06/04/2015 -07H00 Swansea, Pays de Galles (Breizh-info.com) – La nouvelle n’est pas du genre à faire les gros titres des quotidiens, mais elle passionne les spécialistes de littératures médiévales et celtiques : des dessins et des textes effacés ont été retrouvés sur des pages du Black Book of Carmarthen. Ce livre de 1250 est un document d’une valeur inestimable : il s’agit du plus ancien manuscrit médiéval gallois parvenu jusqu’à nous. Il a été étudié en long, en large et en travers. On pensait tout savoir à son sujet. On se trompait.

Deux chercheurs de Cambridge, Myriah Williams et le professeur Paul Russell ont réussi, à l’aide d’un éclairage ultra-violet et d’un logiciel de retouche photographique, à mettre en évidence des dessins et des textes effacés. Un poème en langue galloise inconnu à ce jour est ainsi revenu à la vie, ainsi que deux portraits de personnages non déterminés. Les chercheurs poursuivent leurs travaux afin de comprendre l’origine des textes et les raisons de leur suppression.

Le Black Book of Carmarthen doit son nom à la couleur de sa reliure et au fait qu’il aurait appartenu au prieuré de Carmarthen, au sud-ouest du Pays de Galles. Il rassemble sur 54 pages de vélin des textes de différents genres (poésie, histoire, religion…), probablement bien antérieurs. Arthur et Merlin y sont mentionnés. Le livre est visible jusqu’au 27 juin 2015 dans le cadre de l’exposition Sir John Prise à la National Library of Wales. (Sir John Prise, personnage majeur de la Renaissance galloise, a édité le premier livre gallois en 1546 ; le Black Book of Carmarthen faisait partie de sa collection de manuscrits.)

Crédit photo : extrait d’une page du Black Book of Carmarthen, domaine public via Wikipedia
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.