defend_naoned

05/05/2016 – 07H50 Nantes(Breizh-info.com) –Plusieurs initiatives sont nées à Nantes suite aux violences commises par les groupes d’extrême gauche en marge des manifestations contre la loi Travail. Nous avions évoqué ces commerçants excédés et cette page facebook intitulé « Touche pas à mon centre ville », qui avait annoncé se mobiliser contre les casseurs avant d’effectuer un rétropédalage surprenant, invoquant …des raisons de sécurité alors même que le groupe entendait s’afficher en protecteur des commerçants.

Le 30 avril 2016, un autre groupe de jeunes militants, casqués, s’est montré dans le centre-ville, cherchant visiblement à protéger les commerces et à montrer une présence « virile » face aux éventuels manifestants tentés par la dégradation des commerces ; il s’agit d’un collectif nommé « Defend Naoned » qui rassemblerait des militants politiques mais aussi des petits commerçants du centre-ville de Nantes. A noter que le groupe, composé d’une quarantaine de personnes, s’est intégralement fait contrôler (identité) et fouiller par les forces de l’ordre, ce qui n’est jamais arrivé jusqu’ici lors des manifestations nantaises.

Nous avons contacté les responsables de Defend Naoned sur leur page facebook en vue d’une interview, qu’ils nous ont accordée et que nous retranscrivons ci-dessous.

Breizh-info.com : Qu’est-ce que le collectif Defend naoned ?

Defend Naoned : Le collectif Defend Naoned est un collectif qui est né en février à l’initiative de plusieurs militants. Ces derniers se rendirent compte que les étiquettes politiques divisaient les gens plutôt que de les réunir. Alors nous avons essayé à notre niveau de créer un collectif pour faire l’unité ayant pour thème principal, la défense de la ville de Nantes.
Ceci à tout niveau : face à l’immigration, face aux exactions de l’extrême-gauche . Mais aussi pourquoi pas dans un futur plus ou moins proche, essayer de sensibiliser les gens sur les gaspillages de la mairie de Nantes toujours plus enclin a subventionner des associations de bobo ou de défense des migrants, et à taxer les travailleurs nantais (le dernier exemple en date étant l’agrandissement de la zone de stationnement payant).
Même si cela à été difficile, car beaucoup de gens nous ont accusés de ne pas représenter la ville de Nantes, nous sommes assez fiers de ce que nous avons fait aujourd’hui. Nous voulons demander à ces gens qui nous critiquent pourquoi n’ont-ils pas lancé eux-mêmes le collectif que nous portons aujourd’hui ?
De plus même si nous restons assez peu nombreux pour le moment, nous avons réussi à unir des gens de différentes sensibilités,  ayant pour unique objectif de ne pas laisser antifas, casseurs et autres lâches s’en prendre au centre-ville. Le tout avec une certaine complicité du système qui laisse faire.

defend_naoned2

Breizh-info.com : Vous semblez marqué très à droite, est-ce exact ?

Defend Naoned : Nous n’allons pas nous en cacher, nous estimons que la gauche dans son intégralité et en particulier l’extrême-gauche, est responsable et complice de la loi El Komhri.

Bien sûr que nous sommes contre cette loi qui s’en prend encore une fois aux plus faibles. Mais les antifas ont toujours prônés l’ouverture des frontières, le mélange culturel, l’anéantissement des patries. Maintenant ils sont dans la rue parce qu’ils croient défendre le salarié. Hors c’est faux, ils ont toujours été les principaux ennemis des salariés, ils se plaignent du gouvernement et de ses lois, alors rappelons qu’en 2012 Monsieur Mélenchon avait appelé a voté pour François Hollande en direct à la télévision.

Maintenant que le gouvernement a ouvert les frontières (notamment sous la pression constante des antifascistes), nous avons dans notre pays une immigration légale et illégale qui coûte des milliards d’euros chaque années aux contribuables Français . Des contribuables qui contrairement aux agitateurs de « Nuit Debout » paient des impôts et donnent de leur sueur pour au final constater que toutes ces taxes sont mises au service de l’autre, du migrant. Merci la gauche.

Cette loi Travail est une conséquence directe de la mondialisation (donc de l’ouverture des frontières) et des charges qui pèsent sur le salariat français. Pas étonnant dès lors que la France doive se rendre concurrentielle face au Pakistan, au Bangladesh, ou à d’autres pays encore autorisés aujourd’hui à importer ses produits de M… sur notre territoire. Vous ne voulez plus de Frontière ? Vous n’en avez plus, le travailleur Français vous remercie.

Dans un article Ouest France consacré à l’extrême gauche et à Nantes Révoltés, les gauchistes nous lancent une petite pique : « Ils ne savent plus quoi faire pour exister ». Une pique tout de même malvenue de la part de gens qui se définissent comme « antifascistes », c’est à dire qu’ils ne vivent qu’à travers ceux qu’ils appellent des fascistes.

Breizh-info.com : Avez-vous des contacts avec les commerçants nantais ?

Defend Naoned : Oui nous avons quelques contacts avec des commerçants . Ce qui est sûr, c’est que beaucoup de commerçants nous ont remerciés  de les protéger.

Breizh-info.com :  Irez-vous jusqu’à chercher l’affrontement avec les militants d’extrême gauche ? Ne rajoutez-vous pas de l’huile sur le feu ?

Defend Naoned : Nous avons bien vu lors des précédentes manifestations qu’ils n’avaient pas besoins de nous pour tout casser. Nous ne jetons donc pas d’huile sur le feu. Nous sommes juste la réponse légitime aux agissements de cette bande d’idiots. Si nous devions aller jusqu’à l’affrontement nous irions, et sans aucune honte !

defend_naoned_3

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous le peu de réaction suite aux incidents de Nantes ? Avec une quarantaine de personnes seulement qui composent votre collectif, ça fait peu pour une ville aussi grande que Nantes non ?

Defend Naoned : Cela s’explique très bien. D’une nous sommes diabolisés par l’extrême-gauche qui nous appelle  Fachos, Nazis, Poujadistes ou je ne sais quelle énormité de ce style. D’autre part, les antifas ont une capacité de nuisances que nous n’avons pas ; ils prennent des photos, les mettent sur internet, recherchent les profils Facebook, les identités. Ils n’hésitent pas à appeler les employeurs pour que nous perdions notre travail (et après ils parlent d’incarner le peuple et de défendre les travailleurs) . Ce qui en refroidit plus d’un.

Encore une fois, nous ne sommes cartés dans aucun parti politique. Certes, pour le moment, nous ne sommes pas nombreux, mais mieux vaut une quarantaine de personnes motivées que 600 personnes qui se prennent pour des guerriers quand la police est leur complice de fait.

Breizh-info.com : Avez-vous des projets d’actions à venir ? Que pensez-vous des agressions de policiers qui se multiplient ?

Defend Naoned : Nous avons encore des projets, beaucoup même, mais en parler serait imprudent. Comme je l’ai dit, les Antifas ont une forte capacité de nuisances. Pour ce qui est des agressions de policiers, nous sommes dans une position différente de celles des antifas et de la police.
Regardez le nombre d’interpellation par rapport aux nombres de vitrines cassées. C’est bien la preuve que la Police reçoit des ordres pour laisser faire ! Par ailleurs, il est vrai que c’est bel et bien la Police qui protège l’État, le système, le Grand Capital. C’est elle qui est et qui sera toujours là pour réprimer les révoltes populaires. Le meilleur exemple en Bretagne fût celui des Bonnets rouges où encore une fois la police défendit le gouvernement contre une révolte légitime de plusieurs corps de métier à bout de souffle.

Les deux camps qui s’affrontent en ce moment à Nantes, policiers et extrême-gauche, portent la responsabilité des agressions de policiers. Les uns parce qu’ils font du zèle, les autres parce qu’ils ne cessent de chercher l’affrontement.

Propos recueillis par Yann Vallerie 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

9 Commentaires

  1. Par définition, la police applique les consignes du pouvoir ! La responsabilité est donc celle du Gouvernement et pas des forces du maintien de l’ ordre .
    Si ces forces n’ étaient pas là, les pillages et éventuellement agressions physiques par des « groupes non identifiés » (et pour cause: cagoule, mobilité,volonté de
    « casser et en découdre » ) seraient bien plus graves ! Les violences de ces groupes ne peuvent être admises et la volonté de « casser » doit être contrée sinon possibilité à terme pour les citoyens « ordinaires » d’ assurer eux-mêmes leur protection et là, il pourrait « y avoir de la casse » de part et d’ autre !

    • Faux ! Les flics empêchent seulement les honnêtes gens de se défendre contre les « casseurs » ou les « racailles ». Sans eux, les parasites seraient chassés par le peuple en colère. Les flics sont les chiens de garde d’un pouvoir corrompu. Honte à eux.

  2. Defend Naoned prétend que les agitateurs de « Nuit Debout » ne paient pas d’impôts et ne « donnent pas de leur sueur » ? D’une part effectivement, peu de gens qui se retrouvent sur cette place publique peuvent payer des impôts chaque année car leur salaire mensuel durement gagné se situe en dessous de la limite imposable. Et c’est bien pour cela qu’ils se réunissent au départ: pouvoir accéder à des emplois stables et non précaires à l’avenir. D’autre part, chaque personne paie des impôts dès qu’il fait ses courses, dès qu’il s’acquitte de sa taxe d’habitation, de son ticket de tram etc… « Ne donnent pas de leur sueur », qu’ils aillent discuter avec les gens présents, ils verront que beaucoup sont étudiants accumulant les petits boulots pour payer leurs études. Et que d’autres, contrairement à ce que l’on pense, ont un travail et réussissent néanmoins à venir en sortant du boulot pour essayer de changer les choses plutôt que de rentrer chez eux, comme ils aimeraient sûrement le faire !
    Alors j’aimerai juste préciser à ce collectif : Avant de vous plaindre d’être catégorisé d’extrême droite, pensez à la catégorisation que vous êtes vous-même en train de faire ici!

Comments are closed.