Nantes. Un détenu agresse violemment deux surveillants

A LA UNE

30/05/2015 – 07h00 Orvault (Breizh-info.com) – Le jeudi 28 mai un détenu a agressé deux surveillants au quartier maison d’arrêt du centre pénitentiaire nantais. La violence de l’agression conduit le bureau local FO-Pénitentiaire, qui déplore déjà de nombreuses agressions chaque année, à demander une réaction rapide des services judiciaires et à demander l’arrêt de la diminution des moyens alloués aux établissements pénitentiaires.

Le détenu, pas particulièrement connu ni signalé, et qui ne s’était pas fait remarquer jusqu’alors, exigeait de voir immédiatement un gradé de la prison, le 28 mai vers 15 heures. L’agent d’étage a transmis la demande du détenu – qui s’était alors montré menaçant – au gradé, qui était occupé ailleurs. Lorsque l’agent d’étage a rapporté sa réponse au prévenu, l’invitant comme il en est l’usage, à faire une demande d’audience, ce dernier l’a bousculé violemment, puis s’en est pris à un de ses collègues venu le secourir. Résultat : un surveillant a été blessé à l’arcade sourcillière et au visage (une semaine d’arrêt) et un autre s’est fait une entorse au genou (deux semaines d’arrêt) suite à la bagarre.

« Le problème« , explique William Cozic, délégué FO-Pénitentiaire pour Nantes, « c’est que d’habitude on fait tout pour qu’ils soient reçus de suite, et évidemment quand ça ne vient pas, ils se déchaînent ». Mais il y a un autre problème, pour le surveillant pénitentaire : « Bercy a donné l’ordre de diminuer de 30% les heures supplémentaires dans les prisons« , dont un important volume est consommé car il manque plus de 1500 postes au niveau national. « Résultat, ça veut dire qu’on enlève un agent sur trois, donc il y aura encore moins de sécurité pour les surveillants, et ça, ça pose problème« .

« Les juges font un maximum pour éviter la prison aux gens »

Ces dernières semaines la situation s’était pourtant calmée dans les prisons nantaises, après une épidemie de feux de cellule et, il y a plusieurs mois, une situation plus que tendue   à l’établissement pénitentiaire pour mineurs d’Orvault, où pourtant la hiérarchie n’a soutenu que du bout des lèvres les surveillants pénitentiaires. William Cozic explique cette baisse de tension récente par la baisse de la population : « il y a moins de matelas dans les cellules » de la maison d’arrêt. D’ici à ce que les gens ne soient plus mis en prison? « C’est sûr qu’avec les mesures de substitution pénale, les juges font un maximum pour éviter la prison aux gens, donc ça finit par désengorger les locaux« , estime le syndicaliste.

Dans les conditions de rigueur économique impulsée par Bercy et mise en application sans broncher par le ministère de la Justice, les annonces du renforcement du renseignement pénitentiaire dans les prisons faites par le gouvernement après les attentats apparaissent comme de la poudre aux yeux. Pourtant les attentats de Paris en janvier 2015 avaient montré toute l’importance de la radicalisation islamique dans les prisons. Mais cinq mois après, le constat est le même que celui que nous avions dressé en mars : rien n’a été fait ou presque. « Et comment, alors que les moyens baissent pour l’ensemble des prisons ? » s’interroge Wiliam Cozic. A force d’économiser, le pouvoir ne met pas seulement en danger les vies des surveillants pénitentiaires, mais aussi la sécurité de tous. Un vrai choix de société pour lequel il n’y aura jamais que des « responsables, mais pas coupables« .

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pajenn gentañ « L’Avenir » e waloneg da geñver gouelioù ar Waloni

Pegoulz e vo graet kement-all evit hor yezhoù eta ? E Beljia eo L'Avenir ur gazetenn pemdeziek anavezet mat. Nav...

Brest. Disparition en mer d’un plongeur démineur du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique

Le vendredi 17 septembre 2021, à 13h12, une équipe de plongeurs démineurs du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique...

Articles liés