Pêcheur d’Islande de Pierre Guerlais [chronique cinéma]

A LA UNE

01/12/2013 – 08H00 Paimpol (Breizh-info.com) – Elevée à Paris, Gaud Mével (Marguerite Weintenberger), fille d’armateur, revient dans son pays natal de Paimpol. Lors d’un bal, elle s’éprend du rude marin Yann Gaos (Thomy Bourdelle). Elle révèle sa flamme à Yann. Mais celui-ci n’ose pas lui répondre à cause de son amour de la mer et de leur différence de situation sociale. Apprenant que Gaud est ruinée, Yann se décide enfin à l’épouser, malgré son serment de fidélité à la mer. Quelques jours après, il part pour une longue campagne de pêche en Islande. Mais son bateau se perd en mer. La mer, jalouse, s’est vengée… Gaud n’a plus qu’à se rendre à la Messe des morts, avec sa coiffe de deuil et sa robe de veuve…

Pêcheur d’Islande est un film réalisé en 1933 par Pierre Guerlais. Ce film adapte Pêcheur d’Islande, roman de Pierre Loti paru en 1886. C’est la quatrième adaptation de ce roman, après celles de Henri Pouctal (1915), Victor Fleming (1919), Jacques de Baroncelli (1924) et avant celle de Pierre Schœndœrffer (1958).

Tourné en partie à Paimpol, ce film bénéficie de la musique soignée du compositeur breton Guy Ropartz. Racontant la passion d’une jeune Bretonne issue d’un milieu aisé pour un marin-pêcheur, il offre aujourd’hui une étude ethnographique de la vie à Paimpol à la fin du XIXème siècle. Contrairement à d’autres films qui se veulent « bretonnants », cette vision ethnographique ne résulte pas uniquement des costumes ou des coiffes.
L’importance de la religion chrétienne est bien mise en évidence. Le film commence par une procession religieuse, des hommes portant les maquettes de bateaux, et s’achève par la Messe des morts.
Il montre également la vie des marins, en insistant sur leur camaraderie à travers les chants traditionnels (Jean-François de Nantes, Le Trente-et-un du mois d’août…). Comme le révèle la Grande fête lors du départ des bateaux pour l’Islande, la vie de Paimpol tourne autour de la pêche.
Il dévoile enfin la psychologie de l’époque. Lorsqu’un jeune paimpolais meurt en effectuant son service militaire dans la marine de guerre en Asie, contre les « sales moricauds », sa famille n’éprouve nulle haine envers l’armée ou la France. Bien au contraire, Yann Gaos se recueille et fait une prière en latin pour son ami.

Ce film évoque une Bretagne imprégnée de droiture morale où dominaient les valeurs traditionnelles de la famille, du travail et de la religion.

Pêcheur d’Islande peut être visionné, en cinq parties, sur le site internet Youtube.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

Articles liés