Bretagne : les manifestations antiracistes ont fait flop

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

02/12/2013 – 09H00 Nantes (Breizh-info.com) – Alors que plus d’une cinquantaine d’organisations  avaient appelé à participer à des marches contre le racisme samedi dernier dans toute la France, la mobilisation a fait un vrai flop, en particulier en Bretagne où les manifestations n’ont réuni que très peu de monde. Rien à voir avec la manifestation des Bonnets rouges organisée à Carhaix le même jour sur une thématique – le droit de vivre et de travailler au pays – manifestement plus mobilisatrice que les « Nous sommes tous des Taubira » des militants antiracistes.
Malgré l’appel de plusieurs dizaines d’organisations, du PCF à SOS Racisme en passant par le MRAP, le Front de Gauche, l’Inter LGBT, la plupart des syndicats et les ligues de vertus dont l’antiracisme est le fonds de commerce, les « marches contre le racisme » n’auront réuni qu’à peine 600 personnes à Rennes, 500 à Quimper, un petit millier à Nantes,  200 à St Nazaire et moins d’une centaine à Dinan.
Après l’échec des manifestations syndicales du samedi 23 novembre, les associations de gauche et d’extrême gauche viennent donc de subir un nouveau désaveu populaire, et cela malgré les moyens mis en œuvre, en particulier par le gouvernement, pour faire de cette manifestation antiraciste un succès. L’exemple de Nantes est sur ce point édifiant.
Dans la cité des ducs, la manifestation venait en conclusion de la semaine organisée par le Centre Interculturel de Documentation CID pour commémorer le 30ème anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme dite « marche des beurs ». Largement subventionné par la municipalité socialiste nantaise le CID avait organisé des débats, rencontres littéraires et soirées festives qui, quoique bénéficiant d’une forte couverture médiatique et d’un luxueux matériel de propagande,  n’ont réuni qu’un faible public de militants antiracistes convaincus.
Samedi, malgré cette intense propagande, la grande foule ne s’est pas déplacée, loin de là. Alors que la police, pour une fois généreuse dans son comptage, a recensé 1 700 manifestants, la réalité est certainement plus proche de 1 000 au maximum. Manifestement, à Nantes comme ailleurs, la mayonnaise antiraciste n’a pas pris.
Autre fait marquant dans cette ville : la très faible présence de jeunes parmi les manifestants composés pour l’essentiel de retraités. Le gros des troupes était fourni par des militants du PS, de la CGT, de la CFDT et de l’UNSA, auxquels s’ajoutaient les inévitables bonnes consciences de la Ligue des droits de l’homme, de la Licra etc. Curieusement très peu d’élus étaient présents.  La « diversité » était également très peu représentée. Seulement une vingtaine de femmes en foulard islamique avaient fait le déplacement. Une présence qui provoquait d’ailleurs la grogne de vieux militants laïques : « Curés et voiles c’est la même chose, on n’en veut pas parmi nous !». Ambiance. Les slogans comme « nous sommes tous des Taubira » n’ont guère eu de succès.
Un flop donc. Samedi, il ne pleuvait pas sur Nantes, mais le ciel était gris et triste. La météo, dira-t-on.

Photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...