Le Parti socialiste recherche des figurants en Bretagne

A LA UNE

22/05/2015 – 08H00 ‑ Rennes (Breizh-info.com) ‑ Ca ne va pas fort au Parti socialiste. Les « militants » sont en grève. A tel point qu’on peut se demander s’il y a encore du monde dans les sections. C’est ce que montre la campagne pour le prochain congrès de Poitiers.

Mercredi 6 mai, à Rennes, Benoît Hamon, ancien ministre, vient rencontrer les adhérents ; il défend la motion B, « A gauche pour gagner », celle des frondeurs. Neuf conseillers départementaux d’Ille-et-Vilaine l’ont signée, ainsi qu’Isabelle Thomas, député européen, et un adjoint au maire de Rennes. Le journaliste d’Ouest-France rassemble tout son petit monde pour faire une photo de groupe autour de l’ancien ministre de l’Education nationale : ils sont vingt.

Mardi 12 mai, à Nantes. La grosse artillerie : Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, Jean-Marc Ayrault, ancien maire de la ville et ancien premier ministre, ainsi que Johanna Rolland, maire de Nantes, ont donné rendez-vous aux adhérents qui soutiennent la motion A – celle du gouvernement – au siège de la fédération. La présence de ces trois grosses pointures n’a pas suffi à remplir les 80 sièges de la salle.

Mardi 12 mai, à Rennes. Yann Galut, député du Cher, l’un des principaux signataires de la motion D, « La Fabrique socialiste », présente son texte. Opération qui ne craint pas la contestation puisque le public se limite à Philippe Bonnin, maire de Chartres de Bretagne, et à une conseillère municipale de Rennes.

Notons que M. Bonnin ne risquait pas de signer la motion A que soutiennent les grosses têtes du parti (de Manuel Valls à Martine Aubry). Car le maire de Chartres de Bretagne est entré en guerre contre l’appareil breton du PS. Devenu contestataire, il est opposé à ce qui se trame sur le territoire de sa commune.

En effet PSA et les dirigeants socialistes concernés sont en train de concocter une opération que dénonce, dans son principe, le maire de Chartres-de- Bretagne. Il s’agirait de fournir à PSA vingt ou trente millions d’euros, en échange de quoi le groupe automobile conserverait son activité sur le site de La Janais. Une partie de ces fonds proviendrait de l’achat par les collectivités territoriales d’une partie des terrains actuellement propriété de PSA.

Cette révolte a coûté cher à Philippe Bonnin : il a perdu son poste de vice-président du conseil départemental, chargé des finances. Et pour que les choses soient claires, il est tenu à l’écart des négociations entre PSA et les présidents de la Région, du Département et de Rennes Métropole. C’est pourquoi l’intéressé découvre qu’il faut donner la parole à la base et que le PS doit se rénover et aller vers de nouvelles pratiques. Vaste programme …

Bernard Morvan

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pajenn gentañ « L’Avenir » e waloneg da geñver gouelioù ar Waloni

Pegoulz e vo graet kement-all evit hor yezhoù eta ? E Beljia eo L'Avenir ur gazetenn pemdeziek anavezet mat. Nav...

Brest. Disparition en mer d’un plongeur démineur du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique

Le vendredi 17 septembre 2021, à 13h12, une équipe de plongeurs démineurs du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique...

Articles liés