Roms : nouveau camping sauvage de « gens du voyage » à Cesson-Sévigné (35)

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

23/11/2013 – 10H00 Cesson-Sévigné (Breizh-info.com) – Depuis début novembre, plusieurs caravanes appartenant à la communauté dite des « gens du voyage » se sont installées à l’extrémité de la zone d’activité de la Rigourdière de Cesson Sévigné (35510).
Le parking de l’ancien Lidl à proximité est quant à lui squatté depuis des mois. C’est aujourd’hui une petite bande de pelouse, entre la chaussée et la limite d’un établissement hôtelier qui est utilisée. Des branchements sauvages sur les bouches d’incendie et sur des distributeurs EDF ont été fait, en toute illégalité et avec les risques que cela comporte. Sans parler du respect des règles d’hygiène élémentaire qui sont pour le moins malmenées.
Les répercussions sur l’établissement hôtelier, dont on peine à discerner l’entrée au travers des caravanes. sont immédiates : « les client sont incommodés et n’osent plus rentrer dans l’établissement » constate un réceptionniste de l’établissement. « Certaines sociétés avec qui nous travaillons à l’année nous demandent jusqu’à quand cela va-t-il durer, laissant entrevoir derrière la fin de certains contrats pour notre établissement. »
Il existe pourtant des lieux appropriés, aménagés grâce aux deniers publics au bénéfice des gens du voyage. Une loi de 2000 oblige en effet les communes de plus de 5000 habitants à réaliser des terrains d’accueil, tant pour une occupation temporaire que prolongée.  Dans ce cas précis, il semble que les pouvoirs publics aient choisi, une fois encore, de laisser faire. « Surtout ne pas stigmatiser »  semble être aujourd’hui leur principal souci. Quant au sort des riverains…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...