Pedernec (22). L’association Caridad a remis un chèque pour la rénovation des cloches de la chapelle Saint-Hervé

A LA UNE

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

04/05/2016 – 04H50 Pedernec (Breizh-info.com) – L’association Caridad, située à Redon, vient de remettre un chèque de 3000 euros au maire de Pedernec, M. Le Goff, pour permettre la restauration des cloches de la chapelle Saint-Hervé. Dans la nuit du 12 au 13 décembre 2015, la chapelle Saint-Hervé avait été vandalisée.

Cette petite chapelle, située près de Guingamp dans les Côtes-d’Armor, a été érigée à partir du VI siècle. Elle est classée monument historique. C’est au cours d’une promenade qu’un habitant de la commune a retrouvé la porte de la chapelle  sortie de ses gonds et endommagée, une cloche brisée et la deuxième cloche encastrée dans cinq centimètres de granit. Longtemps privées de ces cloches pendant des décennies, les deux cloches avaient été installées à l’occasion d’une procession présidée par Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc, en 2012.

Les cloches étant endommagées, il était alors urgent pour Pedernec de s’acquitter des frais d’expertise, de fonderie de la close brisée et de fabrication de deux nouvelles cloches. Le maire a donc accepté la proposition de l’association, de financer intégralement le tout, ce qui est désormais chose faite.

Nous faisons le point sur cette mobilisation avec Claire, bénévole de l’association Caridad.

pedernec_caridad

Breizh-info.com : Pouvez vous présenter l’association caridad

Claire (Caridad) : Caridad est une association d’intérêt général créée en 2015 et composée de jeunes laïcs catholiques engagés dans la cité.

Les actions de Caridad visent à soutenir financièrement et moralement des causes et des projets à caractère caritatif et apostolique en conformité avec le magistère de l’Eglise catholique.

Nous faisons appel à la générosité des donateurs, pour des projets en France mais aussi dans le monde entier. Nous sommes capables d’agir dans l’urgence partout où les grandes ONG n’interviennent pas. En effet, les grandes ONG choisissent les causes les plus importantes, rentables ou politiquement correctes. Caridad s’efforce de combler les manquements et oublis qui persistent dans le monde de la solidarité.

Breizh-info.com : Vous avez récemment mené une campagne pour sauver les cloches de Pedernec. Pouvez vous revenir sur cette affaire ?

Claire (Caridad) : C’est en tombant sur un article de Ouest France que nous avons été informés sur le vandalisme de deux cloches de la chapelle Saint Hervé, située dans les Côtes d’Armor. J’ai contacté le maire de la commune, Jean-Paul Le Goff, qui m’a invitée à venir voir les dégâts lors du retrait des cloches endommagées : une cloche brisée et la deuxième cloche encastrée dans cinq centimètres de granit.

Une enquête a été menée, mais elle n’a pas donné suite. L’élu a confié à l’équipe de Caridad que la cloche brisée, devenue inutilisable, sera fondue, tandis que la deuxième cloche sera expertisée pour vérifier qu’aucune microfissure ne se soit formée.

Pour l’instant, les cloches sont toujours dans l’entreprise de refonte à Annecy.

Breizh-info.com : Comment avez vous réussi à recueillir la somme nécessaire ?

Claire (Caridad) :  Nous avons lancé une campagne de collecte de dons par courrier et via notre site internet. Les donateurs ont compris que si on ne faisait rien pour cette chapelle, alors c’était laisser la porte grande ouverte aux vandales pour recommencer à nouveau. Le message que nous avons adressé aux donateurs était celui-ci : si on ne se mobilise pas pour cette petite chapelle de Bretagne, qui, alors, s’en occupera ? Notre ambition n’est pas de répondre à toutes les misères du monde, mais d’apporter des solutions pas à pas, pour des projets à taille humaine. Les gens l’ont bien compris, c’est pourquoi nous avons réussi à fournir 3000 euros de participation pour la rénovation des cloches.

Breizh-info.com : Menez vous d’autres actions en Bretagne ? Et ailleurs ?

Claire (Caridad) : En Bretagne, nous aidons des jeunes de la paroisse de Redon à partir aux Journées Mondiales de la Jeunesse qui auront lieu cet été à Cracovie. Le pape François appelle les jeunes à venir le rencontrer, c’est une magnifique occasion pour la jeunesse de se réunir pour partager la foi qui l’anime et voir qu’elle n’est pas seule. Ces jeunes paroissiens de Redon se préparent depuis plusieurs mois, et ils ont besoin d’un coup de pouce financier. Caridad va les aider à prendre en charge une partie du budget du voyage.

Nous agissons également à l’étranger. Par exemple, nous soutenons un missionnaire au Pérou à 4000 mètres d’altitude, un ordre religieux au cœur d’un bidonville aux Philippines, ou encore la traduction française du film La Rébellion cachée, de Daniel Rabourdin, qui vise à rétablir la vérité historique sur le génocide vendéen pendant la révolution française.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous cette recrudescence de la christianophobie en Bretagne, terre catholique par excellence ?

Claire (Caridad) : En Bretagne, il existe de manière plus prononcé qu’ailleurs, des groupes d’extrême gauche et nihilistes qui voient l’Eglise comme une cible idéale parce qu’elle ne cherche pas à se venger. On l’a vu dernièrement à Rennes, trop de casseurs viennent mettre la pagaille violemment. Cela est inacceptable. Ces gens sont capables de s’en prendre à une église comme à un arrêt de bus. Ce mouvement d’extrême gauche persiste depuis le début des années 1970, ce n’est malheureusement pas si nouveau…

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Ur gwaz aet da vaouez a glask bezañ anavezet evel ur tad

Biskoazh luzietañ ! C. a zimezas gant N. e 1999. D'ar mare-se e oa ur gwaz. E 2011 e cheñchas...

Loudéac. Du rap, des Roumains, des Mahorais… et un climat d’insécurité.

Certains habitants de Loudéac ne se sentent plus en sécurité du fait d'incidents à répétition dans la petite ville...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Allemagne. Plus de 100 prêtres catholiques défient le Vatican en célébrant des mariages homosexuels

En signe d'opposition avec le Vatican, plus de 100 prêtres catholiques allemands ont décidé de bénir le mariage de couples homosexuels au titre d'une...

Crise sanitaire : les diocèses dans le rouge, exemple dans le Finistère

2020 qui s'achève a été difficile pour beaucoup, notamment pour l'Eglise catholique de France qui enregistre un déficit financier de 90 millions d'euros cette...

Eric Zemmour : « L’Église devrait être garante de la Tradition »

Eric Zemmour : « L’Église, depuis Vatican II, croit qu’elle doit se soumettre en permanence au Siècle, alors qu’elle devrait être garante de la...

Julien Aubert (LR) : « On peut être ici 200, pendant 3h, séparés d’1 siège mais pas 50 pour prier 1h dans une église,...

Julien Aubert (LR) : « On peut être ici 200, pendant 3h, séparés d'1 siège mais pas 50 pour prier 1h dans une église,...