Possible détournement d’argent au Sénat : une ancienne sénatrice UMP de Loire-Atlantique compromise ?

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

16/09/2014 – 07hH30 Nantes (Breizh-info.com) – Alors que la justice a ouvert une enquête sur de possibles faits de détournements de fonds publics, d’abus de confiance et de blanchiment intervenus au sein du groupe sénatorial UMP, le site Médiapart (15/09/14) révèle les noms d’ élus qui auraient perçu de l’argent par l’intermédiaire d’une association écran. Parmi eux, l’ancienne sénatrice (UMP) de Loire-Atlantique Gisèle Gautier (2001-2010) qui aurait bénéficié de presque 12 000 euros.

Le site explique qu’une partie des millions d’euros versés chaque année dans les caisses du groupe UMP pour financer ses travaux parlementaires a été détournée sur les comptes personnels de sénateurs UMP grâce à d’ingénieux dispositifs.

Parmi eux, un habile circuit permettait à des fonds du groupe UMP d’aller dans le plus grand secret alimenter une association dénommée URS (Union républicaine du Sénat) – en réalité une structure bidon destinée à servir des sénateurs giscardiens et centristes – qui les redistribuaient à certains de ses membres sous forme de chèques ou d’espèces, sans apparemment aucune contrepartie.

Au total se sont près de 200 000 euros qui auraient été distribués entre fin 2009 et début 2012.

De Jean-Claude Gaudin (Provence-Alpes-Côte-d’Azur) à René Garrec (Basse-Normandie), en passant par Gérard Longuet (Meuse), ancien ministre de la Défense du gouvernement Fillon et ancien président du groupe UMP et Gisèle Gautier (Loire-Atlantique), de nombreux sénateurs ont perçu des sommes d’argent en chèques ou en espèces.

Ces faits sont-ils pénalement répréhensibles ? Apparemment ce n’est pas si simple. Depuis des mois, les magistrats chargés de l’enquête essaient de donner une qualification pénale à ces pratiques. Y-a-t-il eu « détournements de fonds publics » au préjudice du groupe UMP ? Ou  « abus de confiance » au détriment de l’URS ?

Selon Médiapart, à l’UMP on invoque  l’article 4 de la Constitution qui prévoit que les groupes parlementaires « exercent leur activité librement ». Autrement dit : le groupe sénatorial UMP pouvait redistribuer l’argent public mis à sa disposition comme il l’entendait et sans avoir à se justifier. Il est vrai que, contrairement aux partis politiques, les groupes parlementaires  n’ont pas à publier leurs comptes ni même à les faire certifier.

En réalité, l’opacité la plus totale semble être la règle. Et ce pour tous les groupes politiques. Afin de tenter de comprendre les pratiques en cours concernant les budgets des groupes parlementaires, les policiers chargés de l’enquête  ont interrogé un questeur socialiste, Jean-Marc Todeschini. D’après Médiapart, le questeur en question s’est bien gardé de dire quoi que ce soit susceptible d’enfoncer ses collègues UMP…

 Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Elections sénatoriales. Que font les sénateurs, comment sont-ils élus, qui vote pour eux ?

Dimanche 27 septembre est un jour d'élection en France. 150 000 citoyens élus territoriaux sont convoqués aux urnes, ce sont les Grands Electeurs, qui...

Un projet de loi au sénat va-t-il permettre de faire entrer légalement 500 millions d’Africains en France ?

Mme Josiane Coste, sénatrice RDSE qui appartient au parti radical, a accédé à la Haute Assemblée après la nomination au conseil constitutionnel de M....

SNSM. Décentralisation et financement : que préconise la mission du Sénat ?

La mission commune d'information du Sénat sur le sauvetage en mer et la sécurité maritime a rendu public ses préconisations mercredi 23 octobre. Que...

Sénat : Canevet (UDI), Guerriau (UDI) et Le Nay (UDI) appartiennent à la majorité gouvernementale

Il n’y a pas que les députés et les sénateurs estampillés LREM et MoDeM à soutenir le gouvernement. Les UDI et les LR ne...