Mairie-poste de Pluméliau : le tribunal administratif rejette les recours

A LA UNE

21/05/2015  – 08H00 Pluméliau (Breizh-info.com) – Petite localité du Morbihan, Pluméliau est au coeur d’une forte polémique liée à la destruction de la mairie-poste d’inspiration Seiz Breur, située face à l’église au coeur du bourg. Malgré l’opposition d’une partie des habitants, le maire a forcé le passage et détruit le bâtiment.

Par une ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Rennes, en date du 12 mai, la justice administrative a rejeté deux recours de l’association Amis du Patrimoine de Bieuzy (APB) qui mène la fronde contre la destruction de la mairie. La première, concernant la délibération du conseil municipal en date du 30 mars, concerne la désaffection de la mairie-poste; la seconde, en date du 29 avril, concerne le choix de l’entreprise de démolition. Le juge des référés a rejeté la notion d’urgence, car à la date de l’audience le 7 mai tout était déjà par terre. Par ailleurs les demandes de la mairie de Pluméliau de recevoir 2.500 euros au titre des frais de justice ont elles aussi été rejetées.

L’association APB réfléchit à poursuivre son action sur le fond devant le juge administratif, les requêtes ayant été introduites en même temps que l’action en référé. Elle peut aussi s’orienter vers le pénal : il s’avère qu’il n’y a pas eu de décision de démolition prise par le conseil municipal; celle-ci, implicite, aurait été prise par le maire tout seul qui en est donc responsable. C’est du moins ce que retient le juge administratif dans son jugement concernant la délibération sur la désaffection du bâtiment par le conseil municipal le 30 mars 2015.

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

1 COMMENTAIRE

  1. « décision de démolition prise par le conseil municipal  » : allez voir vos élus et demandez leur pourquoi ont-ils voté en faveur de cette démolition. Vous serez surpris de leurs dires, pour beaucoup,  » on a voté comme on nous l’avait dit avec … »

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés