03/08/2016 – 05H30 France (Breizh-info.com) – Les Bretons de la Team Lorina Limonade-Golfe du Morbihan ont remporté le Tour de France à la voile 2016 qui s’est déroulé du 8 au 31 juillet. La Bretagne a été mise à l’honneur puisque l’organisation lui avait réservé deux étapes (à Roscoff et à Baden) . Lorina Limonade-Golfe du Morbihan, mené par Quentin Delapierre et Matthieu Salomon remporte  donc un titre qui leur était déjà acquis trois jours avant l’arrivée.

Ils devancent sur le podium Grandeur Nature Véranda, skippé par Jean-Christophe Mourniac et Crédit mutuel de Bretagne mené par Nicolas Troussel. Le classement « Jeunes et amateurs » est remporté par Team France Jeune, emmené par Robin Follin et Erwan Fischer-Guillou.

Classement général

1- Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan (Quentin Delapierre et Matthieu Salomon) – 882 points

2- Grandeur Nature Véranda (Jean-Christophe Mourniac) – 818 points

3- Crédit Mutuel de Bretagne (Nicolas Troussel) – 813 points

4 – Team Coved (Aurélien Ducroz) – 798 points

5- Oman Airports by Oman Sail (Stevie Morrison) – 780 points

6- Installux Aluminium (Charles Hainneville) – 779 points

Classement « Jeunes et amateurs »

1- Team France Jeune (Robin Follin et Erwan Fischer-Guillou) – 760 points

2- Team Lorina Mojito – Golfe du Morbihan (Solune Robert et Riwan Perron) – 754 points

3- Natixis-défi Yacht-Club Saint-Lunaire (Benoît Champanhac) – 740 points

4 – Dynamique Homkia (Emeric Dary) – 679 points

5- Helvetia Blue by Normandy Elite Team (Victor Migraine et Guillaume Pirouelle) – 661 points

Du triomphe de Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan à l’efficacité du « black flag », voici en 9 points, comme autant d’Actes, ce qu’il faut retenir de cette édition 2016 du Tour de France à la Voile (Rédigé par l’équipe du Tour de France à la voile)

1 – Lorina, le pack de 10

18, c’est le total de points que Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan a laissé en cours de route. Les vainqueurs du Tour 2016 ont été notés 882 sur 900 en 17 courses disputées, dont la dernière qui comptait double, soit environ 98% de réussite. Les Morbihannais ont remporté 10 courses, terminé trois fois deuxièmes, deux fois troisièmes et deux fois sixièmes – leur pire classement. Leur secret ? Un talent évident qui, déjà, avait fait d’eux, l’an dernier, les 4e du classement général et les vainqueurs du classement amateur ; l’apport de Quentin Ponroy, expert voilier qui a apporté des réglages au millimètre ; la préservation du groupe de navigants, ainsi qu’un budget de fonctionnement qui leur a permis de s’entraîner bien plus que les autres tout au long de l’hiver. S’ils ont juré revenir sur le Tour 2017, ces champions mériteraient qu’on leur confie aussi d’autres destinées.

2 – Le jackpot de Kinou

La copie rendue par Jean-Christophe Mourniac, son fils Tim (18 ans) et les équipiers permanents (Pierre-Yves Durand, Valentin Bellet) ou intermittents (Corentin Horeau) est d’une régularité impressionnante. Il aura certes manqué une victoire à « Kinou » et les siens pour parachever leur œuvre, mais l’équipage qui a terminé cinq fois à la deuxième place a bien mérité cette deuxième marche du podium. Maître du suspense, Grandeur Nature Véranda a renversé la situation, qui était favorable à Crédit Mutuel de Bretagne, sur l’unique manche de stade nautique du groupe Or, dans laquelle les six premiers du classement général s’affrontaient. Avec panache, pile au bon moment, et devant ses supporters.

3 – Aurélien Ducroz se décarcasse

Que dire du double champion du monde de ski freeride, 4e de ce Tour de France sinon qu’il élève à chaque sortie son niveau de performance tout en restant d’une humilité délicieuse ? En Laurent Voiron et Olivier Backès, deux spécialistes des multicoques olympiques, Aurélien Ducroz a trouvé deux mentors qui le nourrissent de leur expertise à chaque navigation. Le montagnard qui rêve de Vendée Globe profite à plein de l’expérience que lui offre le Tour. Le plus sur cette performance aura sans doute été de naviguer à trois, tout au long du Tour, à l’exception de l’Acte de Marseille, où Eric Peron est venu réaliser une pige pour laisser le temps au genou droit de son skipper de se reposer. Team Coved a également remporté le Prix de la Super Combativité by Finagaz.

4 – Les coureurs au large tiennent la cadence

Privé de 60 pieds Imoca cette année, Bernard Stamm est venu disputer son deuxième Tour de France à la Voile en Diam 24. Il faut reconnaître au Suisse de Brest une sacrée humilité : ce n’était pas si simple, pour une légende de la course au large, d’accepter de ramasser quelques bouées la première année. Cheminées Poujoulat termine 13e, cette année : il a indéniablement progressé. Le mieux classé est bien entendu Nicolas Troussel (Crédit Mutuel de Bretagne), 3e du Tour et qui, avec son équipe a réalisé un début de Tour idéal, avec trois victoires, dont deux à Roscoff… avant de marquer le coup et de devoir assimiler que Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan était totalement intouchable.
Mentions bien : Corentin Horeau qui, une fois son opération d’un ménisque digérée, a apporté un plus évident à Grandeur Nature Véranda en Méditerranée. Du flair, de la hargne, une vision du plan d’eau… autant de qualités louées par Jean-Christophe Mourniac. Belle pige également d’Eric Peron à bord de Team Coved en l’absence du skipper.

5 – Un peloton jeune

Team Lorina Limonade – Golfe du Morbihan a 24 ans de moyenne d’âge ; Team Lorina Mojito – Golfe du Morbihan doit en avoir deux de moins, comme Team France Jeune, Helvetia Blue by Normandy Elite Team ou encore Dunkerque Voile et Marie et ses frères. Malgré le changement de bateau, malgré le changement de format, le Tour de France à la Voile reste bel et bien une formidable école de la voile pour les meilleurs jeunes de notre nation.

6 – On allait oublier

L’excellente 6e place d’Installux Aluminium avec, à la barre, Charles Hainneville. Sans trop faire de bruit, l’équipe où seul Malo Bessec est professionnel a toujours été bien placée, terminant même 4e de la Course Or samedi. Une belle réussite pour cet équipage normand.

7 – Le succès de la Super Finale et du black flag

Quatre règles novatrices ont été posées cette année : le principe de la Super Finale, à 6 bateaux ; la Super journée de finale, scindant la flotte en trois groupes sur le stade nautique ; la règle du black flag, ou l’élimination de la manche de tout bateau qui anticiperait le départ et, enfin, la fin des « redress » ou compensations pour un bateau impacté par un concurrent. Ces règles ont apporté ce qui était attendu : du suspense, du spectacle, de la lisibilité et des émotions, foi de Michel Desjoyeaux, dont le cœur a battu lors de la course Or qui, samedi, a distribué les places sur le podium.

8 – Le bilan de Jean-Baptiste Durier

Le directeur du Tour de France à la Voile pose son regard sur cette édition : « Ce qui a marqué ce Tour, avant tout, c’est que nous avons frotté nos convictions à la réalité de trois semaines de course. Nous sommes depuis toujours convaincus qu’il faut rapprocher la voile de ses spectateurs et nous n’avons pas cessé de tester des solutions pour rendre la voile plus lisible pour les publics à qui nous nous adressons. Les « black flags », la fin des règles de « redress » et les Super Finales permettent de rendre les choses plus simples et plus directes. A la fin de la finale de l’Euro 2016 de foot, les commentateurs n’ont pas renvoyé l’antenne en disant que le Portugal avait sans doute gagné mais qu’il fallait attendre le jury pour en être sûr. La spontanéité du résultat est une donnée essentielle sur laquelle nous avons travaillé et, à l’usage, il apparaît que ce n’est pas fondamentalement antisportif. ».  Lire la suite ici

9 – Les chiffres
24 équipages
102 courses dont
9 raids
61 qualifications
8 Super Finales
23 Insides partenaires
59 black flags

Plus d’informations ici http://www.tourvoile.fr/

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine