Châteaubriant. Rixe « interculturelle » devant le bar « la Charrue »

A LA UNE

06/02/2014 – 08H00 Châteaubriant (Breizh-info.com) – Samedi 1er février au soir, une trentaine d’individus appartenant à l’importante communauté turque de Châteaubriant s’en sont pris à des clients ainsi qu’au tenancier du bar « La Charrue », situé dans le centre-ville historique de la commune. 

À l’origine de ce violent incident, un membre de la communauté turque aurait emprunté à une vitesse excessive  la petite rue de Couere. Il n’aurait pas apprécié qu’un client du bar, attablé en terrasse, retourne son rétroviseur afin de lui signifier son mécontentement et la dangerosité de rouler à vitesse excessive dans une rue très fréquentée par les piétons.

Après des échanges de coups entre ce dernier aidé d’un ami et les passagers de la voiture (l’un d’entre eux prendra un verre sur la tête), les Turcs repartent… avant de revenir une heure plus tard accompagnés d’une trentaine de leurs amis, afin de « retrouver » le client…qui entre temps avait quitté les lieux.

S’en suivent alors intimidations et menaces. Le tenancier de l’établissement, qui cherchait pourtant à calmer la situation – il avait à gérer dans le même temps la bonne tenue d’une soirée « électro » -, recevra également un coup.  Les gendarmes devront intervenir à plusieurs reprises dans la soirée pour tenter de rétablir le calme,sans pour autant procéder à la moindre interpellation.

Une enquête est actuellement en cours. Une plainte a été déposée par le propriétaire de l’établissement à la gendarmerie de Châteaubriant. « Nous ne laisserons pas ces actes se passer en toute impunité, même si nous savons que, vu le nombre de personnes présentes sur les lieux, l’enquête sera difficile » affirme le capitaine de gendarmerie. Il tient à préciser qu’il n’y a aucun passe-droit dans la commune vis-à-vis d’une communauté particulière  – en l’occurrence, la communauté turque – comme le laissent entendre certains témoins que nous avons pu contacter.

Ouvert depuis le mois d’octobre 2013, l’établissement « la Charrue », situé au 28 rue de Couéré à Châteaubriant, a pour objectif de « proposer une offre socioculturelle intergénérationnelle et interculturelle dans le centre de Châteaubriant en organisant des concerts, des débats, des projections et d’autres activités ». Militant politique breton, proche du mouvement de gauche indépendantiste Breizhistance, le gérant du bar, Jonathan Guillaume,  n’a jamais caché son engagement contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Breizhistance est connu par ailleurs pour son combat « antiraciste » et « antifasciste » radical. Il soutient également la lutte de libération des Kurdes de Turquie.

La question  –  qui semble inquiéter des riverains du centre-ville – est de savoir, vu la détermination manifestée par le groupe venu en découdre samedi soir, ce qui se serait passé si le client à l’origine de cette affaire  s’était trouvé dans l’établissement quand ce groupe est intervenu.

En attendant, le bar « La Charrue » pourrait être sanctionné par une fermeture administrative, cette affaire faisant suite à plusieurs nuisances constatées depuis son ouverture. A Châteaubriant aussi, le « vivre-ensemble » semble rencontrer quelques difficultés.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

4 Commentaires

  1. la tolérance doit être de mise dans les rapports sociétaux…certes! mais turcs ou autres citoyens de Châteaubriant doivent respecter La Loi, décrets, arrêtés et règlements, notamment en matière de circulation urbaine! point-trait…! sinon le tarif judiciaire doit s’imposer…et SANS LAXISME !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés