Rennes : une émeute organisée par la gauche et l’extrême-gauche [tribune libre]

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Une réunion publique à caractère électoral, organisée par le Front National, se tenait hier soir à la salle de la Cité dans le centre de Rennes. Cette réunion avait lieu dans le cadre des élections municipales auxquelles le FN participera en présentant une liste menée par Gérard de Mellon. Cette réunion était animée par ce dernier, Gilles Pennelle, secrétaire départemental, et Nicolas Bay, secrétaire général adjoint du Front National.

Une rumeur disait depuis plusieurs semaines que cette réunion parfaitement légale et légitime serait empêchée par ces grands défenseurs de la liberté que sont les nervis ‘’antifas’’. Chose promise, chose due ; hier soir les ‘’antifas’’ étaient de sortie mais ils n’étaient pas seuls : des membres du parti trotskyste NPA, du Parti de Gauche, d’EELV (écologistes) et du parti socialiste étaient à leur côté. Selon la préfecture, la contre manifestation aurait rassemblé au maximum six cents personnes mais d’autres sources parlent de deux cents personnes, ce qui semble plus proche de la vérité.

Cette contre manifestation, qui aurait pu rester pacifique et respectueuse des opinions des uns et des autres, a tourné à l’émeute : affrontement avec les forces de l’ordre, jets de pavés et de projectiles divers, bris de nombreuses vitrines et incendie d’une voiture. La police a été contrainte d’agir très vigoureusement pour interdire l’accès des émeutiers à la salle de la Cité. La réunion a pu se tenir mais de très nombreux sympathisants et membres du FN n’ont pu accéder à la salle du fait de l’émeute.

 Cette émeute illustre une bien triste réalité : l’intolérance profonde de l’extrême-gauche et d’une partie importante de la gauche qui ne supportent pas la contestation de leurs idées. Depuis 1968, nous subissons à Rennes comme dans de nombreuses autres villes ce qu’il faut bien appeler une forme de terreur qui peut prendre la forme d’agressions physiques ciblées comme celle qui a eu lieu la semaine dernière à la faculté Rennes 2 et au cours de laquelle plusieurs personnes ont été aspergées d’ammoniaque par un commando d’extrême-gauche. Cette situation est d’autant plus insupportable que de nombreuses municipalités de gauche ferment les yeux sur l’existence des bandes d’’’antifas’’ qui sont à l’origine de cette terreur.

 Nous avons connu dans les années qui ont suivi 1968, à Rennes comme dans de nombreuses autres villes, une situation de tension créée par les forces de gauche ; cette tension s’était atténuée mais depuis que leur déclin idéologique se fait sentir de manière très palpable (sur tous les sujets importants tels que l’immigration, le protectionnisme, le mariage des homosexuels, l’Union Européenne, l’euro, …..) la population est en opposition avec celle des forces de gauche dans des proportions allant de 55 à 80% selon les sujets), il semble bien que les forces de gauche se radicalisent parce qu’elles perdent pied (toutes tendances confondues, elles ne bénéficient plus que de 35% des intentions de vote). Leurs promesses ne font plus rêver grand monde ; les gauches ont perdu l’électorat ouvrier, elles sont en train de perdre l’électorat catholique et peut-être même l’électorat musulman. Quant aux classes moyennes qui constatent la baisse de leur niveau de vie consécutive à la mondialisation et à la politique monétaire européenne, elles ont commencé à migrer vers le Front National.

La contestation des poncifs et des lubies d’une gauche qui est de plus en plus clairement l’idiot utile des multinationales n’est plus une contestation portant sur l’économie comme cela fut le cas depuis la guerre mais une contestation de l’ensemble de l’idéologie de la gauche dont les ingrédients essentiels sont l’individualisme, le mondialisme, la négation de toutes les différences et l’idée d’un monde totalement uniforme et sans frontières (c’est très exactement ce dont rêvent les milliardaires et les multinationales).

La gauche et l’extrême-gauche essaient désespérément d’empêcher la contestation de s’étendre ; elles ont tort et, de plus, elles perdront la partie. Les Bretons, pas plus que le peuple français dans son ensemble, ne se laisseront museler par des idéologues fanatiques.

 B. Guillard

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Auray. Douze circuits thématiques pour découvrir la ville

Cet été, la mairie d'Auray organise douze circuits thématiques permettant la découverte des lieux emblématiques de la ville, ouvrant...

Metallica. Retour sur la genèse de « The Black Album »

Metallica raconte la genèse de son album phare "The Black Album", qui a fait la une des journaux et...

3 Commentaires

  1. Bonsoir. J’ai 69 ans donc pense ne plus être un gamin et vis en Alsace, où je m’y trouve très bien depuis 40 ans. Je ne suis pas Alsacien d’origine, je ne m’en défends pas mais c’est pour bien clarifier les choses. Les Bretons paient maintenant leur attachement et fidélité sans faille à cette gauche pourrie qui nous gouverne. Il y a une quinzaine d’années j’ai cessé toute relations avec des rennais : bo-bo, bourge et enseignant ( du moins pour Mme, lui n’avait pas la parole en tant qu’ancien ouvrier SNCF ), il y avait plein de sujets et problèmes impossibles à aborder parce que pour cette enseignante retraitée et ses filles nous n’étions que des fachos pour le moins et au pire des descendants de SS. Il est SOUHAITABLE que les BRETONS aient du BORDEL chez eux : émeutes de quartiers, voitures incendiées, magasins pillés… peut-être comprendront-ils tous ces BOURGES BIEN PENSANTS que ce n’est pas toujours aux mêmes de subir l’INCURIE, LA CHIENLIT et L’INCAPACITE à FAIRE REGNER L’ORDRE par LES INCAPABLES qui nous gouvernent depuis des DIZAINES d’ANNEES. Les PROMESSES N’ENGAGENT QUE CEUX QUI LES ECOUTENT. Rassurez-vous je n’ai rien contre la BRETAGNE j’y ai été élevé étant ado et ai fait SEPT ANS de MARINE ( ancien marin marchand et sacco de l’université de Lorient : les initiés comprendront ). Sur ce je vous salue et comme dit dans
    la marine britannique : HANG’EM HIGHT ( Pendez les haut et court ) . AMICALEMENT VOTRE. Riton 68

  2. Je connais beaucoup d’anti fasciste en Bretagne, et c’est comme les socialistes qui n’ont de social que le nom.
    C’est les gens les plus dangereux et les plus inquiétants que je connaisse.
    Il y a en a 1, fils de prof, famille aisée, gauchiste bobo qui ont bien réussi dans la vie, qui lui par contre est un déchet, n’a pas réussis socialement (sans boulot depuis des années, ne fait rien de rien), sociopathe et paranoiaque avec des tendances skisophrènes (il entend des voix et a des hallucinations) , il a fumé du canabis plus jeune et est devenu complétement skysophrène, il n’a pas de culture, si, une culture de gauchiste, totalement bidon, fausse, il est dingue… Je l’ai connu plus jeune, avant qu’il ait à s’insérer dans la vie professionnelle, je l’aimais bien mais il est partit en cacahuète et il a été récupéré par les anti fa!

    Et j’en connais d’autres, Plus violent que les cons de xénophobes qui se font très rares, mais des antifascistes sont courants, c’est simple, ils ont des avis sur tout mais ne savent pas de quoi ils parlent et si tu ne dis pas comme eux, ils te brulent.

    En bref c’est des malades à interner, d’ailleurs sur la petite dizaine que je connais, il y en a 2 qui sont suivis, qui suivent un traitement et qui ont été interné, pourtant ils sont très investis dans ces mouvements de fou furieux.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Vaccination obligatoire pour tous : les parlementaires socialistes veulent l’imposer à partir du 1er octobre [Vidéo]

Tandis que l'instauration du pass sanitaire a suscité un vaste mouvement de colère populaire le 24 juillet dans de nombreuses villes de France, députés...

Aux frontières du grotesque : Antifa le jeu

Les groupes antifas continuent de descendre dans les limbes du ridicule. Etant donné que le combat contre « l'extrême-droite » est perdue autant dans les cœurs...

Rennes : des ateliers « vélos queers en non-mixité »

Alors que les sénateurs ont adopté en avril un « amendement UNEF » demandant la dissolution des associations organisant des « réunion non-mixtes » où sont généralement interdits...

Rennes : Un quartier pour islamistes radicalisées ouvert à la prison des femmes

La célèbre prison des femmes inaugurera prochainement un nouvel outil pénitentiaire : un quartier de prise en charge des femmes radicalisées (=islamistes). Le chantier débuté depuis...