Nantes. Contrôle policier massif à Bellevue : du cannabis saisi… en pure perte ?

A LA UNE

10/06/2016 – 05H30 Nantes(Breizh-info.com) –Une trentaine de policiers sont allés, mardi 7 mai de 15 h 30 à 17 h, procéder à des contrôles de personnes, de véhicules et de parties communes dans le quartier « sensible » de Bellevue, à l’ouest de Nantes, suite à une réquisition du procureur. Le quartier compte une forte proportion d’immigrés, notamment issus du Maghreb.

Plusieurs centaines de grammes de résine de cannabis ont été saisis, notamment 17 sachets sous le porche qui relie la place Mendès France – où se trouve la station de tramway (ligne 1) – et le square des Rossignols qui est juste derrière. Une plaquette de cannabis a été trouvée au même endroit. Dans le même secteur, sept autres sachets de cannabis ont été saisis sous le porche du Carrefour City bd Churchill. Sur la même voie, 49 autres grammes ont été découverts dans une boîte aux lettres qui ne portait aucun nom.

Pour ce policier nantais, qui préfère garder l’anonymat, cette opération ne permettra pas de mettre hors d’état de nuire les dealers qui se sont « littéralement accaparés ce quartier, et combien d’autres, qu’ils gangrènent. La drogue est la mère de toutes les délinquances. Là où il y a de la drogue, il y a des vols – pour se la payer – et donc des recels, il y a des extorsions – car il y a des dettes de drogue comme il existe des dettes de jeu ou de crédit – il y a enfin des infractions multiples liées aux stupéfiants. Cession, détention, usage… mais aussi port d’arme prohibé, car les trafiquants se protègent, et comme ils ont l’argent, ils y mettent les moyens ».

Cependant, estime notre policier, « la drogue saisie est tout à fait minime par rapport aux quantités échangées », à Bellevue, mais pas seulement puisque le centre-ville a été transformé en lieu de deal par des clandestins et ce au vu et au su de tous. Surtout, remarque notre agent, « ce genre d’opérations, c’est du politique, c’est pour montrer que la police est là. Au mieux, ça va déranger les trafiquants pendant une heure ou deux, car ils se sont égaillés comme des moineaux à la vue de la police, mais pour leur reprendre le terrain, il faut encore avoir le temps de faire des enquêtes, et au vu du contexte, avec les opérations de maintien de l’ordre en ville suite aux manifestations incessantes, ce n’est pas le cas ». Il faut aussi, constate le policier, « que la justice nous suive et accompagne notre travail. Au lieu de ça on voit tellement de fois les juges libérer ou mettre sous contrôle judiciaire – un contrôle illusoire car bien des fois il n’est pas suivi, et la justice n’a aucun moyen de le savoir – les trafiquants que les collègues ont réussi à prendre sur le fait après des mois d’enquête ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés