Avec Jean-Marc Ayrault, la dette publique a augmenté de 84,3 milliards d’euros

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

14/04/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) –Lundi 31 mars 2014 : l’INSEE publie les données se rapportant à l’année 2013 ; recettes publiques, dépenses publiques, croissance, déficit public, dette publique …
Cette batterie d’indicateurs concernent évidemment l’ancien chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault, qui a la pleine responsabilité de l’exercice 2013.

Il apparait que la dette publique se rapproche dangereusement de la barre des 2000 milliards d’euros. Soit une augmentation de 84,3 milliards par rapport à fin 2012.
Au rythme de 15 milliards par trimestre, la hausse des 2000 milliards sera dépassée avant la fin de l’année. Une consolation :
la charge de la dette, c’est à dire le montant des intérêts payés chaque année par la France, a baissé de 9% en 2013, à 51 milliards (Etats, collectivités territoriales, administration de sécurité sociale …) sous le double effet de la baisse des taux d’intérêts (historiquement bas) et de l’inflation.
Une situation qui pourrait bien se renverser si les taux, sous la pression des marchés, remontaient subitement…

Dans le bilan des vingt deux mois à Matignon de M. Ayrault, on pourra donc intégrer ces 84,3 milliards de dette supplémentaire. Bien entendu, l’intéréssé pourra répondre avec sa fameuse phrase : « non, non, ce n’est pas le bon débat ! » . (Comme il l’avait fait à propos de la réunification bretonne sur France Inter, le 16 janvier dernier).

Certes, Jean-Marc Ayrault a le droit d’objecter que la droite faisait pire. Avec François Fillon au gouvernement, la dette publique avait augmenté de 108 milliards d’euros en 2008, de 175 en 2009, de 103 en 2010, de 123 en 2011, de 116 en 2012 …

Désormais, c’est Manuel Valls qui récupère et qui devra assumer l’héritage de cette dette publique …

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

Articles liés

Le problème insoluble de la crise du COVID. Faut-il en finir avec les aides ?

La crise du COVID aura marqué les esprits pour les décennies à venir. D'abord la crise sanitaire aura endeuillé une partie de la population...

Fonderies : le plan de 50 millions d’euros ne convainc pas

La fonderie française fait face à de grandes difficultés. L’État a mis en place un plan d’action pour la reconversion d’une partie des salariés. Fragilisée,...

Fondation de l’Université de Corse : 4ème édition du concours Start’in Corsica

Depuis sa création en 2011, la Fondation de l’Université de Corse a mis en place de nombreux dispositifs pour sensibiliser et accompagner les étudiants...

L’État, ennemi numéro 1 de l’épargnant. Comment livrer bataille intelligemment ?

Avec un surcroît d’épargne de près de 200 milliards d’euros des ménages français, l’État, non sans raison, cherche à faire recalculer ces sommes colossales...