02/12/2013 – 08H00 Nantes  (Breizh-info.com) – Le 25 novembre, la candidate officiellement investie par l’UMP – Laurence Garnier – a officialisé son soutien par le PCD, par la déléguée locale du parti, Blandine Krysmann. Cependant, cela ne signifie absolument pas que le PCD soutienne la candidate filloniste, l’une des trois têtes de liste de droite actuellement déclarée à Nantes, à droite, avec Sophie van Goethem et Marie-Anne Montchamp.
En effet, Blandine Krysmann fait partie du club de citoyennes, d’actrices de la vie sociale et économique et d’élues de droite qu’impulse Laurence Garnier : Interp’elles. Ce réseau a été lancé en mars 2009 sous les auspices de François Pinte et de Roselyne Bachelot. Ces dernières semaines, Laurence Garnier a sollicité via ce réseau divers dignitaires de partis de droite et du centre nantais, du centre-gauche au MPF, afin qu’elles la soutiennent. Le CNIP (Centre National des Indépendants et Paysans), plus vigilant, a stoppé l’offensive de séduction dirigée vers l’une de ses responsables. Le PCD, non. Et s’en mord les doigts en interne.
Il y a de quoi. Le PCD poursuit une ligne résolument chrétienne et de ce fait – sauf quelques compromissions très locales – est opposé au mariage homosexuel, à la gestation pour autrui et au gender, tous ces avatars d’un catéchisme républicain de l’an 2013 insufflés depuis Paris à l’encontre des catholiques et des familles, dernier nœud d’opposition contre la volonté de tyrannie absolue de l’Etat. Comment peut-il donc être associé à une liste où, certes, Mme Garnier est opposée au mariage du même sexe mais dont au moins deux personnes sur les quinze premières de la liste sont des personnes ouvertement favorables au mariage homosexuel?

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.