Traitement du chômage. La grosse manip’ de François Hollande

A LA UNE

19/01/2016 – 07H00 Paris (Breizh-info.com) – L’emploi « est la seule question qui vaille au-delà de la sécurité des Français ». Comme prévu, François Hollande a annoncé  lundi un train de mesures censées favoriser l’emploi. Et tenter d’inverser la fameuse courbe du chômage, condition qu’il s’est fixé lui-même pour se représenter en 2017. Pour y arriver, apparemment tous les moyens sont bons.

Devant les représentants du patronat et des syndicats  réunis au Conseil économique, social et environnemental (Cese), le président de la République a détaillé son plan en faveur de l’emploi. Une prime de 2.000 euros par an pour toute embauche en CDI ou en CDD de plus de 6 mois de salariés rémunérés jusqu’à 1,3 Smic sera ainsi versée aux entreprises de moins de 250 salariés.

Le chef de l’État a surtout confirmé son plan formation de 500.000 chômeurs, assurant le plus sérieusement du monde qu’il ne s’agissait pas là d’un «artifice statistique» destiné à faire baisser le taux de demandeurs d’emploi. Pour mémoire, depuis le début de son mandat, le nombre de chômeurs de catégorie A s’est accru de plus de 700 000…

«On ne peut pas corriger les statistiques», a insisté le président de la République. Voire. En mettant en place une formation pour 500 000 chômeurs de longue durée, le chef de l’État  permet ainsi de faire passer les demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, c’est-à-dire les chômeurs à la recherche d’un travail et qui n’ont exercé aucune activité le dernier mois, en catégorie D qui concerne tous les chômeurs « non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi » en raison d’une maladie, d’un stage ou… d’une formation. Si ce n’est pas du « maquillage », ça y ressemble fort.

Coût de l’opération : un milliard d’euros, auquel il faudra ajouter un autre milliard, notamment pour financer la prime à l’embauche de 2.000 euros évoquée plus haut. Tous les moyens sont bons pour tenter d’inverser la courbe du chômage. Il est vrai que le temps presse pour François Hollande : la présidentielle, c’est en 2017…

Photo : Jean-Marc Ayrault/Wikimedia (cc) 
Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

10 Commentaires

  1. encore de l’argent gaspiller, il s’en fout ce n’est pas son argent, c’est notre argent de nos impôt a nous qui jette par les fenêtre. il veut réduire le nombre de chômeur, ba c’est pas compliquer il sont qu’a verser moitié moins les indemnité au chômeur comme ça sa les motivera un peut plus a trouvé du travaille. quand on a vraiment envie de travailler on trouve, les fainéants dehors comme les immigrés

      • et les sous de l’état il viens d’ou ?? du contribuable, qui dépend de nos impôt. il ne va pas payé avec son propre salaire, quoi que il pourrait c’est également le contribuable qui lui verse son salaire

  2. Autrement dit , ce nul, va faire payer par les contribuables la filouterie qu’il met en oeuvre pour truquer les chiffres du chômage pour les rendre acceptables afin de servir ses seuls intérêts ! !!

  3. Ce type est le roi des cyniques. Pour se faire ré-élire il est prêt à tout.

    1 milliard = 500 000 personnes par an ? 2000 euros / an. 165 euro/mois par personne. C’est une estimation à minima. Ensuite je pense à toutes les aides sociales qui découlent de cette situation.

    … Factures repoussées après le 1er semestre 2017.

    • C’est exactement ça. Hollande a fustigé pendant deux ans le bilan budgétaire catastrophique de Sarkozy. Et maintenant, sentant la présidentielle approcher, il se permet une demi-mesurette onéreuse, dont le prochain locataire de l’elysée recevra la facture.

  4. « Ca coute rien c’est l’État qui paye. » Le socialisme c’est le vol, l’arnaque, le mensonge, l’escroquerie, la démagogie, la ruine du pays. Il aurait du resté à Tulle, où il a inauguré le cinéma, sans doute permanent. ENA, HEC….il a été formaté : Normal. Heureusement, comme le dit Attali, il y a les « migrants » cela va nous aider. C’est pas gagner.

  5. Alors que la France continue de s’enliser dans le chômage et l’endettement, et alors que de nombreuses pressions s’exercent sur le FN pour qu’il replace son programme économique dans le cadre conforme de la droite mondialiste européenne, il convient de rappeler et d’analyser les maux qui nous menacent :

    . La dette : à partir de 1973 l’état français ne peut plus emprunter directement à la banque (centrale) de France, la loi le contraint à emprunter à un certain taux d’intérêt aux banques privées qui empruntent à taux zéro à la banque de France. Dans les décennies qui vont suivre la dette va augmenter continuellement, quelque soit le gouvernement.
    Il est très important de comprendre qu’en coulisse, ce sont les plus riches qui ont décidé qu’il était beaucoup plus rentable pour eux d’être les créanciers de l’état plutôt que de payer l’impôt. Ainsi les exonérations et niches fiscales se sont multipliées en parallèle pour les plus riches et les très grandes entreprises.

    A cela s’ajoute l’augmentation du chômage qui implique une diminution des recettes fiscales, de même que la baisse de la part des salaires dans la création de richesse par les entreprises au profit d’une économie de plus en plus financiarisée, enfin le poids colossal de l’immigration sur la collectivité malmène fortement le système social garant de la stabilité économique et de la dignité humaine dans nos sociétés.

    Tout cela ne fait qu’augmenter la dette, avec pour conséquence directe un matraquage fiscal clairement ciblé vers les classes moyennes et populaires et les TPE et PME.

    . Le chômage : les conseillers ultralibéraux (la plupart anglais) des années 70-80-90 ont décidé qu’il fallait un chômage aux alentours de 10% en France pour maintenir une pression à la baisse sur les salaires.

    . L’immigration : Totalement voulue par le grand patronat organisé, le FMI, etc, et les idiots utiles gauchistes marionnettes décérébrées, elle permet de casser les revendications et acquis sociaux d’une population qui devient de moins en moins homogène. En Europe elle favorise un nivellement par le bas des salaires et du niveau scolaire, elle permet aussi un effacement des cultures locales pour laisser la place à un homme nomade, mondialisé, homogénéisé, métissé, consommateur/travailleur docile devenu hors-sol et fortement techno-dépendant.

    . Les crises financières : elles sont un moyen redoutable pour l’oligarchie financière apatride de paupériser les populations qui ont eu le tort de légèrement s’enrichir et donc de menacer son pouvoir. Comme par miracle, à chaque crise les plus riches deviennent plus riches et les plus pauvres encore plus pauvres/endettés. Récemment cela s’est principalement illustré par le renflouement des banques privées par des états pourtant passablement endettés via ces mêmes banques.

    On retrouve la aussi un bon vieux principe du capitalisme : socialisation des pertes et capitalisation/financiarisation des bénéfices.

    Leur prochaine étape est de permettre aux banques qui perdent au casino truqué de la finance, de ponctionner directement les comptes des épargnants, vous avez dit braquage et escroquerie en bande organisée? cf banskers

    .

    Quelles solutions ?

    . Le retour de la souveraineté monétaire pour la France. Si l’état français peut emprunter directement à la BCE, on pourra rester dans l’Euro (moyennant d’autres aménagement comme la fin de la passoire Schengen), dans le cas contraire, il faudra revenir au Franc. Je signale au passage que les US, la Chine, le Japon, l’Inde, la Russie, tous ces pays disposent leur souveraineté monétaire…

    . L’annulation de 50% de la dette, car en réalité nos impôts payent les intérêts de cette dette, qui serait depuis longtemps remboursée s’il n’y avait pas eu la loi de 1973. cf dette illégitime et état institution multicentenaire garant de la stabilité sociale, de la justice, de la sécurité et de l’avenir de la population.
    Ceci permet de diminuer les impôts de 30% à 40% et d’équilibrer le budget de l’état. (chose que nos gouvernants s’appliquent à ne pas réaliser en bons laquais de la finance qu’ils sont)

    . La séparation des banques de dépôt et des banques d’affaire/spéculation. (Glass-Steagal Act) Pour discipliner la finance qui en a grand besoin, et pour découpler de l’économie réelle ce qu’est devenu la finance mondialisée : un casino informatisé virtuel et obscur.

    . La création d’un organisme de crédit à taux zéro ou faible taux, basé sur de l’argent réel (les comptes de dépôts) pour investir dans l’économie réelle (TPE et PME), la formation et aider les jeunes ménages à créer une famille. Les investisseurs ne veulent pas investir dans l’économie réelle ? passons nous en… de même préparons l’avenir en soutenant les jeunes ménages (sans casier et avec préférence nationale, bien entendu)

    . L’inversion des flux migratoires, car la folie de nos dirigeants actuels ne peut continuer, si nous ne voulons pas que cela finisse mal dans une Europe tiers-mondisée et en proie à une guerre civile, il faut inverser le processus si nous voulons préserver la paix sociale, notre identité, notre civilisation et la diversité humaine. A défaut on érigera des murs infranchissables pour défendre notre communauté synonyme de diversité blanche européenne et de civilisation pagano-chrétienne et gréco-latine. (tout en s’intéressant aux cultures étrangères, bien entendu)

    . L’augmentation des salaires de 10%, pour relancer l’économie, et on favorisera la consommation de productions locales/nationales issues des TPE et PME, tout en travaillant à renforcer les positions de la France à l’international dans le milieu/haut de gamme, (le bas de gamme étant clairement le terrain de jeu des pays pauvres) Et en protégeant notre marché intérieur comme le font toutes les grands pays souverains (US, Chine, etc).

    Nulle besoin de dire que nos gouvernants actuels et tous les relais de la finance apatride mondialisée essayeront de vous convaincre du contraire. (Attali, Sarkozy, Macron, Lagarde, Schauble et consorts) et connaissant la frilosité et le manque de discernement de nos concitoyens, ainsi que la puissance médiatique du système, il y a fort à parier que la situation ira plutôt en empirant, mais il faut continuer à se battre…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés