troadec_carhaix

19/06/2015 – 8H00 Carhaix (Breizh-info.com) –  La gauche officielle prépare en ce moment sa liste pour les élections régionales de décembre.  Jean-yves le Drian  sortira du bois le moment venu pour en prendre la tête. Mais il en est une autre qui prend forme : celle de Christian Troadec, qui recrute désormais ici et là.
Tâche ardue pour une petite boutique qui ne dispose que d’une poignée de cadres. En effet, il faut trouver 18 candidats dans les Côtes d’Armor, 27 dans le Finistère, 26 en Ille-et-Vilaine et 20 dans le Morbihan.

Soit un total de 91. Cela exigera un nombre incalculable de déplacements, de coups de téléphone, de rencontres …Christian Troadec cherche donc des alliés. L’UDB a répondu positivement : « nous pouvons faire campagne ensemble » estime Nil Caouissin, porte-parole de cette dernière. « Christian Troadec ne souhaite pas une économie qui s’appuie sur une main d’oeuvre bon-marché ou sur une déréglementation » poursuit ce dernier.

Pour le maire de Carhaix, il s’agit de viser « un large rassemblement qui se concrétisera par une plateforme regroupant les forces de progrès pour la Bretagne ». Et d’offrir un « alternative crédible pour vivre, décider et travailler au pays ».

L’enjeu, insiste encore Christian Troadec, c’est de rassembler les électeurs « qui ne se retrouvent plus dans les partis traditionnels, que ce soit le PS ou les Sarkozistes » (Ouest-France, 6-7 juin 2015). Des propos rassembleurs qui peuvent surprendre, quand on sait que ce dernier refuse pour le moment toute interview à des médias de réinformation lus pourtant par une partie de l’électorat qu’il souhaite rassembler.

Tout cela est bel et bon mais Monsieur  Troadec oublie de raconter la suite de l’histoire. On peut prévoir que sa liste recueillera sur l’ensemble de la Bretagne (4) entre 5 et 10% des suffrages exprimés.
Ce résultat  interdit le maintien au second tour car il faut dépasser  10% des suffrages exprimés. Cependant, il permet de fusionner avec une autre liste  qualifiée pour le deuxième dimanche.

Et à gauche, il n y en aura qu’une : celle de Le Drian. Le deal se présentera ainsi : Troadec a besoin de Le Drian pour avoir des élus et Le Drian a besoin de Troadec pour battre la droite. Ce dernier fera donc campagne contre Le Drian au premier tour, puis avec lui au second tour, trahissant son électorat « d’alternance aux partis traditionnels ».

Christian Troadec sera ainsi récompensé pour avoir rempli sa mission principale : neutraliser, dans sa zone d’influence autour du Poher mais aussi en périphérie, un électorat qui pourrait potentiellement basculer au Front national et que le PS ne pourrait pas contenir seul.
Dans son entourage, certains nous confient ne pas comprendre pourquoi – à la façon d’un Jean-Yves Cozan  auquel il rendait encore hommage hier – le maire de Carhaix n’a pas plutôt engagé des négociations avec la liste de Marc Le Fur, plus ouverte pourtant aux convictions autonomistes et régionalistes de M. Troadec.

Aux élections régionales de 2010, l’UDB avait fait équipe avec EELV dans une liste dirigée par Guy Hascoët, ancien secrétaire d’Etat de Lionel Jospin. Cette liste avait obtenu 17,37% des suffrages exprimés au second tour grâce à un renfort massif des électeurs du FN du premier tour. Lesquels devenus orpheelins, puisque leur liste n’avait pu se maintenir (seulement 5,88%), avaient refusé de choisir entre la droite et la gauche le deuxième dimanche.
La liste de Guy Hascoët avait donc obtenu onze élus donc quatre pour l’UDB (Henri Gourmelen, Mona Bras, Naïg Le Gars, Christian Guyonvarc’h).

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

24 Commentaires

  1. Régionales 2015. breizh-info.com, le meilleur allié du FN ?

    « ce dernier refuse pour le moment toute interview à des médias de
    réinformation lus pourtant par une partie de l’électorat qu’il souhaite
    rassembler. »
    Faut avoir un sacré égo pour lui reprocher de ne pas vouloir jouer à l’idiot utile.
    Troadec est un malin. Encore plus que les petits malins du FN et ça, ça énerve.

  2. Je trouve que l’article base son analyse sur des pièces trop anciennes. Ainsi je ne crois pas que les dernières élections régionales soient une référence. Il y a eu beaucoup trop d’événements depuis. Ex : la réforme territoriale ! Et il y en aura d’autres d’ici la fin de l’année. Ex : l’euro et le problème Grecque.

    La Bretagne fut aussi la seule région ou EELV et le PS ne sont pas alliés pour le 2ième tour, où en sont les rancoeurs personnelles ?

    Si Troadec dévoilait une alliance avec Le Fur, il se suiciderait au 1er tour. On dévoile ses cartes le plus tard possible.

    En outre je pense que si Troadec s’alliait avec le PS au 2ème tour, il le paiera cher plus tard.

    Il faut attendre les premiers sondages quand toutes les listes auront commencés la campagne. Celle du PS ne va être simple.

    • Le Fur ne pèsera rien dans ces élections. Le Fur est un haut-fonctionnaire né au Sénégal dont le parti politique méprise les identités régionales et s’est opposé à la ratification des langues régionales. Le Fur est le candidat de l’élevage intensif, des algues vertes, de la pollution, des pesticides, des ultra-conservateurs originaires d’IDF venus colloniser la Bretagne avec leur fric.
      L’UDB et les Verts doivent se réveiller et s’allier pour concurrencer le PS dont les actions au niveau national sont consternantes. Ni les pro-France du FN et du FdG ne constituent une force crédible, la droite est totalement décrédibilisée avec son candidat, le PS est usé jusqu’à la corde, reste les écolos et les régionalistes qu’on entend malheureusement pas beaucoup.

      • @Antoine
        Peu de chance que Troadec s’allie avec le PS au 2nd tour. Ou alors, oui, il fait une erreur fatale et m’étonnerait que le bonhomme n’en soit pas conscient.
        Une Alliance Bretonne a un potentiel électoral suffisant pour être le premier opposant à la future majorité, sans être dans la systématique, que ce soit Le Drian ou Le Fur. Il pourra exister sans alliance.
        Surtout, il garde la Présidentielle en ligne de mire. Vu le bordel inédit que seront ces élections (en gros, à part MLP au 2nd tour, et encore, rien n’est sûr) même s’il se limite à 5%, ses suffrages pris énerveront beaucoup.
        Et comme le dit Marie Martin, il a un ego démesuré qui se complait surtout dans le rôle du trouble-fête.

        @Gaëtan
        « reste les écolos et les régionalistes qu’on entend malheureusement pas beaucoup. »
        On ne les entend pas parce que peu veulent les écouter. C’est donc qu’il y a un problème.

        Le premier est que l’UDB ne se rend pas suffisamment compte qu’elle ne vaut rien électoralement parlant. Elle doit vraiment digérer le fait que Troadec soit sa locomotive. Si elle commence à l’oublier, elle va entraîner Troadec avec elle dans les tréfonds électoraux qu’elle connait depuis sa création.
        Il faut que ses membres fassent très attention de ne pas oublier l’humilité !
        Je le répète, l’UDB ne vaut rien dans le coeur du peuple. Il a une valeur organisationnelle, de réseaux inter-régionaux et européens, essentiel pour que Troadec fasse le meilleur score possible, mais c’est de la soupe politicienne qui ne pèse pas grand chose, vu les résultats électoraux bretons, comparé à une grande gueule.
        Je le répète: l’UDB joue sa survie en aidant Troadec, pas l’inverse.
        C’est une de mes hantises. Que l’UDB retombe dans ses travers et pense avoir raison mieux que tout le monde. L’UDB doit absolument pendant ces deux prochaines années s’écraser devant le caïd de Carhaix.

        Sur EELV… Là encore, ne pas se rendre compte que ce parti est mort, c’est se voiler la face avec ses convictions idéologiques. Entre ceux qui choisiront Mélenchon et ceux qui resteront fidèle au PS, quelle place pour la Bretagne ?
        Il y a des éléments brillants à EELV. Mais il ne faut pas compter sur la structure. Il faut que l’UDB soit capable de débaucher certains membres. Il leur faudra alors accepter de se ranger derrière Troadec, qui ne va pas dénoncer l’agriculture intensive demain matin. D’un autre côté, Troadec s’est personnellement engagé contre NDDL, ce qui lui a été reproché (en gros, faire le grand écart, avoir une fibre écolo encore trop importante et/ou manipuler l’énergie antiportique -la dernière grosse manif à Nantes était à la même époque). Rien ne l’y obligeait pourtant. Les écolos doivent lui reconnaître ça.

        J’écris cela alors que l’UDB et EELV sont certainement les partis pour lesquels j’ai le plus voter.
        Mais il faut être pragmatique à un moment.
        La France a instituer le bonapartisme jusqu’en Bretagne, il faut faire avec. C’est-à-dire qu’il faut une grande gueule. Pour la première fois dans l’Histoire moderne bretonne, il y a une grande gueule capable de secouer le CRB, voir les Présidentielles, il faut le pousser et soutenir au maximum jusqu’au bout.
        D’autant (surtout ?) que la Bretagne n’a plus rien à perdre.

        • J’ai comparé les sites internet Troadec et UDB. L’UDB était une longue prose illisible (ils viennent d’évoluer), le témoignage d’un nombrilisme. Troadec fait du percutant avec des photos et de l’actualité.

          Pour changer les opinions, on oriente les gens par des messages courts vers des sujets qu’ils approfondiront personnellement.

          Autre remarque : Le Fur parle breton et il semble être très copain avec Troadec.

          • Justement ! Troadec va obliger l’aggiornamento de l’UDB. La mise à jour logicielle.
            Mais il y a des limites. Une entente avec Le Fur, c’est mort maintenant.

            Mais en y repensant depuis 3 jours, j’ai un peu plus peur d’une entente avec le PS pour le 2nd tour, rapport à l’attitude de cette alliance envers le petit parti Breizh Europa, qui n’a pas l’air fondamentalement incompatible avec l’UDB.
            Il va y avoir du sang sur les murs dans la mouvance bretonne ces deux prochaines années.
            Tout dépend du score. Il faut absolument que cette liste puisse se maintenir au 2nd tour. Il faut alors que tout ceux qui exècrent le PS votent pour elle.

            Le Fur est LR. Ce parti n’hésite pas à caresser dans le sens du poil l’identité bretonne (tout comme le PS d’ailleurs) mais ne fait rien pour elle concrètement. Je ne vous parle pas de la droite en PDL qui est pire que la gauche sur l’identité bretonne du Pays Nantais (si, si, c’est possible).
            Ne pas oublier que ce ne sont pas les Présidentielles. On vote pour une liste, pas une personne.
            C’est assez drôle de constater que certains ne l’oublient pas quand il s’agit de la seule liste autonome bretonne, rappelant sans cesse le gauchisme de l’UDB et minimisant la figure de Troadec. Alors que quand ils parlent de la liste LR, bizarrement, c’est Le Fur, Le Fur, Le Fur, tout juste pourrait-on croire qu’il a créé son propre parti.

            Le Fur, comme le fait remarquer Gaëtan, est un haut-fonctionnaire politicien. Il est formaté et ambitieux. Le meilleur moyen pour lui d’accéder au pouvoir (que cette ambition soit aussi motivée par une sincère ambition pour la Bretagne n’est pas la question) est d’évoluer dans les institutions étatiques. Il a choisi cette voie depuis longtemps. Il ne peut pas bouger les choses.
            Ou je ne le croirais que quand il ralliera un Troadec en quittant LR, certainement pas l’inverse.

            Troadec, qui ne parle pas breton, veut être le chef. Tout court. Il l’a fait dans l’associatif. Puis l’entreprise. Et finalement, il s’est dit que la politique et le pouvoir institutionnel, c’est bien aussi et que ça lui permet d’être chef de son village. Là, quand les Bonnets Rouges ont flambés, il s’est dit « tiens, ça me dirait bien d’être le chef du Finistère, voir de la Bretagne ». Le gars est issu d’une famille clairement de droite, il se dit DVG. Il est peut-être bien anar de droite, à la JMLP, le racisme en moins. Mais il a aussi au moins autant d’affection pour la Bretagne que Le Fur.
            C’est un profil intéressant pour faire bouger les choses. Les profils à la le Fur, c’est treize à la douzaine à la criée.
            Et en bon ambitieux bonapartiste, il sera plus reconnaissant envers ceux qui l’ont porté que ceux qui lui promettent de le lever. En tout cas, j’aime à le croire (bien que son attitude dédaigneuse envers BE me refroidit un peu).

  3. Troadec souhaite qu’une chose : être élu, avoir une vice présidence, peu importe avec qui il s’allie.
    C’est quelque chose l’EGO de Troadec.

    • Et s’il continue sur sa lancée pour la Présidentielle, il va tellement s’en prendre, qu’en plus de son ego, il va lui en falloir une bonne grosse paire.
      En politique, des egos démesurés, ils en ont tous, même le plus médiocre élu municipal.
      La paire de couilles, JMLP l’a portée. Bayrou l’a portée. Maintenant, c’est Troadec.
      A côté de ça, il n’y a que JMLP et Troadec qui ont eu une vie en dehors de la politique politicienne.
      JMLP est complètement has-been.
      Si vous préférez MLP qui a passé plus de 10 a sniffer des rails de coke dans les clubs parisiens et a pomper des dards dans leurs chiottes, relâchant son sphincter affaibli par la défonce dans les draps de soie payé par papa, avant de se réveiller en se disant que c’est sympa de faire des discours et Philippot le fonctionnaire pervers manipulateur, bon qu’à faire ses coups par derrière et humilier publiquement un vrai anar qui a fait trembler la République bien pensante, vous avez une moralité bien dans l’air du temps nihiliste qui conduit notre société dans le mur.

      • Je ne vous permets pas de juger si je préfère MLP ou pas. Qu’en savez vous ?
        Vous devriez lire mes autres commentaires avant de me juger.
        Dire que Jean Marie Le Pen est « has been », je vous conseille de visionner tous ses discours et ensuite, on en reparle.
        Allez donc sur son blog. Sachez qu’au niveau culture, vous êtes « out » comparé au « has been ».
        Si Troadec vous plait tant, il cherche du personnel pour boucler ses listes aux régionales, n’hésitez pas, allez-y.
        Pour Bayrou, lui, il a vendu ses « couilles » à Hollande en espérant avoir une place au gouvernement ! Raté.
        Et pour les Présidentielles de 2017, du buzz toujours du buzz avec Troadec, comme quand il s’est emparé du mouvement des bonnets rouges d’ailleurs.

        • Honnêtement, vous ne votez pas FN ? Alors, mea culpa.

          JMLP est has been. C’est un fait. Il s’est fait virer sans grand soutien, à part celui de Gollnisch, de son parti. Mis de côté la tempête médiatique, concrètement, ça a été très facile pour Philippot de le dégager.
          Et être « has been » ne veut pas dire inculte. Désolé de vous l’apprendre. Mais non merci, pas envie de me taper les discours de JMLP. Ca a tendance à me donner la nausée, comme on dit. Ce qui ne m’empêche pas de reconnaître l’immense culture du bonhomme, son éloquence inégalée, sa vie et son parcours extraordinaire, son humour. Ces discours ? Non merci ! Une soirée avec lui ? Ca doit être passionnant.

          Troadec en est au début de l’aventure, on se bat déjà pour être derrière lui.
          Vous avez la mémoire courte d’ailleurs. Un certain JMLP a toujours eu du mal à trouver du personnel.

          Bayrou a vendu ses couilles à Hollande ? Au moins, il choisit qui doit les tenir. Mémoire courte encore. Sa campagne de 2007 était la plus couillue que j’ai pu suivre. En plus du seul qui parlait de la dette, des PME, de l’environnement, entre autres choses. Accessoirement, il passait le 1er tour, il faisait exploser le jeu des partis (que le FN nourrit depuis 30 ans). C’est en 2007 qu’il a dit adieu à ses ambitions ministérielles. Vous ne vous souvenez pas de tous ses « fidèles » qui lui ont planté un couteau dans le dos au lendemain du 1er tour ? Et qui ont trouvé un maroquin dans l’heure. Pas inculte non plus le catho bègue, un autre niveau qu’Hollande et Sarkozy en tout cas.Et ouais, couillu.

          Quant à Troadec et le buzz ? Bien sûr qu’il est malin. On ne fonde pas le plus gros festival français dans un trou au bout de l’Europe par hasard. Ni être entrepreneur ou propriétaire d’un journal. Et être connu au niveau national alors que l’on est maire, sans étiquette, d’un bled paumé.
          Il s’est emparé du mouvement des bonnets rouges ? Tant mieux ! Sinon, c’était quoi aujourd’hui, les bonnets rouges ? Rien d’autres que des mecs manipulés par la FDSEA renvoyé chez eux dans leurs routines. Thierry Merret, on en entend encore parler ? Une fois les portiques à terre, il les a lâchés. Troadec continue à les structurer. Troadec se fait adouber par l’UDB, dont les cadres le détestent pourtant. Pas mal. L’Alsace le soutient déjà dans sa candidature. Et s’il fait 5% en 2017, ce seront les 5% les plus précieux du lot du cirque quinquennal avec toujours les mêmes clowns.

          Mais bon, encore ne faut-il pas voir les choses du petit bout de la lorgnette.

          Vous ne votez pas MLP alors ? Vraiment ?

          • Pour savoir si je vote MLP il suffit de lire mes autres commentaires.
            Jean Marie Le Pen n’est pas un saint mais, une réelle opposition a existé grâce au FN pendant 40 ans. Son erreur majeure : avoir favorisé sa fille.
            L’adhésion au Système s’est accentuée depuis 2011, le Néo-FN n’est qu’une copie des autres partis. Il est grandement urgent, nécessaire, de retrouver un mouvement d’extrême droite en France qui reprenne la ligne historique du FN. Au niveau Régional peut-être ADSAV.
            En ce qui concerne vos interventions, toutes vos interventions, elles ne sont qu’agressivité.
            Votre naïveté vous fait espérer que le changement viendra encore des hommes politiques : NON, seulement des citoyens au quotidien s’ils n’attendaient pas TOUT des autres.
            Renseignez vous un peu, pour savoir qui est sous le mouvement des Bonnets Rouges : Méret, Troadec, c’est le buzz, mais les autres, la partie immergée de l’iceberg, c’est qui ? En aucun cas ils sont là pour les « illettrés ». Taper « Locarn » et vous en serez plus.
            Prenez donc du recul, vous êtes en adoration face à Troadec. pourvu que cela continu.
            Je vous « re-conseille » de vous rapprocher de la formation TROADEC AND CO pour les Régionales, ils cherchent du « personnel ». Et la, vous connaîtrez les dessous de la politique. De loin, le spectacle est toujours féérique.

  4. Mouais…
    Je continue à venir sur ce site parce qu’il y a effectivement quelques contributeurs qui semblent avoir une vraie indépendance d’esprit et la Bretagne au coeur.
    Mais en moyenne, la ligne éditoriale est pro-française. Que ce soit sur la quantité d’articles ou leurs rédactions.
    En mettant de côté les ITV, il y a beaucoup plus d’articles sur l’analyse de la stratégie électorale du FN en Bretagne que sur les partis bretons ou les initiatives bretonnes.
    Par exemple, on peut penser que DIBAB est dirigé par d’horribles gauchistes qui refusent de serrer la main des rédacteurs de breizh-info.com (qui le cherchent aussi), si on a la Bretagne au coeur, on met son ego de côté et on se fend d’un compte-rendu.
    Plutôt que d’aller nous parler de la MPT en goguette dans le Poitou.
    Il y en a des articles pour casser le mouvement breton, celui-ci par exemple, mais aucun pour « analyser » le pathétisme du FN dernièrement. Alors que c’est la ligne Philippot, le fonctionnaire jacobin arriviste, qui n’hésiterait pas à devenir PM de Mélenchon si jamais, sauf qu’il a compris que MLP a bien plus de chances d’arriver à gagner, qui tient ce parti.
    Ah si ! Il y a eu un article sur les propos d’un mignon de Philippot sur les langues régionales via twitter. Comme par hasard, cet article a été censuré. On pouvait encore voir le titre mais en cliquant, on tombait sur un article anti-Hollande. Le lucide rédacteur a dû se faire taper sur les doigts.
    breizh-info.com a clairement choisi son camp: celui du FN. Le FN qui a toujours été anti-breton, avec une certaine marge pour le folklore. Il est en train de déborder largement dessus. Pas étonnant, de toute façon, puiqu’il sait que C. Troadec a raison quand il se présente comme un bouclier contre le FN. Le FN progresse en Bretagne mais se sait limité par l’identité bretonne. Qu’on laisse le discours breton s’exprimer et TOUS les partis jacobins en pâtiront. Le FN est simplement plus à cran parce qu’il n’a pas les institutions pour l’aider comme LRPS. Mais il a déjà les media. Et LRPS préférera voir un FN fort plutôt qu’un Front Breton fort. A mesure que le discours breton grossira, le voile tombera: l’union jacobine sera évidente. LRPS continuera à instrumentaliser le FN. Le FN continuera à vouloir leur échapper. Gepetto et Pinocchio. L’histoire est connue. Mais dans ce jeu de dupes, si un trouble-fête crédible apparait, il sera tellement menaçant qu’il deviendra la bête à abattre.

    Mais j’en profite pour saluer les quelques-uns étant vraiment indépendants d’esprit dans cette rédaction. En leur conseillant de se méfier. A l’allure où vont les choses, ce site étant de plus en plus clairement pro-FN à mesure que les Régionales arrivent, ils vont vite finir idiots utiles. L’égocentrisme est un défaut. La fierté, non.

    • Je pense que chacun s’accordera à considérer que Bzh Info est un média de droite (si tant est que cette classification républicano-jacobine a un sens), et franchement, ça nous change des curaillons d’Ouest France ou du Télégramme. Mais de là à en faire une officine FN…si Bzh Info avait choisi le camp du FN, pourquoi a-t-il étrillé récemment (à juste titre !) un proche de Philippot qui pense qu’il faut éradiquer la langue bretonne ?

      Drogue, insécurité, immigration-invasion, crise économique… : au moins Bzh Info a le mérite de parler des vrais problèmes de la Bretagne, ceux qui menacent plus son avenir et son identité que les traditionnelles antiennes régionalistes sur les doryphores qui débarquent chaque été sur les plages ou l’Etat jacobin…et ce n’est pas parce que le FN en parle que cela fait ipso facto de BI l’organe de presse du FN breton !

      L’autre mérite de Breizh Info est de mettre en lumière les limites et les contradictions du mouvement régionaliste breton. Effectivement, ça peut déranger, puisque cela suppose de quitter sa zone de confort.

      • « si Bzh Info avait choisi le camp du FN, pourquoi a-t-il étrillé
        récemment (à juste titre !) un proche de Philippot qui pense qu’il faut
        éradiquer la langue bretonne ? »
        Vous arrivez à retrouver cet article ? Moi, pas.
        Et je salue encore le rédacteur de cet article. Comme je l’écrivais: « Il y a eu un article sur les propos d’un mignon de Philippot sur les
        langues régionales via twitter. Comme par hasard, cet article a été
        censuré. On pouvait encore voir le titre mais en cliquant, on tombait
        sur un article anti-Hollande. Le lucide rédacteur a dû se faire taper
        sur les doigts. »

        « L’autre mérite de Breizh Info est de mettre en lumière les limites et
        les contradictions du mouvement régionaliste breton. Effectivement, ça
        peut déranger, puisque cela suppose de quitter sa zone de confort. »
        Traitement auquel n’est pas soumis le FN.
        Pourquoi aucun article ou ITV avec les têtes locales du FN pour qu’ils nous donnent leur sentiment sur la prise de pouvoir de Philippot et l’éviction de JMLP ?
        Parce que tous les media en parlent déjà et que ce n’est pas alternatif ?
        La belle excuse !
        Le FN est le parti progressant le plus en Bretagne, il serait normal qu’on ait l’avis de ses représentants bretons (ou des inénarrables témoignages de « Machin qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas »).

        Le mouvement régionaliste breton qui compte, on peut le regretter, comme moi, mais c’est comme ça, se revendique de gauche.
        Cela suffit-il à le voir plus critiquer qu’un Le Fur, par exemple (j’ai oublié les noms des gugus FN du coin, d’anciens devillieristes peut-être bien) ?
        Et bien oui. La ligne breizh-info.com, c’est effectivement la droite. Elle y est très confortable.
        Et jusqu’à preuve du contraire, les sympathisants de cette ligne sont plus nombreux. Assurant du click.
        Alors franchement, le coup de la zone de confort… Le rebelle de droite, depuis Sarkozy, ce n’est très convaincant (un peu comme le rebelle de gauche après 83).

        Quand breizh-info.com arrive à dépasser son idéologie de base en acceptant justement ses propres contradictions, là, c’est intéressant.
        La rédaction en a été capable avec Troadec. A eu du mal mais à cherché à le faire avec de Rugy. On sentait l’opinion mais n’étouffant pas l’honnêteté intellectuelle.
        C’est de plus en plus rare.

        • An > L’article a été enlevé tout simplement parce que nous nous sommes aperçus qu’il s’agissait d’un compte twitter « fake » et que le Monsieur en question n’existait pas (même si il doit bien entendu en exister, comme ce candidat de Naoned qui se prononçait contre la réunification).
          Pour le reste, si nous ne relatons pas les réactions suite à la prise de pouvoir de Philippot, c’est tout simplement parce qu’il n y a pas de réactions (hé oui, nous avons questionné), et notamment en raison d’une forme de « chape de plomb » derrière MLP, que nous décrivons d’ailleurs bien souvent.

          Nous sommes une sorte de « Valeurs Actuelles » Breton, régionaliste qui plus est – l’argent en moins, et Internet en plus – et nous assumons complètement cette ligne au sein de la rédaction, où chaque rédacteur a par ailleurs sa sensibilité.

          Entre nous, je vous conseille de lire le livre de Marc Le Fur qu’il vient d’écrire pour les régionales et que nous avons recensé : si M. Troadec en écrivait, et nous l’adressait, nous en ferions également une recension cohérente et objective, en appuyant là où cela fait mal s’il le faut.

          De Cozan à Noguès en passant par Le Fur ou Pennelle, nous avons interviewé jusqu’ici de nombreuses personnalités qui ont joué le jeu, qui n’ont pas fait preuve de sectarisme et qui ont surtout bien compris que nous étions un média, et pas ce que certains petits kapos (je ne parle pas pour vous) répandent ça et là sur Internet, en tout anonymat bien entendu.
          Nous leur avons posé les questions en toute liberté, et laissé leurs réponses intégralement. Que Christian Troadec ne réponde pas à un média qui compte désormais (en toute modestie, mais quand même) sur la Bretagne ( 8 000 lecteurs uniques par jour) amène à se poser des questions, surtout qu’il n y a jamais aucun refus clair, mais simplement des reports évasifs !

          Au final, M. Troadec que vous semblez chérir est loin d’être l’esprit libre qu’il revendique, ce qui est étonnant venant de quelqu’un qui dit rejeter en bloc la politique et la mentalité à la française, qui met des gens dans des cases, pour ne plus jamais les y laisser sortir, au nom du « progressisme » sans doute …

          Pour le reste, nous continuerons notre petit bonhomme de chemin, en proposant des articles variés, et en interrogeant tous ceux qui font l’actualité en Bretagne, sans se priver de poser les questions et d’aborder les sujets qui fâchent. Si vous trouvez la même chose ailleurs en Bretagne, merci de m’informer, j’en suis curieux.

          Cdlmt.

          Yann Vallerie
          Rédacteur à Breizh-info.com

          • Merci de prendre le temps de faire cette mise au point intéressante.
            Notamment sur le compte twitter fake (je vérifierai à l’occase mais je vous confiance).
            Reste qu’un addendum à votre article aurait une certaine efficacité.

            Sur les autres points, on en restera sur des positions d’opinions.

            Sur le mélodrame familial FN, sous réserve que cela n’a pas été déjà fait (je ne vous lis pas tous les jours), pourquoi ne pas rédiger un compte-rendu sur ses fins de non-recevoir ? Des allusions ici ou là sur cette « chape de plomb », c’est tout de même léger. Cela ne dénoterait pas d’autres articles d’opinions que vous avez l’habitude de publier. On peut s’en étonner. Comme je l’écrivais, le FN est tout de même le parti progressant le plus en Bretagne et JMLP est aussi une figure quelque peu bretonne. C’est un sujet qui en vaut bien d’autres.

            Que Troadec se limite à des reports évasifs envers vous reste à sa décharge. Vous êtes personnellement impliqué en tant que reporter, je comprends que ça doit irriter quelque peu. Ok. Mais ce n’est pas une condamnation de sa part, ne tombez pas dans la facilité de votre coté.
            J’ai effectivement une certaine admiration pour le bonhomme et me tient à l’idée positive que j’en ai, au risque d’être déçu, parce qu’en dehors de lui, il n’y a pas grand chose de percutant dans le microcosme politique breton.
            Vous n’êtes pas naïf au point de ne pas comprendre qu’il reste pieds et poings liés au politiquement correct sur la question identitaire bretonne, pendant que d’autres auront des tribunes partout pour ressortir la rengaine « gwenn ha du=fascisme ». Il joue déjà à l’équilibriste depuis un moment et, en plus, le fil est tendu depuis si bas qu’il ne peut se permettre des hypothèques.
            On peut penser qu’il est dans l’erreur mais ne pas le condamner par avance. Sa liste est pour le moment autonome, ce qui est mieux qu’une alliance avec le Fur (qui est bien gentil mais qui est encore moins libre). Quant à la soi-disante future alliance avec le PS inéluctable, rapport au passif UDB, c’est ne pas prendre en compte la déliquescence PS et présager une évidence qui ne l’est pas. Tout dépendra des scores. Si la mouvance bretonne de droite commence, avant toute déclaration à ce sujet, à lui taper dessus pour se tourner vers le Fur ou le FN, c’est sûr qu’il ne fera pas fort et risque bien de finir par s’allier avec le PS. Quand on veux tuer son chien…
            Dans ces conditions et avec cette attitude, beaucoup feront mieux de ne pas s’enorgueillir de « je l’avais bien dit ». Mais ils n’auront pas une seconde honte de le faire et de prétendre penser à la Bretagne avant tout.

            Quand aux autres mouvances qui jettent facilement l’anathème sur votre media, je verrais la sagesse à ne pas rentrer dans ce petit jeu (bien que je n’ai pas l’impression qu’il y ait une cabale particulière contre vous). Je reconnais que vous ne tombez pas dans l’attaque facile et systématique mais une certaine couverture plus neutre, comme celle sur de Rugy, pourrait rendre coi certains vociférateurs. C’est votre choix et c’est humain, mais votre caravane passe sans manquer de malice à exciter les chiens sur son passage. Comme l’exemple que je donnais de DIBAB (encore sous réserve). Si l’initiative est menée par des gens qui ne peuvent pas vous sentir, et réciproquement j’imagine, elle mérite bien une dépêche rendant compte des résultats pour informer vos lecteurs. Pourquoi non ? Pour ne pas leur faire de la pub ? C’est se mettre à un niveau que vous leur reprochez.

            En ce qui concerne d’autre media bretons indépendants sur le net, vous savez qu’il y en a d’autres. Certes moins exhaustifs, beaucoup plus dans la politique politicienne ou l’idéologie purement intellectuelle, sur des rails britto-bretonnes beaucoup plus classiques mais cette voie reste néanmoins finalement marginale et n’offre pas d’autres satisfactions que de se démener pour la Bretagne. Ils n’en sont pas moins intéressants et respectables que l’immense majorité des media mainstream. Que l’on pense qu’ils vont dans la mauvaise direction est une autre question.

            Merci de votre attention.

            Et que vive la Bretagne !

        • C’est intéressant, nous n’avons pas du tout la même lecture des informations diffusées sur ce site. Signe que chacun y trouve son compte, et que c’est très bien ainsi !

          Dans le fond, vous vous plaignez que BI ne tape pas autant que Le Fur que sur Troadec. Pourtant, le site a bien souligné l’intérêt et les limites de la candidature Le Fur, notamment le fait qu’étant vraiment de droite, il est isolé au sein d’une « droite » bretonne largement dominée par des centristes plus ou moins défroqués. De même s’agissant de Troadec : il a le charisme pour lui, et il fera toujours plus de voix que tous les partis officiels du régionalisme breton réunis ; mais il est d’abord et avant tout un homme de gauche, avec tout ce que cela implique de sectarisme.

          Sur le FN, M. Vallerie a bien répondu et des articles ont déjà relevé qu’il était difficile de faire sortir le FN breton du discours officiel philippotiste, donc si c’est pour tourner en rond, pas la peine de faire des articles.

          Quant à la zone de confort, je maintiens. Être de droite en Bretagne (et je ne parle pas de la droite « résidence secondaire » des côtes d’émeraude ou du 56, ni même de la « rébellion sarkoziste », qui n’a de rébellion et de droite que les noms), c’est vraiment une gageure. Ah, c’est sûr qu’ici, il est plus facile d’être un cacique du PS, un UDB qui croit être l’unique dépositaire du régionalisme breton ou un centriste qui radote sur « la Bretagne, terre de modération et d’ouverture au monde »…Et il est encore moins aisé de trouver une info qui sorte de la guimauve OF, ou du bréviaire gauchiste type Bzh antifa. Donc trouver en ligne une info bretonne sérieuse et de droite, c’est un vrai bol d’air !

          • Il y a un moment où il faut cesser d’être hypocrite. BI se classe bien au delà de la sphère bretonne. L’absence d’articles en breton (voire en gallo), les références systématiques à des mouvements d’extrême droite, la complaisance avec un européanisme bas de gamme, la préférence accordée à des mouvements français plutôt que bretons.. Jusqu’au détail où l’on préfère faire la promotion de royalistes français plutôt que d’artistes bretons. Bi est média de réinformation, soit, c’est son droit. Bi est un média anti-gauchiste, clairement, et ça fait du bien. BI est un média breton ? Pour l’instant, il n’en a que le vernis, il me semble. Il y a une différence entre le localisme de BI et l’Emsav, n’eo ket ?

  5. Je vous cite

    « Des propos rassembleurs qui peuvent surprendre, quand on sait que ce dernier refuse pour le moment toute interview à des médias de réinformation lus pourtant par une partie de l’électorat qu’il souhaite rassembler. »

    Comme le sieur Troadec est malin et qu’il estimera que votre site est digne d’interêt, vous verrez que vous l’aurez sans problème votre interview. Par ailleurs n’oubliez pas de vue qu’il n’a pas encore officiellement complété sa liste, ce serait mettre un peu la charrue avant les boeufs que d’accorder des interviews dans la presse.

    « On peut prévoir que sa liste recueillera sur l’ensemble de la Bretagne (4) entre 5 et 10% des suffrages exprimés.Ce résultat interdit le maintien au second tour car il faut dépasser 10% des suffrages exprimés. »

    Qu’est ce vous en savez? Vous avez vu la pytie? Au vue du coup d’essai des dernières départementales, permettez-moi de douter de votre analyse. Là où je serais d’accord est le cas où Troadec, s’étant fait dévorer par l’UDB ne soit pas capable de rassembler d’autres forces et autres acteurs régionalistes .
    On le saura par exemple le 27 juin

  6. Plus généralement, comme l’indique Ann, votre site semble promouvoir le FN. Même si cela n’est peut être pas votre intention, c’est l’impression que cela donne quand on lit plusieurs articles.
    Au vue de ce qui se passe dans ce parti « prétendument salvateur » (cf. les différents prises de positions des ses leaders contre tout reconnaissance des langues régionales par exemple et la défense du modèle chimérique français), je ne pense pas que le FN soit la solution pour la Bretagne. Au contraire….

  7. Bon, je ne sais pas, suite aux mystères de la fibre, si deux de mes commentaires sont passé.

    A Montcorbier, je disais en substance que je suis d’accord avec son point de vue. Mais que la situation qu’il déplore tient bien moins des gauchistes bretons que toutes les autres mouvances idéologiques bretonnes (surtout la droite légitimiste folkloriste).

    A Ar Vrann: tout pareil. Et que breiz-info n’a pas intérêt à se mettre Troadec à dos si celui sent un vent porteur du côté de la droite. Il vous répondra avec un grand sourire comme si de rien n’était.

    • Et je constate que c’est en fait ma réponse à Marie Martin qui n’est pas passée.
      Tant pis.
      J’avais pourtant fait de mon mieux pour exprimer mon mépris des donneurs de leçons qui appelle à la responsabilité individuelle tout en blâmant le Sytème (avec son imposante et terrifiante majuscule).

  8. Vous tendez à avoir une lecture du régionalisme par les partis, or le régionalisme breton, peut-être comme le régionalisme alsacien et en tous les cas contrairement au régionalisme corse, n’est pas l’apanage de partis estampillés Bzh. Le fait de ne pas être rattaché d’office à un parti est, du reste, l’une des forces de Troadec. Le régionalisme breton, qui va de l’indépendance au maintien dans la France mais avec une plus forte régionalisation, est pour le moins vaste et ne se borne pas aux chapelles partisanes.

    Certes, vous me rétorquerez, tout dépend de la définition qu’on a du régionalisme ! Et là on rentre dans le dur. Personnellement, je suis favorable à une Bzh à 5 dans une France fédéralisée, le corollaire du fédéralisme étant nécessairement l’abandon de la République, par essence, en France, jacobine. Autant dire que ma position est minoritaire, et je suppose qu’avec les roycos du GAR de Rennes, on pourrait tenir congrès dans une arrière-salle de troquet…

    C’est vrai, j’aime bien tancer l’UDB, pas tant pour me payer leur tête que pour souligner qu’il y a une pensée unique bretonne qui essaie de nourrir l’illusion que la Bretagne serait, au fond, une terre de gauche modérée, balançant à peine entre les démocrates-chrétiens qui vont encore à la messe et ceux qui n’y vont plus et du coup votent PS, et barbotant joyeusement dans la moraline, avec un arrière-goût d’auto-justification malsaine. On sait que la Bretagne est plus complexe que cela et qu’elle n’avancera pas tant qu’elle en restera là…

    • On est sur un article de politique-politicienne… Je me verrais mal refuser un certificat de bretonnité ou à un membre actif de bagad votant PS ou LR.

      Figurez-vous qu’on sera au moins deux.
      Je suis moi-même pour une République Fédérale Française, basée en grande partie sur les anciennes Provinces, comme le sont les départements d’ailleurs, que je ne souhaite pas voir disparaître. C’est, contrairement à l’enfumage décidé, un échelon très intéressant et efficace. Il faut cependant regrouper, beaucoup, les communes. Et surtout, dégraisser l’Etat central et supprimer les préfectures.
      Il n’empêche que, même s’ils sont moins nombreux dans l’absolu, en proportion, on en trouvera plus pour être d’accord avec nous à l’UDB que chez LR de Le Fur.
      Les cerveaux sont tellement formatés qu’il est extrêmement rare que cette idée ne soit qu’effleurer par la plupart des politiques et intellectuels. Tout au mieux, c’est décentralisation et « la France est un vieux pays jacobin », par fatalité. Non, la France est un vieux pays tout court qui radote sur le besoin d’une réforme de l’Etat mais n’évoque pas la seule valable et praticable.
      Les seuls traces de girondisme qu’on peut trouver dans les partis politiques en France, c’est chez EELV et le MoDem. Des partis qui n’en font pas leur vitrine et qui disparaissent.
      D’où selon moi, le besoin d’un coup d’éclat de Troadec à la présidentielle pour rappeler cette idée aux citoyens. Il parle pour l’instant d’une candidature « régionaliste ». Ca me dérange. Il devrait parler de « fédéraliste ». D’autant que c’est bien plus cohérent si on se présente à une candidature nationale. Ca parlera au moins à un Tourangeau ou un Dijonnais. Plus de chances de chopper quelques bulletins.

      Sinon, bien d’accord aussi sur la complexité bretonne dont le salut ne passera pas que (mais aussi) par cette vision modérée. C’est aussi une union de communautés farouchement indépendantes. La méfiance et le mépris entre Bigoudens et Léonards, entre Rennais et Nantais, entre Bretons de l’est et ceux de l’ouest n’est pas du simple folklore, c’est un fait. Ceux sont simplement des communautés qui ont compris que le consensus entre elles valaient mieux que la soumission.
      Il y a quelque chose qui aurait pu être suisse ou néerlandais en Bretagne mais l’Histoire en a voulu autrement.

Comments are closed.