la programmation reste encore à déterminer, sont également prévues.
Difficile de prédire si l’affluence sera plus grande qu’à Quimper. Certains en doutent fortement. Plusieurs corporations, qui ont été satisfaites par les propositions financières annoncées par le gouvernement, n’ont en effet pas appelé à manifester. Tout comme les syndicats, qui se sont majoritairement désolidarisés du mouvement et qui manifesteront de leur côté le 23 novembre, à Rennes.
Force Ouvrière, qui avait appelé à manifester le 2 novembre à Quimper, a également pris ses distances avec le Collectif. Joint par l’AFP, son secrétaire départemental du Finistère a été très clair : « On ne veut pas être ralliés de près ou de loin à un programme politique qui n’est pas dans nos tablettes et qui est le régionalisme et éventuellement une zone franche bretonne pour pouvoir décider les lois et des règlements de la Bretagne ». Selon Marc Hébert, en effet, son organisation « ne s’inscrit pas du tout dans une démarche identitaire, [elle] pense que le problème est national et pas régional ».
Enfin, les récentes sorties de Christian Troadec sur la « récupération » dont seraient victimes « ses » bonnets rouges, son mépris affiché pour toute une frange de ses potentiels supporteurs et la «  guerre des marques déposées »  naissante entre différents mouvements, semblent avoir mis un point final au grand mouvement unitaire et fédérateur qui avait amené à la réussite incontestable de la grande manifestation quimpéroise. Réponse le samedi 30 novembre.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.