27/10/2014 – 08H00 Nantes (Breizh-info.com) – Depuis quelques jours, les usagers des transports nantais peuvent géolocaliser en temps réel les bus de deux lignes : la navette Tan Air du centre ville à l’aéroport et la ligne 95 (Haluchère-Souchais), avec l’application ZenBus pour Smartphone. Testée sur les trois navettes intra-communales d’Issy les Moulineaux (TUVIM), cette application a été créée par une société nantaise, JOUL, implantée non loin de la place Viarme. Une réussite bretonne appelée à essaimer.

JOUL, c’est Julien, Olivier, Ulric et Lionel. Le premier a 41 ans, et un cursus d’ingénieur passé par l’Ecole Polytechnique. Après un passage dans une PME dans l’intelligence artificielle, il se retrouve en 2004 à la SNCF, dans la direction informatique à Nantes. Olivier, parisien, est passé par Audencia Nantes avant de faire sa carrière chez Altran. Ulric, formé à l’ESC Strasbourg et à l’université d’Edimbourg, a travaillé dans la banque. Enfin Lionel, polytechnicien aussi, est ingénieur et a travaillé chez Altran aussi. Tous quatre ont quitté leurs emplois respectifs en 2011 pour voler de leurs propres ailes. La start-up est implantée à la fois à Nantes et à Paris.

Après trois années passées à rechercher, concevoir et développer des algorithmes, JOUL lance enfin ZenBus, une application grand public permettant de géolocaliser les bus. « Il y a deux points importants : fixer exactement la position des smartphone et diffuser massivement et en même temps des informations géolocalisées », nous explique Julien Devade, l’un des quatre cofondateurs de JOUL. Le tout en toute confidentialité à l’heure où les usagers des nouvelles technologies sont de plus en plus pistés : « nous utilisons le cloud de Google.En outre les données de géolocalisation sont protégées contre toute intrusion et nous ne les conservons pas« . L’entreprise a d’ailleurs eu les félicitations de la CNIL fin 2013 pour son souci de garantir la confidentialité des données de ses usagers.

zoomzenJOUL développe actuellement des applications dans deux directions : pour les individus et les collectivités. Pour l’utilisation individuelle, Locus Pokus, qui remplace ZoomZoomZen pour permettre aux gens de se géolocaliser mutuellement afin de rejoindre un point de rendez-vous commun, par exemple.

Pour les collectivités, il y a donc ZenBus, développé notamment avec le soutien de la région Ile de France pour l’expérimentation à Issy les Moulineaux. « Notre politique de commercialisation est simple« , explique Julien Devade : « pour une collectivité, c’est 1000 euros par an et par ligne. Les usagers téléchargent gratuitement l’appli Android ou iPhone et ne déboursent rien« . C’est grâce aux smartphones du conducteur que les bus peuvent être suivis à la trace.

A ce jour, si l’expérience marche sur les deux lignes nantaises, la géolocalisation devrait être généralisée sur tout le réseau. Pour la TAN, c’est une solution qui coûte moins cher que l’alternative technologique constituée par les SAEIV  (système d’aide à l’exploitation et à l’information des voyageurs) dont l’installation coûte environ 5 à 10.000 euros par bus). C’est ce qui explique peut-être que d’autres villes situées en Bretagne historique et en Ile de France se montrent intéressées par la solution proposée par l’entreprise JOUL.

Pour l’heure, l’application est saluée par les usagers mais aussi les chauffeurs. Les usagers – majoritairement des usagers réguliers à l’aise avec les technologies, c’est à dire des étudiants ou des jeunes actifs – ne sont plus stressés et énervés d’attendre de longues minutes leurs bus sous un temps peu clément et les chauffeurs sont heureux d’avoir des voyageurs moins tendus.

Bientôt une application pour simplifier la vie des livreurs

JOUL a de sérieuses perspectives de développement : « Ce qu’on fait peut être généralisé à tous les transports terrestres. Les trains, les bus interurbains ou interrégionaux, les navettes, les taxis, les tramways etc. » Une application est à l’étude pour faciliter la tâche des livreurs et optimiser le nombre et la réussite des livraisons.

« Nous partons d’un chiffre clé : 30% des livraisons sont infructueuses en première présentation« , explique Julien Devade. Dédiée aux livraisons du dernier kilomètre en camionnette, camion de ville ou scooter plutôt qu’aux gros semi remorques, l’application permettra aux livreurs et aux clients de se géolocaliser mutuellement et de se retrouver à l’heure dite, ce qui n’a rien d’évident, ni en ville ni en milieu rural. Financé avec le soutien des Pays de la Loire et en collaboration avec l’entreprise de logistique IDEA basée à Montoir de Bretagne, l’application pourrait séduire un nombre important d’acteurs du marché.

Photo : Nico54300/Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

2 Commentaires

Comments are closed.