Quand G. Lacotte explique comment faire un roman à succès sans (trop) se fatiguer…

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Guillaume Lacotte n’a pas froid aux yeux. Il va se faire des amis avec cette « pochade » (dixit l’éditeur). Il a sélectionné 33 genres littéraires, de l’autofiction, de la biographie au roman libertin et au polar scandinave en passant par le roman américain, le roman minimaliste ou encore le thriller. Pour chacun, il invite l’écrivain qui aspire à un prix à se conformer à quelques règles simples qui lui garantiront le succès. Pour chaque genre donc, un pense-bête (ce qu’il faut à tout prix mettre), des exemples d’incipit, de titres… Comment faire sa promotion afin de séduire la critique.

La critique… de celle qui ne lit jamais ses services de presse, laisse la corvée aux petites mains, aux bénévoles, assistants secrétaires, épouse, maîtresse(s), amant(s)… Lacotte a pris le temps de recueillir tous les poncifs, tous les ponts-aux-ânes, tous les truismes qui émaillent cette prose mercenaire…

Tout est à prendre mais je conseille fortement le « roman de bourreau nazi », genre délicat qui implique une connaissance approfondie de la période. Aussi faudra-t-il réviser les grades de la Wehrmacht et ceux de la Waffen-SS. Pour ne pas confondre un Unterscharführer et un Obersturmbannführer… Attention à ne pas trop en faire, cela deviendrait vite illisible. Pour l’incipit, « envoyez du lourd d’entrée », du genre : « J’ose le dire : j’ai participé au système nazi. » Pour le titre, oubliez « Les Bienveillantes », déjà pris. Lors des interviews, fendez-vous d’une sentence bien creuse : « Les nazis étaient des êtres humains. Quand on y repense, c’est cela même qui est effrayant ».

Bien vu, le roman « foncedé ». A confier à un très jeune homme, inconnu au bataillon. « Si vous portez une moustache brosse et des pantalons en velours », passez votre chemin. Pour l’incipit : « J’étais tellement cramé que je ne savais plus qui je venais de baiser. »  Après, écrivez n’importe quoi. La critique, très complice, vous saluera comme le « nouveau trublion des lettres françaises », en attendant le prochain.

Et la biographie ? Lacotte est formel : vous en choisirez une qui a déjà attiré des dizaines d’auteurs. Il propose Napoléon, Marylin Monroe et Céline. Pour ce dernier, surtout n’oubliez pas de vous justifier en répétant à toutes les pages que concernant l’auteur de « Bagatelles pour un massacre », il faut bien séparer l’homme de l’écrivain. » Vous auriez pu parler d’un « salaud lumineux » mais Vergès est passé par là.

Il y a aussi le témoignage, la vraie vie, qui se vend bien mais ne vous lancez pas si vous n’avez pas été victime d’une  maladie nosocomiale, si vous n’enseignez pas dans un collège de ZEP, si vous n’êtes pas cadre supérieur ayant tout plaqué pour conduire un troupeau de zébus sur les hauts plateaux kényans, ou encore si vous n’avez pas quitté le gouvernement parce que vous en aviez « gros sur la patate ».

Lacotte est dans l’esprit de Pierre Desproges qu’il cite d’ailleurs en incipit. Même férocité, même talent pour déceler et épingler les ridicules de ses contemporains. Dans un esprit canulardesque qui le rend effectivement, comme le veut la quatrième de couverture, « désopilant ».

Jean Heurtin

* Guillaume Lacotte, Guide pratique à l’usage des écrivains qui veulent (très) bien faire sans (trop) se fatiguer. Editions du Rocher

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Combien de temps les Français consacrent-ils à la lecture chaque semaine ?

Pour beaucoup, la lecture a été un refuge cette année, et près de 23% des Français s’y sont mis. Suite aux confinements successifs et...

Les loups-garous d’Argentine, Biotope, Week-ends à l’Ouest, Histoire secrète de la droite française, Chroniques d’un peuple oublié : la sélection littéraire hebdo

Les loups-garous d'Argentine, Biotope, Week-ends à l'Ouest, Histoire secrète de la droite française, Les fossoyeurs de la République : voici la sélection littéraire hebdo Les...

La Youtubeuse Jeannot se livre à la découverte de Bécherel, la cité du livre

Dans une vidéo publiée fin novembre, la Youtubeuse Jeannot se livre part à la découverte de Bécherel, la cité du livre. Nous vous laissons...

Stanislas Berton : « Le plus grand mal qui ronge notre société est celui de l’individualisme »

Stanislas Berton anime un blog de réflexions depuis plusieurs années déjà, et vient de sortir un livre intitulé « L'homme et la cité »...