02-02-2014 – 07H00 (Breizh-info.com) – Arrêté à la frontière des domaines d’un baron, le marchand de chevaux Michael Kohlhaas est sommé de payer les droits d’un péage. N’ayant pas d’argent sur lui, il doit laisser en gage ses deux plus beaux étalons. Mais mal nourris et usés par les travaux de ferme, ceux-ci sont devenus décharnés. Victime ainsi d’une escroquerie, Kohlhaas tente d’obtenir gain de cause à la Cour de justice de la princesse. Mais le baron fait jouer ses relations et Kohlhaas est débouté.

Sa femme est même blessée à mort. Ivre de rage, pour se faire justice lui-même, Kohlhaas vend tous ses biens et lève une armée parmi les paysans en colère. Ils attaquent le château et tuent tous les occupants. Mais le baron leur échappe. Kohlhaas devient très populaire. Il rencontre un théologien célèbre qui tente de le convaincre que son combat est sans issue. Il veut bien déposer les armes en échange d’une amnistie mais exige un procès équitable.

Mais ses anciens compagnons continuent leurs pillages. La princesse décide alors que la trêve est rompue. Son jugement est rendu : Kohlhaas obtient des dommages pour le vol, récupère ses chevaux, et le baron est emprisonné pendant deux ans. Mais Kohlhaas est condamné à la mort pour sédition. La princesse a ainsi rendu justice…

Michael Kohlhaas est un film historique franco-allemand réalisé en 2013 par Arnaud des Pallières. C’est la troisième adaptation du roman de Heinrich von Kleist après Michael Kohlhaas de Volker Schlöndorff, en 1969, et Ragtime de Miloš Forman, en 1981. La majorité du film est tournée à Pierre-Châtel (Isère), sur le plateau du Vercors et au château d’Aujac (Gard).

L’interprétation du danois Mads Mikkelsen est magistrale. Il montre bien la lutte de l’homme du peuple contre une quadruple injustice. Tout d’abord, le baron lui confisque ses deux chevaux et les lui rend décharnés, puis son valet est attaqué par des chiens. Par la suite, la justice ne reconnaît pas les torts qui lui ont été causés. Enfin son épouse, partie plaider sa cause, revient blessée à mort.

Malgré tout, Kohlhaas fait preuve d’une véritable noblesse d’âme, laquelle est bien mise en évidence par la caméra d’Arnaud des Pallières, souvent lente et majestueuse.

Ce film ne prône aucunement la révolte du peuple contre la monarchie. Il montre au contraire une princesse condamnant chaque homme, quel que soit son rang, selon ses torts. En vérité, ce film exalte la droiture du héros qui ne cherche qu’à obtenir justice.

Michael Kohlhaas, DVD 19,99 euros, Blu-ray 24,99 euros. M6 Vidéo.