La Chapelle Basse Mer (44). Une commune se bat pour ne pas voir sa mémoire effacée

A LA UNE

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

10/09/2015 – 07H30 La Chapelle Basse Mer (Breizh-info.com) – La Chapelle-Basse-Mer est – historiquement – une des villes limitrophes, côté Bretagne, à la frontière avec la France. Cette commune de Loire-Atlantique , qui compte plus de 5 000 habitants, est aujourd’hui menacée d’effacement, en raison d’une fusion avec Barbechat, commune voisine de 5km et comptant 1200 habitants, souhaitée par les maires des deux communes sans consultation préalable de la population. Le futur nom, Divatte-sur-Loire, efface en effet totalement l’identité de cette commune martyre de la révolution française.

Le 11 février dernier, une proposition de loi pour « l’amélioration du régime de la commune nouvelle » était adoptée à une large majorité par les députés français, puis validée au Sénat avant d’être promulguée au JO en mars. Cette loi permet à des communes de fusionner , moyennant des compensations financières versées par l’Etat.
Derrière ce regroupement entre ces deux communes, nombreux sont les habitants qui y voient la volonté d’effacer leur mémoire collective tout en gagnant de l’argent.
Une pétition a déjà réuni plus de 1000 signatures dans la commune et une centaine sur Internet. Le journaliste Armel Joubert des Ouches a réalisé un reportage, au sein de la commune, afin de recueillir le sentiment des habitants.

En 2014, une fusion entre 6 communes avait été proposé pour créer « une commune nouvelle ». « L’un des objectifs poursuivis était alors le maintien, pendant trois ans, du montant des dotations versées par l’Etat au fonctionnement de notre commune. » stipule la pétition. Une alternative avait alors été proposé par les conseils municipaux de Barbechat et de La Chapelle Basse Mer qui ne souhaitaient pas voir leurs communes rurales intégrées dans une grande ville de 20 000 habitants.
Néanmoins « La consultation des chapelains a été une véritable mascarade puisqu’il était interdit d’utiliser les noms de Barbechat ou de La Chapelle Basse-Mer dans la proposition  » explique Bruno Martin, conseiller municipal d’opposition dans la commune.

Durant la Révolution française,  la Chapelle Basse Mer fût le théâtre de massacres perpétrés par les soldats de la République. Selon l’historien et spécialiste des Guerres de Vendée Reynald Secher, en 1794, 800 personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards furent assassinés par les républicains.Un de ses livres, écrit en 1987 et Prix d’histoire de l’Académie française 1987 (Prix Georges-Goyau, médaille de bronze) s’intitulait d’ailleurs La Chapelle-Basse-Mer, village vendéen : révolution et contre-révolution et reconstituait les exactions commises par l’armée de la République.

Cette commune bretonne jouxtant la Vendée a également été particulièrement saignée durant les deux guerres mondiales, ce qui fait dire à certains de ses habitants, choqués par le changement de nom programmé : « on veut tout simplement effacer notre identité, notre mémoire. Après le Génocide Vendéen, c’est un mémoricide qui continue, organisé par la République française. ».

Une réunion publique d’information est prévue ce vendredi 11 septembre, auprès des administrés. L’ambiance s’annonce tendue, et la municipalité pourrait bien devoir reculer sous la pression populaire.

« Aujourd’hui c’est la mémoire de La Chapelle Basse Mer qui est attaquée. Mais demain, avec les fusions entre communes pour des raisons uniquement économique, qui vous dit que tous les Saints de Bretagne ne disparaitront pas également, absorbés par ces nouveaux territoires de la République vidés de tout marquage identitaire ? » s’interroge Amélie, membre de l’association Mémoire et futur de l’Europe.

 Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Irlande du Nord. Le Sinn Féin demande à Westminster de légiférer sur la langue gaélique pour sauver le Parlement

L'Irlande du Nord semble en pleine crise politique, y compris en dehors des tensions majeures liées au Brexit et...

Après le covid, une cyberattaque mondiale ? Par Pierre Hillard

Quel avenir nous réservent nos "élites" mondialisées ? Depuis l'arrivée du covid et les troubles qui en ont découlé,...

Articles liés

Réunification de la Bretagne. 80% des électeurs de Loire-Atlantique veulent pouvoir choisir par référendum

Les résultats du sondage commandé à l’IFOP par les collectifs citoyens Unis pour un grand Val de Loire, Décidons en Vendée et À la bretonne ! sont tombés. En...

Loire-Atlantique : Wiker, la plateforme collaborative qui monte

Collaborative et participative, la plateforme Wiker, se fait le relais de l’actualité des communes rurales. Un retour à la proximité et une volonté de...

Saint-Nazaire : le Rassemblement National présente ses candidats pour le 1er canton

Après le 2nd canton, où Gauthier Bouchet et Nicole Pétrel sont candidats pour le Rassemblement National (RN) dans le canton de Philippe Grosvalet, président...

Fusion, thorium, hydrogène… Quelle énergie pour le futur ?

Dans ce troisième numéro des Dessous de la Science, Floriane Jeannin et Nicolas Faure vous proposent un grand débat entre deux experts sur l’énergie...