Les Républicains. Wauquiez, Hortefeux et Frédéric Gallois sur le risque de guerre civile en France

guerre_civile_wauquiez

13/09/2016 – 08H25 La Baule (Breizh-info.com) – C’était le 19 mai dernier lors d’une réunion publique à Pierrevert, une ville pittoresque d’un peu plus de trois mille âmes située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence. Alors qu’il n’était pas encore officiellement candidat à la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy, président des Républicains, jouait la carte du faux suspense en demandant « un tout petit peu de patience » à ses fidèles, annonçant par la même qu’ils « ne seraient pas déçus ».

Cependant, au milieu de ce protocole de pré-campagne somme toute sans surprise, un passage de son discours méritait une attention particulière de par sa gravité : «Jamais je n’ai vu notre pays si tendu, les Français si inquiets, les passions si vives. Si on continue comme cela, on peut aller à un affrontement très grave entre Français».

Bien que cette dernière phrase n’ait pas été relevée outre mesure dans la presse française, Nicolas Sarkozy n’évoquait ici rien de moins que le risque d’une guerre civile. Rappelons que cette dernière se définit ainsi comme un affrontement armé entre les habitants d’un même pays.

Présents lors de l’université d’été du parti Les Républicains à La Baule le weekend du 3 et 4 septembre, notre équipe a donc eu l’occasion de s’entretenir avec plusieurs personnalités et sympathisants de la droite républicaine sur ces risques d’affrontements évoqués par l’ancien président de la République. C’est ainsi que Laurent Wauquiez, nouveau président des Républicains, Brice Hortefeux, député européen et ancien ministre de l’intérieur mais aussi Frédéric Gallois, ancien commandant du GIGN, ont évoqué au micro de Breizh Info ces possibles tensions à venir en France et les pistes pour y répondre.

« Il faut moins d’immigration parce que l’on n’arrive plus à intégrer » (Laurent Wauquiez)

L’homme qui a pris récemment la tête de l’ancienne UMP ne mâche pas ses mots et n’hésite pas à remettre en cause le système d’intégration à la française ainsi que le « contrat républicain » actuel, fustigeant notamment les abus concernant les aides sociales.

Pour Brice Hortefeux, « la question n’est plus l’intégration mais l’assimilation » mais ce proche de Nicolas Sarkozy considère également qu’il faut maîtriser les flux migratoires. Il rappelle par ailleurs qu’un des responsables de la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) a lui-même évoqué un risque d’affrontements entre communautés sur le territoire français.

Quant à Frédéric Gallois, l’ancien patron du GIGN estime qu’«un espace identitaire a été abandonné » et que la société française doit faire face à des « idéologies offensives très communautarisées ». Il précise par ailleurs que ces idéologies voient dans ce vide un « espace à conquérir ». Les réponses complètes à nos questions se trouvent dans la vidéo suivante :

Photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Une réponse

  1. bonjour ces menteurs étaient au gouvernements précédent et ont ouvert la boite de pandore !! et maintenant ils bottent en touche en réclament ce qu’ils contestaient dans le programme de marine !!!! tous pourris ,ils font du marketing électoral mais n’appliqueront jamais cette proposition !!!!ceux sont des mondialistes pro muzz !!un point c’est tout !!!!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !